Famille d'Escoubleau de Sourdis

La famille d'Escoubleau de Sourdis tire son nom du château d'Escoubleau, situé près de Châtillon-sur-Sèvres (commune fusionnée aujourd'hui à Mauléon). Cette famille, dont on n'a jamais mis en doute la filiation depuis Geoffroy d'Escoubleau qui vivait vers 1224, est d'origine chevaleresque.

Famille d'Escoubleau de Sourdis

Armes de la famille :

Blasonnement Parti d'azur et de gueules, à la bande d'or brochant sur le tout[1]
Demeures Château d'Escoubleau
Château de Rochebrune

Les Escoubleau de Sourdis[2],[3],[4] sont aujourd'hui éteints ; les d'Escoubleau étaient marquis de Sourdis (en Poitou), marquis d'Alluye(s) en Perche-Gouët, seigneur de Courtry/Courtery, du Greix et de la Morandière, de la Motte, marquis de Pontcroix. Cette famille s'est alliée aux Bretagne-Avaugour, Maillé de Carman, La Roche Saint-André, Charbonneau, Pépin de Belle-Isle. La famille d'Escoubleau s'était divisée en deux branches : celle de Sourdis et au XVe siècle, celle d'Alluye, qui se réunirent.

La dernière représentante de la famille fut Lina-Marie-Augustine d'Escoubleau de Sourdis (1822-1892 ; fille d'Antoine-René, 1767-1849, qui termine la branche de Sourdis-1er tableau ci-dessous ; le marquis Antoine-René de Sourdis avait épousé 1° 1784 Augustine-Olympe-Sophie, 1765-1809, fille du duc Claude-Antoine de Beziade d'Avaray : d'où le marquis Ange-François-Théophile d'Escoubleau de Sourdis, né en 1789, puis 2° Eléonora de Botta, d'où Lina-Marie-Augustine). Le mari de Line-Marie-Augustine, épousé en 1847, Pierre-Alexandre Mathelat comte de Bourbévelle (1788-1869), a relevé son nom et porta le titre de marquis de Sourdis[5].

Anecdote

Les sections « Anecdotes », « Autres détails », « Le saviez-vous ? », « Citations », « Autour de... » , etc., peuvent être inopportunes dans les articles (avril 2014).
Pour améliorer cet article il convient, si ces faits présentent un intérêt encyclopédique et sont correctement sourcés, de les intégrer dans d’autres sections.

Selon les Souvenirs apocryphes de la marquise de Créquy, le 26 mars 1736, le marquis de Sourdis René Louis d'Escoubleau (fils de René-Charles d'Escoubleau et de Marguerite de Villevault) intenta un procès contre Antoine Alexandre Colbert de Sourdis (fils de Angélique-Charlotte d'Escoubleau et de François-Gilbert Colbert) pour l'empêcher d'user du nom de Sourdis. Le comte de Colbert s'engagea alors d'abandonner définitivement le nom de Sourdis le jour même où il se marierait.

Généalogie

Branche de Sourdis

Le fief de Sourdis se situait dans la paroisse de Mauzé et elle relevait du duché de Thouars.

