Famille de Vitré

La famille de Vitré, dite des Robert-André par opposition à celle des Goranton-Hervé, est une famille noble bretonne fondée par Riwallon, dit le Vicaire, né vers 980. Louis du Bois parle, quant à lui, dans son Essai sur l'Histoire de la ville et des seigneurs de Vitré, de la maison de Rennes, issue de Martin de Rennes, fils puîné de Juhel Bérenger et père de Riwallon[1]. À ce titre, les barons de Vitré seraient les parents et descendants des ducs et des rois de Bretagne.
Elle tint la seigneurie, puis baronnie de Vitré, de 1008 à 1254.

Pour les articles homonymes, voir Famille de Vitré (homonymie).
Cette page explique l’histoire ou répertorie les différents membres de la famille de Vitré.

Famille de Vitré

Armes

Blasonnement De gueules au lion d’argent, armé de sable et couronné d'or
Lignées Maison de Rennes
Période XIe siècle - XIIIe siècle
Pays ou province d’origine Bretagne
Fiefs tenus Baronnie de Vitré
Châtillon-en-Vendelais
seigneurie de Chevré
vicomté de Rennes
comté de Mortain
seigneurie de Dinan
Demeures château de Vitré
château de Châtillon-en-Vendelais
château de Chevré
Fonctions ecclésiastiques Abbé de Marmoutier

À son extinction en 1254 au décès de sa dernière descendante, Philippa de Vitré, la baronnie de Vitré revint à son époux Guy VII de Laval, de la deuxième maison de Laval.

Guillaume de Vitré, peut-être fils puiné de Riwallon, fut abbé de Marmoutier[réf. nécessaire].

Généalogie

Châteaux

La principale résidence des barons de Vitré fut le château de Vitré. Le premier, en bois, édifié à la place de l'actuelle église Sainte-Croix, fut construit par Riwallon de Vitré et fut brulé sous son fils, Tristan de Vitré. Le deuxième fut construit au milieu du XIe siècle par son petit-fils, Robert Ier de Vitré.
Tristan de Vitré devint titulaire du château de Châtillon-en-Vendelais par son mariage vers 1030 avec Enoguen. En tant que barons de Vitré, ils possédaient de plus, les châtellenies de Marcillé, du Désert, de Mézière et du Pertre[7].

Le dernier de la lignée, André III de Vitré, aurait été à l'origine de la fondation du château de Chevré[2].

Seigneuries

La famille de Vitré posséda plusieurs seigneuries en sus de la baronnie de Vitré :

  • baronnie de Vitré, de 1008 à 1254
  • seigneurie de Châtillon-en-Vendelais, d'environ 1030 à 1254
  • seigneurie de Chevré, de 1134 (?) à 1254
  • vicomté de Rennes, jusqu'en 1254
  • comté de Mortain, de 1106 à 1112
  • seigneurie de Dinan, de 1186 à 1238

Les quatre premières seigneuries échurent en 1254 à Guy VII de Laval, mari de Philippa de Vitré.

Branches légendaires

Les anciens généalogistes comme Augustin du Paz donnaient à la famille de Vitré deux branches cadettes : la famille d'Acigné et la famille de Marcillé-Robert, par des fils puinés de Riwallon de Vitré.
Ces anciens rattachements sont aujourd'hui considérés comme restant à prouver.

Références

  1. Louis du Bois, Vitré, Essai sur l'histoire de la ville et de seigneurs jusqu'à la Révolution, 152 p. (ISBN 978-2-906064-24-9, lire en ligne), p. 15
  2. Michel Brand'Honneur, Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes (XIe-XIIe siècles), Presses Universitaires de Rennes, 2001 (ISBN 2 86847 5612), tableau 33, p 290
  3. Michel Brand'Honneur Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes (XIe-XIIe siècles)' PUR Rennes (2001) (ISBN 2 86847 5612) « Vitré: tableau 33 » p. 265
  4. « Étymologie et histoire de Marcillé-Robert » (consulté le 23 juin 2017)
  5. Michel Brand'Honneur Manoirs et châteaux dans le comté de Rennes (XIe-XIIe siècles)' PUR Rennes (2001) (ISBN 2 86847 5612) tableau 33 p. 290
  6. René Pocard du Cosquer de Kerviler, Répertoire général de bio-bibliographie bretonne, Volume 1, 1886, page 41.
  7. « Vitré : Histoire, Patrimoine, Noblesse »

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de la généalogie
  • Portail de la Bretagne
  • Portail du duché de Bretagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.