François Eymard-Duvernay

François Eymard-Duvernay est un économiste français né en 1945[1] et décédé le à Montrouge[2]. Il est un des principaux représentant de l'économie des conventions.

François Eymard-Duvernay
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Biographie

Jeunesse et études

Il fait des études d'économie à la faculté de droit et de sciences économiques de Paris. Il décide de ne pas continuer en thèse, et passe le concours d'administrateur de l'Insee[3].

Il soutient une thèse en 1994 et rejoint l'Université Paris-Nanterre[4], appelée "L'entreprise comme dispositif de coordination : modèles d'entreprises, qualifications du produit, qualifications du travail"[5].

Carrière dans l'administration

Il intègre l'INSEE en 1972, et se spécialise dans les questions touchant à l’emploi et à l'économie industrielle. Il y côtoie Robert Salais, André Orléan, Laurent Thévenot et Alain Desrosières. Il quitte l'INSEE en 1984 et dirige ensuite le Centre d'études de l'emploi dans lequel il contribue à développer le programme de l'économie des conventions[3]. Il quitte ce centre en 1993[1].

Parcours dans l'enseignement

Il soutient en 1994 une thèse à l'Université Paris-Nanterre, devant Luc Boltanski, Jacques Freyssinet, Antoine Lyon-Caen, Michaël Piore et Jean-Daniel Reynaud. Il est recruté l'année suivante comme professeur d'économie[6] à cette même l'université. Il rejoint l’UMR « FORUM » avec Michel Aglietta, Carlo Benetti, Philippe Hugon et Jean Cartelier.

Travaux

La théorie des conventions

François Eymard Duvernay est l'un des principaux représentant de l'économie des conventions, au même titre que Robert Salais, Laurent Thévenot, André Orléan ou encore Alain Desrosières. Il contribue au numéro fondateur de la Revue économique de , dans lequel est décrit le programme de recherche de cette nouvelle école de pensée[7].

Une nouvelle conceptualisation du chômage

François Eymard-Duvernay soutient que le chômage est avant tout un phénomène d'ordre qualitatif, dans le sens où, au-delà de la quantification par laquelle il peut êter représentée, il est principalement une condition d'existence. Il met ainsi une emphase sur les processus de la vie du chômeur et les épreuves qu'il doit affronter[8].

La réussite ou l'échec à ces épreuves va déterminer le futur professionnel du chômeur, qui peut soit connaître une continuation de sa trajectoire professionnelle, soit connaître une exclusion, le plus souvent durable, de l'emploi. Eymard-Duvernay se positionne ainsi en faveur d'un addendum à la théorie du chômage keynésien, en complétant l'analyse keynésienne. Il ne s’agit pas seulement de savoir comment créer des emplois, mais de partir de l'appréhension des différentes dimensions du travail : sa qualité, son éthique, ses conséquences sociales, etc[8].

Publications

  • Les secteurs de l'industrie et leurs ouvriers. Économie et statistique, 138(1), 49-68, 1981.
  • La qualification des produits. Le travail. Marché, règles, conventions, Paris, INSEE-Economica, 239-247, 1986.
  • Façons de recruter. Le jugement des compétences sur le marché du travail (avec Emmanuelle Marchal), Éditions Métailié, 1997.
  • Economie politique de l'entreprise. Paris: La découverte, 2004.

Notes et références

  1. « François EYMARD-DUVERNAY : sa biographie, son actualité, ses livres », sur Lisez! (consulté le 25 mars 2020)
  2. « François Eymard-Duvernay (1945?-2016) », sur data.bnf.fr (consulté le 25 mars 2020)
  3. Olivier Favereau, « Hommage à François Eymard-Duvernay », Revue Française de Socio-Économie, no 18, , p. 5–12 (ISSN 1966-6608, DOI 10.3917/rfse.018.0005, lire en ligne, consulté le 17 mars 2018)
  4. No Author, « François Eymard-Duvernay », Trivium. Revue franco-allemande de sciences humaines et sociales - Deutsch-französische Zeitschrift für Geistes- und Sozialwissenschaften, (ISSN 1963-1820, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  5. theses.fr, « L'entreprise comme dispositif de coordination : modèles d'entreprises, qualifications du produit, qualifications du travail », theses.fr, theses.fr, (lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  6. « Eymard-Duvernay, François - Persée », sur www.persee.fr (consulté le 25 mars 2020)
  7. François Eymard-Duvernay, « Conventions de qualité et formes de coordination », Revue économique, vol. 40, no 2, , p. 329–359 (DOI 10.2307/3502117, lire en ligne, consulté le 18 mars 2018)
  8. Gilles Raveaud, « François Eymard-Duvernay (dir.), Épreuves d’évaluation et chômage. Toulouse, Octarès, coll. « Le travail en débats », série « Entreprise, travail, emploi », 2012 », Travail et Emploi, no 136, , p. 85–86 (ISSN 0224-4365, lire en ligne, consulté le 25 mars 2020)
  • Portail de l’économie
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.