Ferdinand Willaert

Ferdinand Willaert (1861-1939) est un peintre belge. Ses œuvres montrent une évolution vers le postimpressionnisme.

Ferdinand Willaert
Portrait par son épouse Valentine Willaert-Fontan
Naissance
Décès
(à 77 ans)
Gand
Nationalité
Belge
Activité
signature

Biographie

Ferdinand Willaert est né le 15 janvier 1861 à Gand en Belgique. Son père Charles-Louis était un peintre, spécialisé en portraits et compositions religieuses. Deux de ses frères (d'une fratrie de 13 !), Arthur (1875-1942) et Robert (1878-1949), étaient également peintres ; Arthur peignait des marines et Robert des chiens.

Après des études secondaires Willaert entre à l'Académie royale des beaux-arts de Gand. Son mentor était Théodore Canneel. En 1884 il est devint lui-même professeur à l'Académie. De 1887 à 1890 il fut élève à l'Académie des Beaux-Arts de Paris.

Entre 1890 et 1892 il voyagea au Maroc avec ses amis Albert Lebourg et Ignacio Zuloaga. Dès son retour, Willaert exposa ses tableaux de Tanger au « (Cercle Artistique et Littéraire de Gent (nl) ». L'exposition marqua le début de sa renommée. Ses œuvres se trouvaient régulièrement dans le Salon des artistes français.

En 1893, Ferdinand Willaert devint directeur de l’Académie des Beaux-arts de Dendermonde jusqu'à sa retraite en 1936. Il habitait Drabstraat, Gand, mais, en tant que directeur, il avait un appartement de fonction à Dendemonde et travaillait là pendant la semaine.

Après le décès de sa première femme en 1904, Willaert épouse en 1908 le peintre Valentine Fontan (nl) (1882-1932), fille du peintre Joseph-Auguste Fontan[1], qu'il avait rencontré à Paris. Valentine Willaert a donné naissance à une fille, Marguerite, en 1918.

Après son mariage avec Valentine, Ferdinand passait chaque été dans la résidence de son beau-père à Magnan (Gers) où toute la famille peignait.

En 1912 Willaert résida pendant trois mois dans la ville de Veere (Pays-Bas), en 1913 il voyagea en Espagne et en 1914 en Suisse. Pendant les années 1914-1918 Willaert resta à Gand ou il peignit les paysages et les châteaux de Destelbergen et de Mariakerke.

Ferdinand Willaert était membre de plusieurs associations, dont les plus importantes : Société des artistes français à Paris, la Société Royale des Beaux-Arts à Bruxelles, la Société Nationale des Beaux-Arts et la Société du Salon d’Automne à Paris.

Il a été élevé chevalier de l'Ordre de la Couronne et officier de l'Ordre de Léopold.

Ferdinand Willaert est mort en 1938 et enterré dans le caveau familial du Campo Santo (nl) de Sint-Amandsberg, Gand.

Quelques œuvres

Ferdinand Willaert est connu pour ses tableaux des anciens quartiers de Gand, en particulier pour ses canaux. Un autre sujet de prédilection est les béguinages de Gand. Mais il a également peint des portraits remarquables.

Œuvres dans des collections publiques

Musée Royaux des Beaux-Arts de Belgique :

  • Portrait de Marguerite, fille de l'artiste (1920)
  • Arcades à Tanger II
  • Bras de l'Escaut (?) avec vue sur la ville de Gand
  • Dans l'atelier de Ferdinand Willaert et Valentine Fontan
  • En famille. Le goûter sous les chênes à Crémens
  • Enfants de choeur de l'église Saint-Michel à Gand
  • Fin d'après-midi à Crémens
  • La paysanne à la bassine
  • La saison des ceps en Armagnac
  • Le café sur la terrasse à Houga (Gers)
  • Le calvaire au béguinage de Termonde II
  • Le vieil Escaut à Audenarde
  • Marché à Tanger
  • Orage sur le Quai au Bois à Gand
  • Pêcheurs attendant la marée
  • Portrait d'Augustin Fontan, beau-père de l'artiste
  • Portrait de la mère de l'artiste
  • Portrait de Marguerite, fille de l'artiste
  • Quai au Blé à Gand

Musée d'Orsay, Paris :

  • Entrée du Béguinage, Gand

Musée des beaux-arts de Pau :

  • La Lys au Coès à Gand

Expositions

Chaque année, de 1890 à 1938 Willaert exposait à la Société nationale des beaux-arts, aussi connu comme le Salon du Champ-de-Mars. En Belgique il exposait aux salons d'Anvers, Bruxelles, Gand, Liège, Namur, Ostende et Tournai.

Il a reçu des honneurs à l'Exposition de Bordeaux en 1895, à l'Exposition universelle de 1900 et à l'Exposition universelle de 1904 de Saint-Louis.

Des expositions rétrospectives de ses œuvres ont eu lieu à :

Bibliographie

  • Camille Lemonnier, L’École Belge de Peinture : 1830 - 1905, Bruxelles, G. Van Oest, , 470 p. (disponible sur Internet Archive).
  • (en) Rodolf Rademakers et Willem G Flippo, Lexikon of the belgian romantic painters, Anvers, International art press, .
  • Patrick Berko et Viviane Berko, Dictionnaire des peintres belges nés entre 1750 et 1875, Bruxelles, Laconti, , 815 p..
  • Philippe Roberts-Jones (préf. Éliane De Wilde), Le dictionnaire des peintres belges du XIVe siècle à nos jours : depuis les premiers maîtres des anciens Pays-Bas méridionaux et de la Principauté de Liège jusqu'aux artistes contemporains, Bruxelles, La Renaissance du Livre, , 1207 p..

Références

  1. Joseph Augustin Fontan est né à Cremens hameau de Magnan (Gers) au milieu du 19e siècle. Il exposait au Salon de Paris en 1880 ; les natures mortes étaient sa spécialité.
  2. « Entrée du Béguinage, Gand », notice no 000PE008913, base Joconde, ministère français de la Culture
  3. Donation de Marguerite Willaert au Musée Royal des Beaux-arts de la Belgique, Bruxelles 1993
  4. « La Lys au Coès à Gand », notice no 00980001130, base Joconde, ministère français de la Culture
  5. Musée Royaux des Beaux-Arts de Belgique
  6. (nl) Willy Laureyssens, Retrospectieve tentoonstelling Ferdinand Willaert, 1861-1938, Deinze, Museum van Deinze en Leiestreek, 35 p..
  7. (nl) Jean-Pierre De Bruyn, Ferdinand Willaert, 1861-1938 : Een dialoog met het impressionisme (25-06 à 27-08- 1989), Stedelijk Museum Sint-Niklaas, , 145 p..
  8. Willy Laureyssens, Ferdinand Willaert : Le legs Marguerite Willaert, Bruxelles, Koninklijke Musea voor Schone Kunsten, .

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de la Belgique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.