Pierre Escoubleau (+ 1419), seigneur de Sourdis
X Jeanne Bouquin/Bougoüin de La Borderie (en La Verrie ?)[6]
|
|→ Léonnet Escoubleau (+ 19 juin 1447), seigneur de Sourdis
    X Étiennette d'Oyron
    |
    |→ Maurice Escoubleau (+ 1470), seigneur de Sourdis
        X av. 1450 Guillemette Foucher, fille d'Antoine seigneur de Thénie (ou Thémines ou Lemantine) et de Marguerite fille de                 
        | Geoffroy de Châteaubriant des Roches-Baritaut 
        |→ Étienne Escoubleau de Sourdis
        |   X 1492 Jeanne de Tusseau, fille de Guillaume seigneur de la Millanchère d’Azay-sur-Thouet
        |   |
        |   |→ Jean Escoubleau de Sourdis (+ 1569/1575), seigneur du Coudray, La Chapelle-Bellouin, Jouy
        |   |   X 1528 Antoinette de Brives (+1580)
        |   |   |
        |   |   |→ Henri d'Escoubleau (1548-1615), évêque de Maillezais
        |   |   |→ Jeanne, x 1564 Louis de Gaucourt de Cluis-Dessus, † 1589
        |   |   |→ François d'Escoubleau (+ 1602), marquis d'Alluye. Il fera la Branche d'Alluye, ci-dessous
        |   |   |
        |   |   |→ Louis d'Escoubleau seigneur du Coudray-Montpensier
        |   |       X Sarah de Rochefort, fille du seigneur d'Ennilly en Blaisois
        |   |       |
        |   |       |→ Claude d'Escoubleau seigneur du Coudray-Montpensier
        |   |           X Charlotte Pot de Rhodes, fille de Charles seigneur de Chemeaux
        |   |           |
        |   |           |→ Marie d'Escoubleau qui épousa le  Robert de Bouëx seigneur de Villemort en Poitou
        |   |           |   
        |   |           |→ Henri d'Escoubleau, (+ ) seigneur du Coudray-Montpensier
        |   |              X  Madeleine Mallesset, fille de Charles seigneur de Chastelus
        |   |               
        |   | 
        |   |→ Jacques Escoubleau (+ 1562), évêque de Maillezais
        |
        |→ Jean Escoubleau (+ 1494), seigneur de Sourdis
            X 1485 Françoise Buor, fille de Jehan II seigneur de la Lande Buor. D'après Moréri et La Chesnaye Desbois, ils n'eurent pas 
              d'enfants, donc Jean Escoubleau (+ 1494), seigneur de Sourdis se remaria avec Catherine Tusseau, d'où postérité :
            |→ Jean II Escoubleau, décédé en 1526 ou 1527 seigneur de Sourdis (Il est oublié par La Chesnaye-Desbois et Moréri)
                X  Françoise ou Jeanne de Brie-Serrant
                |→ Renée d'Escoubleau, X René d'Aubigné-La Jousselinière
                |→ François d'Escoubleau, seigneur de Sourdis, X le 29 déc 1549 Madeleine de Melun-La Borde, dame de Court(e)ry et La       
                   Chapelle-Bertrand, fille de Louis de Melun seigneur de Courtery 
                    |→ René I d'Escoubleau, marquis de Sourdis et de Courtery, seigneur de La Chapelle-Bertrand (+ 1600)
                        X le  Anne de Rostaing (+ 1637, dame de Sury), fille de Tristan seigneur de Thieux et de Françoise                       
                          Robertet de Brou
                        |→ Pierre d'Escoubleau, marquis de Sourdis et de Sury-le-Comtal[7]
                        |   X 1° 1629 Antoinette de Bretagne-Avaugour, (+ 1645) fille de Charles comte de Vertus
                        |   X 2° Marie-Christine de Cremeaux d'Antraigues (cf. Urfé)
                        |   |→ (1) Anne d'Escoubleau (1657-) qui épouse François de Simiane marquis de Gordes  
                        |   |→ (2) Madeleine, † 1720, x 1677 Charles-Ignace de La Rochefoucauld-Rochebaron
                        |→ Antoine d'Escoubleau, dit en 1635 sire de la Chapelle-(Gauthier ?), Maincy et Farineau à Melun[8]
                        |→ Charlotte d'Escoubleau (+ 1644) qui épouse Charles de Maillé marquis de Carman
                        | 
                        |→ René II d'Escoubleau, seigneur de Sourdis, d'Escoubleau et de Courtry, marquis de Sourdis (+ 1661)
                        |   X Charlotte de Barbezières, fille de Louis de Barbezières
                        |   |
                        |   |→ René-Charles d'Escoubleau, marquis de Sourdis (+ 1701)
                        |       X en 1668 Marguerite de Villevault
                        |       |
                        |       |→ René Charles d'Escoubleau, marquis de Sourdis (+ 1716)
                        |       |
                        |       |→ René Louis d'Escoubleau, marquis de Sourdis, † ap. 1757
                        |           X en 1724 Madeleine Elisabeth Potier (de Courcy ?) (1699-1735)
                        |           |
                        |           |→ René Alexandre d'Escoubleau (1734-1774), marquis de Sourdis ; x 1766 Marie-Françoise Beudet,
                        |           |  d'où : → Antoine-René d'Escoubleau de Sourdis (1767-1849), marquis, comte de Sourdis en 1790 
                        |           |  en succession de la branche ci-après, avec Postérité : voir le chapeau d'introduction
                        |           |→ Marguerite d'Escoubleau, dame de Sourdis 
                        |→ Jacques-René d'Escoubleau, (+ 1650 seigneur de Courtery et marquis de St-Marcellin
                            X1 le  Anne Gabrielle Dolle/Dollé/Dolé, fille de Louis seigneur de Contevron du Vivier                                                                                                 
                            X2  Renée Berland de la Gastière
                            |(1)
                            |→ Jacques d'Escoubleau, devient le premier comte de Sourdis, ci-dessous
                            |   X le  Renée Robin de La Pennerie
                            |(2)
                            |→ Brigitte Gabrielle d'Escoubleau qui épousera en 1653 Gilles de la Roche-Saint-André

Branche d'Alluye(s)

