Ferdinand III de Habsbourg

Ferdinand III de Habsbourg ( - ) fut empereur élu des Romains, roi de Germanie, de Hongrie, de Bohême (etc...)[1].

Pour les articles homonymes, voir Ferdinand III.

Ferdinand III

Portrait de Ferdinand III par Frans Luycx (en), Musée d'histoire de l'art de Vienne.
Titre
Roi de Hongrie

(31 ans, 3 mois et 25 jours)
Couronnement , à Sopron
Prédécesseur Ferdinand II
Successeur Léopold Ier
Roi de Bohême
Couronnement , à Prague
Prédécesseur Ferdinand II
Successeur Léopold Ier
« Roi des Romains »
Couronnement , à Ratisbonne
Prédécesseur Ferdinand II
Successeur Léopold Ier
Empereur du Saint-Empire
Prédécesseur Ferdinand II
Successeur Léopold Ier
Biographie
Dynastie Habsbourg
Nom de naissance Ferdinand-Ernest de Habsbourg
Date de naissance
Lieu de naissance Graz (Styrie)
Date de décès
Lieu de décès Vienne (Autriche)
Sépulture Crypte des Capucins
Père Ferdinand II
Mère Marie-Anne de Bavière
Conjoint Marie-Anne d'Autriche
Marie-Léopoldine d'Autriche
Éléonore de Nevers-Mantoue
Enfants Voir section


Il est né à Graz dans le duché de Styrie, second fils du futur empereur Ferdinand II et de Marie-Anne de Bavière. Le décès de son frère aîné en fit l'héritier de son père à l'âge de 11 ans. Il fut instruit et éduqué dans la religion catholique par les jésuites. Le duc de Styrie fut élu empereur en 1619 à la mort de son cousin l'empereur Matthias Ier, peu après le déclenchement de la Guerre de Trente ans.

Afin de préparer sa succession, son père le nomme roi de Hongrie le , de Bohême le , élu « Roi des Romains » c'est-à-dire héritier présomptif de l'Empire, le . Il fut élu empereur des Romains à la mort de Ferdinand II en 1637.

Règne

En 1634, pendant la guerre de Trente Ans, il acquit la gloire en battant les Suédois à la bataille de Nördlingen en compagnie de son cousin espagnol Don Fernando (le cardinal-infant) et assisté du général Matthias Gallas.

Espérant conclure la paix rapidement, il participa à la négociation du traité de Prague en 1635. La guerre se poursuivit néanmoins encore onze années, lui occasionnant de nombreux revers.

Il continua la guerre, commencée par son père, et eut à combattre à la fois les Suédois (le général Carl Gustaf Wrangel) et leurs alliés français, conduits par Baner, Turenne et le Grand Condé. Impuissant à lutter contre de pareils adversaires, il se vit forcé de signer en 1648 les traités de Westphalie et de Münster avec la France, ainsi que le traité d'Osnabrück avec la Suède, qui mirent fin à la toute-puissance du Saint-Empire romain germanique.

Ces traités consacrèrent l'indépendance politique des différents États du Saint-Empire, laissèrent la Poméranie à la Suède, et assurèrent à la France l'Alsace (sauf Strasbourg) et lui confirmèrent juridiquement l'annexion de facto en 1552 de Metz, Toul et Verdun (qui formèrent les Trois-Évêchés).

Alliances et postérité

Ferdinand III se maria à trois reprises.

En 1631, sa première épouse fut Marie-Anne d'Autriche, infante d'Espagne (1606-1646) fille de Philippe III, roi d'Espagne et de Portugal et de Marguerite d'Autriche-Styrie. Marie-Anne d'Autriche avait donné six enfants à son époux :

Après la mort de Marie-Anne en 1646, Ferdinand III épousa en 1648, l'archiduchesse Marie-Léopoldine d'Autriche (1632-1649) fille de Léopold V d'Autriche-Tyrol, comte et électeur du Tyrol et de Claude de Toscane, avec qui il aura un fils :

Ferdinand III épousa enfin, Éléonore de Nevers-Mantoue (1628-1686) fille de Charles II de Nevers-Mantoue, duc de Mayenne et de Marie de Mantoue. Ils eurent deux filles :

Il mourut à Vienne le .

Ascendance

Thaler d'Augsbourg à l'effigie de Ferdinand III, 1641. Description revers : Vue de la ville d’Augsbourg sous un ange ; une pomme de pin sur une colonne accosté du millésime 1641 contenu dans un fleuron.

Notes

  1. Sa titulature en allemand commençait par : "Wir Ferdinand der Dritte von Gottes Gnaden erwählter Römischer Kayser, zu allen Zeiten Mehrer des Reichs, in Germanien, zu Hungarn, Böheim, Dalmatien, Croatien, und Sclavonien, etc. König, Ertzhertzog zu Oesterreich, Hertzog zu Burgund, zu Brabandt, etc.".

Voir aussi

Bibliographie

  • William Coxe, Histoire de la maison d'Autriche depuis Rodolphe de Habsbourg jusqu'à la mort de Léopold II (1218-1792), 1810. [lire en ligne]

Liens internes

Liens externes

  • Portail du XVIIe siècle
  • Portail de l'Autriche
  • Portail du Saint-Empire romain germanique
  • Portail de la Hongrie
  • Portail de la République tchèque
  • Portail de la monarchie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.