Forces armées chiliennes

Les Fuerzas Armadas de Chile dépendent du ministerio de defensa de Chile (ministère de la Défense du Chili), et sont composées des branches armées suivantes :

Forces armées chiliennes
Branches Force Aérienne
Armée de terre
Marine
Quartier-général Santiago du Chili
Commandement
Président de la République Sebastián Piñera
Ministre de la Défense Alberto Espina Otero
Chef d'état-major Vice Amiral Rodrigo Álvarez Aguirre
Main-d'œuvre
Actifs 73 860 (2013)[1]
Déployés hors du pays 455 (27 octobre 2014)[2]
Réservistes 40 000 (2013)[1]
Paramilitaires 44 712[1]
Budgets
Budget 5,31 milliards de dollars[1] (2013)

La Constitución Política de Chile (la constitution) les charge de défendre le pays et établit son caractère essentiel dans la sécurité nationale. Après la cavale de l'ex-vice directeur de la DINA Raúl Iturriaga en 2007, l'armée chilienne a cessé de financer la défense juridique des militaires inculpés pour les crimes commis lors de la dictature de Pinochet[3].

Organisation générale

Structure de l'armée chilienne en 2006

Armée de terre

Marine de guerre

Le Buque Escuela Esmeralda. Navire-école de la Armada de Chile, qui fut employé comme centre de détention et de torture sous Pinochet, de 1973 à 1980[4].

Force aérienne

Références

  1. Benoist Bihan, « La meilleure force terrestre de l'Amérique latine ? » in Défense et sécurité internationale, n°109, décembre 2014, p. 76.
  2. Thomas Huchon, Fin de cavale pour le tortionnaire chilien Raul Iturriaga, Rue89, 21 août 2007
  3. Niegan libertad en crimen de sacerdote en la Esmeralda, La Nación, 3 May 2008 (es)

Liens externes

  • Portail du Chili
  • Portail de l’histoire militaire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.