Football aux Jeux olympiques

Le football aux Jeux olympiques d'été est une discipline olympique depuis les Jeux olympiques de 1900 à Paris (en 1896[1], il n'avait que le statut de sport de démonstration). Les Jeux olympiques furent la première compétition internationale de l'histoire du football, et subirent plusieurs changements en raison du professionnalisme, de la création de la coupe du monde ou du développement du football à travers le monde. Les champions olympiques en titre sont chez les hommes le Brésil et chez les femmes l'Allemagne.

Football aux Jeux olympiques
Généralités
Sport Football
Création
1re apparition Paris, 1900 (officiel)
Atlanta, 1996
Organisateur(s) CIO / FIFA
Éditions

 : 26e en 2016

 : 6e en 2016
Périodicité Tous les 4 ans
Nations

 : 16

 : 12
Épreuves 2

Palmarès
Tenant du titre  : Brésil
 : Allemagne
Plus titré(s)  : Hongrie (3)
 : États-Unis (4)
Pour la compétition à venir voir :
Football aux Jeux olympiques d'été de 2020

En raison de la médiatisation constante et afin d'éviter l'effet doublon, le CIO n'autorise que les moins de 23 ans à prendre part à la compétition. D'autant plus que la FIFA n'inscrit pas les olympiades dans son calendrier, rendant donc les clubs moins enclins à prêter leurs joueurs[2].

Le football est un sport olympique présentant deux particularités : la première est que la compétition démarre 2 jours avant la cérémonie d'ouverture des jeux (depuis les JO 1992 - hormis ceux de 1996), du fait que plus de 50 matchs doivent se jouer tout en respectant 6 jours de repos[3],[4]. La deuxième est que le tournoi requiert au moins 5 stades, et que la compétition est alors répartie sur tout le pays-hôte, des matchs se jouant en province et la finale au stade de la ville-hôte ordinairement [2].

Histoire

Sport en 1896 lors des premières Olympiades à Athènes jusqu'en 1904 à Saint-Louis, le tournoi olympique était disputé par des équipes nationales sélectionnées et des clubs locaux sur des matchs d'exhibition avec un format précaire. Les tournois de 1900 et de 1904 sont officialisées plus tard par le Comité international olympique.

À partir de 1908, des éliminatoires sont mis en place et les éditions sont reconnues par la FIFA. Seules les nations européennes y participèrent jusqu'en 1924 (à l'exception de l'Égypte en 1920), en 1908 et 1912, le Royaume-Uni s'imposa contre le Danemark puis en 1920 la Belgique gagna contre la Tchécoslovaquie. En 1924, des nations sud-américaines font leurs apparitions et dominent alors le tournoi en 1924 et 1928, avec la victoire de l'Uruguay. Le football entre en pleine phase de professionnalisation et des désaccords entre la FIFA et le CIO surviennent autour du statut amateur. En conséquence le CIO renonce à inscrire le football au programme des jeux de 1932 à Los Angeles[5], mais la discipline effectue cependant son grand retour dès 1936 à Berlin (victoire de l'Italie). Les années 1930 ont ainsi marqué un changement radical dans le statut du football olympique en raison de l'arrivée du professionnalisme dans les grandes nations de football (Angleterre, France, Italie, Espagne, Brésil, Argentine ou Uruguay) et de la mise en place d'une autre compétition internationale depuis 1930 : la Coupe du monde. Après la Seconde Guerre mondiale et une parenthèse scandinave (victoire de la Suède en 1948) les équipes d'Europe de l'Est font main basse sur le tournoi, remportant tous les titres jusqu'en 1980 (la Hongrie en 1952, 1964, 1968, l'Union soviétique en 1956, la Yougoslavie en 1960, la Pologne en 1972, l'Allemagne de l'Est en 1976 et la Tchécoslovaquie en 1980). Cette domination sans partage des pays de l'Est ne doit rien au hasard. En effet les meilleurs joueurs des pays communistes du bloc de l'Est où le sport professionnel n'avait pas d'existence légale bénéficiaient tous du statut d'amateur, ce qui ne les empêchaient pas de participer également à la Coupe du Monde et d'y briller à l'occasion. Aux Jeux Olympiques, face aux vrais amateurs des autres grandes nations, ils partaient donc avec un avantage certain.