Alluyes est une baronnie du Perche-Gouët[9], qui perd ses seigneurs héréditaires en 1509 en étant vendue à Florimond Ier Robertet[10]. Alluyes passe d'abord à la branche Robertet d'Alluye, avec Claude Robertet (1505-1567 ; fils aîné de Florimond Ier, mari d'Anne Briçonnet de Cormes et père de Florimond III qui meurt en 1569 ; extinction de la branche vers 1596/1604), puis à Françoise Robertet (1519-1580 ; sœur de Claude et dernière fille de Florimond Ier). En 1572, François d'Escoubleau épouse la tante maternelle de Gabrielle d'Estrées, Isabelle/Isabeau Babou La Bourdaisière, fille de Jean II Babou et de ladite Françoise Robertet, qui par héritage lui apportera le fief d'Alluye(s) (marquisat vers 1590 et 1603 par la grâce du roi Henri IV).


François d'Escoubleau, (+ 1602) marquis d'Alluye, comte de La Chapelle-Bellouin, sgr de Jouy, Auneau, Mondoubleau 
X le  Isabelle Babou de la Bourdaisière, fille de Jean Babou seigneur de La Bourdaisière
|
|→ Marie d'Escoubleau de Sourdis qui épouse 1° Claude du Puy de Vatan, et 2° le 22 juillet 1596 René de Froulay, comte de Tessé
|
|→ Catherine-Marie d'Escoubleau qui épouse le 2 avril 1597 Charles-Henri de Clermont-Tonnerre
|
|→ François d'Escoubleau de Sourdis (1574/1575-1628) Archevêque de Bordeaux, cardinal, comte de La Chapelle
|
|→ Henri d'Escoubleau de Sourdis (1593/1594-1645) Archevêque de Bordeaux, évêque de Maillezais, abbé de Royaumont
|
|→ Charles d'Escoubleau, (1588 - 21 décembre 1666) marquis de Sourdis et d'Alluye, comte de Jouy, gouverneur d'Orléans, Orléanais, Chartrain et Blésois
|   X 1612 Jeanne de Monluc-Chabanais, (+ 2 mai 1657) fille d'Adrien de Monluc-Montesquiou et de Jeanne de Foix comtesse de Carmain,    |   dame de St-Félix, Gaujac, 
|   |
|   |→ François d'Escoubleau, (+ 1707) marquis de Sourdis et sg de Gaujac et d'Estillac-(Monluc), gouverneur d'Orléans etc.
|   |  X Marie-Charlotte de Bésiade d'Avaray (+ 1691)
|   |  |
|   |  |→ Angélique-Charlotte d'Escoubleau, dame de Chabanais (1684-1729)
|   |      X le 24 mars 1702 François-Gilbert Colbert marquis de Saint-Pouange : d'où les Colbert de Chabanais
|   |
|   |→ Charles-Paul d'Escoubleau, (+ 6 janvier 1690) marquis de Sourdis et d'Alluye, gouverneur d'Orléans etc.
|   |   X 16 février 1667 Bénigne de Meaux du Fouilloux (sans enfants)
|   |
|   |→ Henri d'Escoubleau, (+ 6 juin 1712) comte de Montluc
|   |   X 1699 Marguerite Le Lièvre de La Grange (sans enfants)
|   |
|   |→ Isabelle d'Escoubleau, dame de Montluc (+ 1644) qui épousera le 27 juin 1637 Martin Coëffier, (1612-1644) marquis d'Effiat 
|   |   
|   |→ Marie-Madeleine d'Escoubleau, abbesse d'Origny-Sainte-Benoite puis de Royallieu (+ 1691)
|   
|
|→ Virginal d'Escoubleau (1584-1602) marquis d'Alluye, époux de Catherine Hurault de Cheverny (1583 - 13 avril 1615), fille du     |chancelier Philippe Hurault comte de Cheverny
|→ Madeleine d'Escoubleau, (1580/1581-10 avril 1665) Abbesse de Notre-Dame de Saint-Paul les Beauvais en 1596-1665

Les comtes de Sourdis

En 1790, Jacques d'Escoubleau, malgré ses quatre mariages, meurt sans fils pour perpétuer la lignée des comtes de Sourdis. C'est alors son plus proche parent René Alexandre d'Escoubleau (fils de René Louis d'Escoubleau et de Madeleine Elisabeth Potier) qui devient comte de Sourdis.

