Forteresse del Tocco

La forteresse del Tocco est une forteresse sicilienne construite à la fin du XVIe siècle à Acireale en Sicile par Camillo Camilliani et Vincenzo Geremia. Elle avait pour but la protection de la ville contre les raids menés par les pirates barbaresques.

Forteresse del Tocco

La forteresse, peinture de Giacinto Platania (1657)
Type Forteresse
Architecte Camillo Camilliani et Vincenzo Geremia
Début construction 1592
Fin construction 1616
Propriétaire initial Espagnols
Destination initiale Protection contre les pirates Barbaresques
Propriétaire actuel Azienda Foreste Demaniali della Regione Siciliana
Destination actuelle Réserve naturelle de La Timpa
Coordonnées 37° 36′ 47″ nord, 15° 10′ 19″ est
Pays Italie
Région historique Royaume de Sicile
Région italienne Sicile
Commune Acireale

Historique

À la suite de la bataille de Lépante, en 1571, les raids menés par les pirates barbaresques sur les côtes italiennes s'intensifient. En 1582, Acireale essuie une tentative d'invasion turque dirigée par le gouverneur de la régence d'Alger, Uluç Ali Paşa, un Calabrais converti à l'islam. La peur provoquée par cet événement, poussa la population d'Acireale à se doter d'un système de défense à la fin duquel aboutira la forteresse del Tocco.

À la fin du XVIe siècle, les Espagnols, alors maîtres de l'île, entreprirent d'importantes œuvres de fortification le long du littoral d'Acireale : la Torre Alessandrano, la Torre di Sant'Anna (en 1585) dans le bourg de Capo Mulini, la Garitta di S. Tecla et la Forteresse del Tocco (entre 1592 et 1616).

La forteresse del Tocco fut à l'origine un projet de l'architecte Camillo Camilliani mais elle fut construite par Vincenzo Geremia à qui l'on doit plusieurs modifications sur les plans originaux de Camillo Camilliani.

En 1575, la forteresse est utilisée comme place forte contre les Français qui essaient de prendre la Sicile.

Au XIXe siècle, le fort perdit sa charge militaire et fut donc abandonné. En 1804, le dernier canon encore présent fut déplacé à la Pinacoteca Zelantea de Acireale où il est encore visible.

Depuis 1999, la forteresse et le Rocher de la Timpa, sur lequel elle est construite, font partie de la réserve naturelle de La Timpa.

Bibliographie

  • AA.VV., Acireale (speciale della rivista Kalos), Edizioni Ariete, Palerme.
  • D. Brocato, G. Scarcella, Castelli e luoghi fortificati della provincia di Catania, Apt Catane, 2004.
  • G. Gravagno, La Storia di Aci, Acireale, 1992.
  • M. C. Gravagno, Aci nei secoli XVI e XVII, Acireale, 1986.
  • V. Raciti Romeo, Acireale e Dintorni. Guida storica monumentale, Acireale, 1927 (ristampa: Accademia degli Zelanti e dei Dafnici, Acireale,1980)
  • S. Raccuglia, Storia di Aci (ristampa: Accademia degli Zelanti e dei Dafnici, Acireale, 1987).
  • S. Rizzo, Acireale. Guida monumentale e turistica., Acireale, 1977.
  • L. Vigo, Guida di Acireale, Accademia degli Zelanti e dei Dafnici, Acireale, 1870 ca.

Source de la traduction

  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Renaissance
  • Portail de la Sicile
  • Portail de l’armée italienne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.