Conscient de ce problème d'équité, le CIO décide de s'adapter aux réalités du football moderne et lâche du lest sur l'amateurisme en ouvrant enfin la porte du tournoi olympique au professionnalisme : en 1984 les joueurs professionnels sont autorisés à participer pour la première fois (sous conditions pour les Européens et Sud-Américains de ne pas avoir disputé la Coupe du Monde)[6]. L'effet est immédiat : la France, sacrée championne d'Europe deux moins plus tôt, remporte l'or olympique à Los Angeles face au Brésil en finale en alignant ses meilleurs joueurs n'ayant pas disputé l'Euro (ni la Coupe du monde), confirmant ainsi la bonne santé du football tricolore. La réforme est un succès car elle a permis de rééquilibrer les forces entre pays de tous continents. Après une ultime victoire d'un pays de l'Est (Union soviétique) aux JO de 1988 à Séoul , le CIO et la FIFA décident pour 1992 de rajeunir le tournoi en autorisant la participation sans restriction de tous joueurs de moins de 23 ans, avec possibilité de sélectionner 3 joueurs de plus de 23 ans)[7]. Le continent africain fort de jeunes joueurs de talent, semble bénéficier de ces nouvelles règles, et voit triompher à la suite le Nigeria (en 1996), puis le Cameroun (en 2000), ce qui permet au tournoi olympique d'accroître encore son intérêt. En 2004, l'Argentine remporta le tournoi.

En 1996, un tournoi féminin fut mis en place à Atlanta ; contrairement aux hommes, toute joueuse peut y prendre part quel que soit l'âge[7]. Les Américaines ont remporté à quatre reprises l'épreuve (1996, 2004, 2008 et 2012 ; finalistes en 2000), les Norvégiennes (2000) et les Allemandes (2016) une fois.

Outre les équipes sud-américaine de l'Uruguay avant-guerre en 1924 et 1928 (ainsi que les Anglais Vivian Woodward, Ronald Brebner et Arthur Berry en 1908 et 1912), seuls le hongrois Dezső Novák (1964, 1968) et l'argentin Javier Mascherano (2004, 2008) furent également double champions olympiques après-guerre.

Jeux olympiques et sélection nationale

En 1999, la FIFA décide que les matchs de football disputés dans le cadre des Jeux olympiques à partir des Jeux olympiques de Rome de 1960 ne comptent pas comme sélection nationale en équipe A[8],[9],[10].

Palmarès

Hommes

Le tableau suivant retrace pour chaque édition de la compétition le palmarès du tournoi et la nation hôte. Les Jeux olympiques d'été de 1960 marquent le moment où la FIFA ne considère plus les matchs comme officiellement joués par les sélections A. Même pour les compétitions jouées avant 1960, certaines fédérations considèrent parfois que les équipes les représentant ne sont pas des sélections A, estimant que leur sélection de joueurs amateurs n'est substantiellement pas la même que celle constituée de leurs joueurs professionnels, c'est le cas notamment de l'Autriche en 1936. Le tableau renvoie alors aux sélections dites olympiques après 1960 et aux sélections A avant 1960, sauf pour l'équipe de Grande-Bretagne qui est un cas à part, ne disputant pas de match autre que dans le cadre des Jeux olympiques.

