Fourmi légionnaire

« Fourmi légionnaire » est un nom vernaculaire ambigu désignant en français certaines fourmis nomades vivant sur tous les continents et classées dans les sous-familles suivantes : Ecitoninae, Aenictinae, Dorylinae[réf. souhaitée].

Fourmi légionnaire
Nom vulgaire ou nom vernaculaire ambigu :
l'appellation « Fourmi légionnaire » s'applique en français à plusieurs taxons distincts.
Colonne de Dorylus

Taxons concernés

Les espèces des sous-familles :

Les « fourmis légionnaires » forment des colonies d'une très grande importance (minimum 100 000 individus, pouvant aller jusqu'à 20 millions). Elles ont la particularité d'attaquer leurs proies de manière massive au cours de leurs déplacements (qui sont cycliques) en effectuant des reconnaissances préalables bien qu'elles soient aveugles. De telles migrations sont appelées marabunta en espagnol[réf. souhaitée] et taoca en portugais (Brésil).

En mai 2003, le docteur Sean G. Brady publie dans la revue PNAS une analyse phylogénétique combinant des données moléculaires et comportementales. Cette étude contredit l'hypothèse globalement acceptée à l'époque selon laquelle le comportement des fourmis légionnaires serait le fruit d'une convergence évolutive[1],[2]. Les fourmis légionnaires descendraient toutes d'un ancêtre commun ayant vécu au Gondwana pendant le Crétacé.

Notes et références

  1. (en) Seán G. Brady, « Evolution of the army ant syndrome: The origin and long-term evolutionary stasis of a complex of behavioral and reproductive adaptations », PNAS, vol. 100, no 11, , p. 6575-6579 (DOI 10.1073/pnas.1137809100, lire en ligne)
  2. « Résumé en français de l'étude du Dr Brady », sur inra.fr, INRA, .
  • Portail de l’entomologie
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.