Jacques-Hyacinthe Ier d'Escoubleau (1634-1689), comte de Sourdis
X le 2 avril 1669 Renée Robin, fille de Jean Robin sg de la Pennerie
|
|→ Jacques-Hyacinthe II d'Escoubleau, comte de Sourdis (ap 1680 - 2 février 1740), sire de La Landebaudière (près de La Verrie)
|   X le 10 mai 1710 Marie de la Brunetière, fille de Paul II sg du Plessis-Gesté
|   |
|   |→ Paul François Hyacinthe d'Escoubleau (1711 - 7 novembre 1752)
|   |  
|   |→ Marie Julie d'Escoubleau (1713-1720)
|   |
|   |→ Jacques d'Escoubleau, comte de Sourdis, sg du Plessis-Gesté (13 juillet 1715 - 22 oct 1790)
|   |  
|   |   X1 en 1740/1742 Anne Charlotte de Champeaux de I’Hopitau du Plessis-Mareil
|   |
|   |   X2 en 1759 Louise Catherine Gibot de la Perrinière
|   |
|   |   X3 le 22 sep 1761 Anne Marie Armande des Herbiers de Létenduère
|   |
|   |   X4 le 10 oct 1789 Marie Joséphine Thérèse Louise Pépin de Bellisle
|   |   |(2)
|   |   |→ Pélagie d'Escoubleau (12 février 1760 -12 avril 1835) 
|   |   |   X le 4 août 1778 Esprit Armand Baudry d'Asson, sg d'Asson
|   |   |(3)
|   |   |→ Antoinette Caroline Marie Armande d'Escoubleau dame de Jarzé (17 décembre 1765 - 1er décembre 1801)
|   |   |   X le 4 janvier 1785 René Louis Marie de Joussebert baron du Landreau (1752-1796)
|   |   |
|   |   |→ Zénobie Reine d'Escoubleau (15 mars 1788 - 27 janvier 1848) religieuse Trappistine
|   |   |(4)
|   |   |→ Marie Anne d'Escoubleau (14 novembre 1790 - 11 décembre 1868) dame de Jarzé
|   |       X le 10 août 1813 Armand Fortune de La Charlonnie de la Blotais (1777-1860)
|   |
|   |→ Marie Anne Marthe d'Escoubleau (1721 - 1781) dame de La Landebaudière, qui épouse le 10 janvier 1748 
|      Jacques Prosper Gouffier de Boisy, sg de la Courtaiserie : parents de Pierre-Prosper
|
|→ Renée-Brigitte d'Escoubleau (+ 27 décembre 1731) qui épouse le 8 avril 1692 Charles Le Liepvre de Vernelle
|
|→ Marie-Anne d'Escoubleau, † 1714, qui épouse le 27 janvier 1698 Gabriel-Isaac Buor, sg de la Lande Buor
|→ Marie-Françoise d'Escoubleau, † 1736, x 1693 Quentin-François Pinault de La Joubretière
|→ Anne-Louise d'Escoubleau (1682-1760), qui épouse en 1697 Philippe de Lauzon, seigneur de la Poupardière

Autres

Références

  1. Armorial des principales maisons et familles du royaume, particulièrement celles de Paris et de l’Isle de France, Pierre P. Du Buisson, Tome I, 1757
  2. « Maison d'Escoubleau, p. 378-381 », sur Le Palais de l'Honneur, par le père Anselme, chez Estienne Loyson à Paris, 1664
  3. « Escoubleau, p. 188-189 », sur Le Grand Dictionnaire historique de Louis Moréri, t. IV, chez les Libraires associés, Paris, 1759
  4. « Famille d'Escoubleau de Sourdis », sur Racines & Histoire
  5. « D'Escoubleau, p. 235-237 », sur Illustrations européennes, 4e registre du Livre d'or de la Noblesse, par Claude Drigon marquis de Magny, Paris, 1847
  6. Remarques : 1° La Borderie, fief de Jean Bouquin, le père de Jeanne qui marie Pierre (II) Escoubleau mort vers 1419 : Il s'agit sans doute de la Borderie en La Verrie, fief qui prendra le nom de La Borderie-Sourdis, puis, par mariage précisé ci-dessous, de Boisy-Sourdis. 2° Selon le père Anselme, Moréri et le site indexé Racines&Histoire, Pierre II Escoubleau (fl. 1351) était le fils de Guillaume sire d'Escoubleau et de Sourdis, fils de Pierre Ier (fl. 1285), fils d'Hanfroi (fl. 1224) : la généalogie gagne alors plus d'un siècle...
  7. « Sury-le-Comtal », sur Geneawiki
  8. « L'arrière-ban du bailliage de Melun en 1635, p. 105 », sur Revue historique, nobiliaire et biographique, t. VII, dir. Louis Sandret, 1872
  9. « Alluyes », sur Racines & Histoire
  10. « Famille Robertet », sur Racines & Histoire

Sources

  • Les Hommes illustres de l'Orléanais de Charles Brainne, J. Debarbouiller, Charles Ferdinand.
  • Portail de Poitou-Charentes
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.