Palmarès du tournoi masculin par édition
Édition Ville hôte Or Argent Bronze
Équipes locales (non reconnu par la FIFA)
0Jeux olympiques 1896Athènes Danemark Athènes Smyrne
1[11]Jeux olympiques 1900Paris Upton Park Football Club Club français Fédération Athlétique Universitaire Belge[12]
2[11]Jeux olympiques 1904Saint Louis Galt Football Club Christian Brothers College St. Rose Parish
*Jeux olympiques intercalés 1906Athènes Sélection de Copenhague Smyrne Omilos Philomousson Salonique
Équipes nationales A (joueurs amateurs, matchs officiels)
3Jeux olympiques 1908Londres Grande-Bretagne Danemark Pays-Bas
4Jeux olympiques 1912Stockholm Grande-Bretagne (2) Danemark Pays-Bas
5Jeux olympiques 1920Anvers Belgique Espagne Pays-Bas
6Jeux olympiques 1924Paris Uruguay Suisse Suède
7Jeux olympiques 1928Amsterdam Uruguay (2) Argentine Italie
8Jeux olympiques 1936Berlin Italie Autriche Norvège
9Jeux olympiques 1948Londres Suède Yougoslavie Danemark
10Jeux olympiques 1952Helsinki Hongrie Yougoslavie Suède
11Jeux olympiques 1956Melbourne Union soviétique Yougoslavie Bulgarie
Sélections olympiques (joueurs amateurs, matchs non officiels pour les sélections A)
12Jeux olympiques 1960Rome Yougoslavie Danemark Hongrie
13Jeux olympiques 1964Tokyo Hongrie (2) Tchécoslovaquie Équipe unifiée d’Allemagne
14Jeux olympiques 1968Mexico Hongrie (3) Bulgarie Japon
15Jeux olympiques 1972Munich Pologne Hongrie Union soviétique
Allemagne de l'Est
16Jeux olympiques 1976Montréal Allemagne de l'Est Pologne Union soviétique
17Jeux olympiques 1980Moscou Tchécoslovaquie Allemagne de l'Est Union soviétique
Sélections olympiques (joueurs n'ayant pas joué de Coupe du monde pour l'UEFA et la COMNEBOL)
18Jeux olympiques 1984Los Angeles France Brésil Yougoslavie
19Jeux olympiques 1988Séoul Union soviétique (2) Brésil Allemagne de l'Ouest
Sélections olympiques (joueurs de moins de 23 ans)
20Jeux olympiques 1992Barcelone Espagne Pologne Ghana
Sélections olympiques (joueurs de moins de 23 ans avec trois joueurs au-dessus de l'âge)
21Jeux olympiques 1996Atlanta Nigeria Argentine Brésil
22Jeux olympiques 2000Sydney Cameroun Espagne Chili
23Jeux olympiques 2004Athènes Argentine Paraguay Italie
24Jeux olympiques 2008Pékin Argentine (2) Nigeria Brésil
25Jeux olympiques 2012Londres Mexique Brésil Corée du Sud
26Jeux olympiques 2016Rio de Janeiro Brésil Allemagne Nigeria

Femmes

Le tableau suivant retrace pour chaque édition de la compétition le palmarès du tournoi et la nation hôte.

Palmarès du tournoi féminin par édition
Édition Ville hôte Or Argent Bronze
1Jeux olympiques 1996Atlanta États-Unis Chine Norvège
2Jeux olympiques 2000Sydney Norvège États-Unis Allemagne
3Jeux olympiques 2004Athènes États-Unis (2) Brésil Allemagne
4Jeux olympiques 2008Pékin États-Unis (3) Brésil Allemagne
5Jeux olympiques 2012Londres États-Unis (4) Japon Canada
6Jeux olympiques 2016Rio de Janeiro Allemagne Suède Canada
7Jeux olympiques 2020Tokyo … …… …… …

Records

  • Le Royaume-Uni et la Hongrie ont remporté le plus de victoires dans le tournoi masculin : 3 (de 1900 à 1912 pour le Royaume-Uni et de 1952 à 1968 pour la Hongrie mais la première victoire britannique, en 1900, a été remportée par une équipe de club et non par une équipe nationale dans un tournoi non reconnu par la FIFA).
  • La Yougoslavie a disputé 4 finales consécutives, de 1948 à 1960, tandis que l'équipe des États-Unis de soccer féminin en dispute 5 et en remporte 4 dont 3 consécutives de 2004 à 2012.
  • Le Hongrois Dezsö Novák est le seul joueur triple médaillé olympique dans cette discipline[13].

Meilleurs buteurs masculins

14 buts
13 buts
12 buts
11 buts
10 buts
9 buts
8 buts

Meilleurs buteurs féminins

14 buts
11 buts
10 buts
9 buts
8 buts
7 buts
6 buts

Sélectionneurs vainqueurs

Épreuve masculine

Année Sélectionneur vainqueur Champion
1896 Inconnu Danemark
1900 James Henry Jones Upton Park Football Club
1904 Louis Blake Duff Galt Football Club
1906 Inconnu Danemark
1908 Alfred Davis Grande-Bretagne
1912 Adrian Birch Grande-Bretagne
1920 Raoul Daufresne de La Chevalerie Belgique
1924 Ernesto Fígoli Uruguay
1928 Primo Gianotti Uruguay
1936 Vittorio Pozzo Italie
1948 George Raynor Suède
1952 Gusztáv Sebes Hongrie
1956 Gavriil Kachalin Union soviétique
1960 Aleksandar Tirnanić Yougoslavie
1964 Károly Lakat Hongrie
1968 Károly Lakat Hongrie
1972 Kazimierz Górski Pologne
1976 Georg Buschner Allemagne de l'Est
1980 František Havránek Tchécoslovaquie
1984 Henri Michel France
1988 Anatoli Bychovets Union soviétique
1992 Vicente Miera Espagne
1996 Jo Bonfrère Nigeria
2000 Jean-Paul Akono Cameroun
2004 Marcelo Bielsa Argentine
2008 Sergio Batista Argentine
2012 Luis Fernando Tena Mexique
2016 Rogério Micale Brésil

Épreuve féminine

Année Sélectionneur vainqueur Champion
1996 Tony DiCicco États-Unis
2000 Per-Mathias Høgmo Norvège
2004 April Heinrichs États-Unis
2008 Pia Sundhage États-Unis
2012 Pia Sundhage États-Unis
2016 Silvia Neid Allemagne

Tableau des médailles

Rang Nation Or Argent Bronze Total
Le tableau ci-dessous présente le bilan, par nations, des médailles obtenues au football lors des Jeux olympiques d'été, de 1900 à 2016. Le rang est obtenu par le décompte des médailles d'or, puis en cas d'ex æquo, des médailles d'argent, puis de bronze.
1 États-Unis4217
2 Hongrie3115
3 Royaume-Uni3003
4 Argentine2204
5 Union soviétique2035
6 Uruguay2002
7 Brésil1528
8 Danemark1315
Yougoslavie1315
10 Espagne1203
Pologne1203
12 Allemagne1146
13 Suède1124
14 Allemagne de l'Est1113
Nigeria1113
16 France1102
Tchécoslovaquie1102
18 Canada1023
Italie1023
Norvège1023
21 Belgique1001
Cameroun1001
Mexique1001
24 Bulgarie0112
Japon0112
27 Autriche0101
Chili0101
Paraguay0101
Suisse0101
31 Pays-Bas0033
32 Allemagne de l'Ouest0011
Chili0011
Corée du Sud0011
Ghana0011
Grèce0011


Tableau masculin
Pos. Pays Or Argent Bronze Total
1 Hongrie3115
2 Grande-Bretagne3003
3 Argentine2204
4 Union soviétique2035
5 Uruguay2002
6 Brésil1326
7 Yougoslavie1315
8 Pologne1203
Espagne1203
10 Allemagne de l'Est1124
11 Nigeria1113
12 France1102
Tchécoslovaquie1102
14 Italie1023
Suède1023
16 Belgique1012
17 Cameroun1001
Canada1001
Mexique1001
20 Danemark0314
21 Allemagne[14]0112
Bulgarie0112
États-Unis0112
24 Autriche0101
Paraguay0101
Suisse0101
27 Pays-Bas0033
28 Chili0011
Ghana0011
Japon0011
Corée du Sud0011
Norvège0011
Tableau féminin
Pos. Pays Or Argent Bronze Total
1 États-Unis4105
2 Allemagne1034
3 Norvège1012
4 Brésil0202
5 Chine0101
5 Japon0101
5 Suède0101
8 Canada0022

https://www.sports-reference.com/olympics/sports/FTB/

Notes et références

  1. "L'encyclopédie mondiale du football 2003-04'', David Goldblatt, p. 46
  2. « Pourquoi on se fout du foot aux JO », sur HuffPost,
  3. (en) « Rio Olympics 2016: Football kicks off Games before opening ceremony », sur BBC,
  4. (en) « Why soccer at the Rio Olympics actually starts before the opening ceremony », sur CBS Sports,
  5. FIFA.com, « Tournoi Olympique de Football Berlin 1936 - Aperçu », sur FIFA.com (consulté le 8 avril 2019)
  6. https://fr.fifa.com/tournaments/archive/mensolympic/losangeles1984/index.html
  7. olympic.org
  8. (en) Roberto Mamrud, Karel Stokkermans, « Olympic Matches », sur rsssf.com, (consulté le 8 septembre 2009)
  9. (de) « Erklärung by FIFA / IFFHS », sur iffhs.de (consulté le 8 septembre 2009)
  10. (de) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en allemand intitulé « FIFA-Regelung zu Länderspielen (1999) » (voir la liste des auteurs).
  11. Tournoi reconnu par le Comité international olympique mais pas par la FIFA.
  12. « NOUVELLES SPORTIVES. FOOTBALL. », sur kbr.be, Journal de Bruxelles, Première édition, p.3, (consulté le 21 octobre 2017)
  13. multimedia.olympic.org
  14. Entre 1896 et 1952 et de 1992 à aujourd'hui. Inclut les médailles de l'équipe unifiée d'Allemagne (EUA, 1956-1964) et l'Allemagne de l'Ouest (RFA, 1968-1988), car c'est le même CNO. N'inclut pas les résultats de l'Allemagne de l'Est (RDA, 1968-1988).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des Jeux olympiques
  • Portail du football
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.