François Joseph de Riquet de Caraman-Chimay

François Joseph Philippe de Riquet de Caraman (né le à Paris et mort le à Toulouse), prince de Chimay en 1824, est l'arrière-arrière-petit-fils de Pierre-Paul Riquet, constructeur du Canal du Midi.

Biographie

Il est le 3e fils et 8e enfant de Victor Maurice de Riquet de Caraman (1727-1807) et de Marie Anne de Hénin-Liétard (1728-1800), princesse héritière de Chimay.

Il émigra durant la Révolution française, revint en France sous l'Empire et fut nommé chef de cohorte par Napoléon.

A la Restauration, le roi Louis XVIII le promut colonel de cavalerie et lieutenant de louveterie, et le fit chevalier de l'Ordre de Saint-Louis. Le 22 aout 1815, il fut élu député par le collège du département des Ardennes[1]. Il siégea dans la minorité de la chambre introuvable, et ne se représenta pas aux élections qui suivirent la dissolution du .

Sa principauté de Chimay et le canton du même nom ayant été cédés par le royaume de France au Royaume uni des Pays-Bas par le second traité de Paris signé le , il suivit le sort de ses propriétés. Il devint membre de la Première Chambre des États généraux des Pays-Bas en 1820, et fut incorporé en 1824 dans la noblesse de ce royaume en étant titré prince de Chimay par le roi des Pays-Bas Guillaume Ier.

François Joseph de Riquet de Caraman est mort à Toulouse le . Il a été inhumé aux côtés de son épouse dans la crypte de la collégiale de Chimay, qui se trouve sous l'actuelle sacristie.

Famille

Le 22 aout 1805, il avait épousé Doña Juana-Maria-Ignazia-Teresa dite Thérésia de Cabarrus (1773-1835) (Madame Tallien), ancienne épouse de Jean-Lambert Tallien.
Ils eurent quatre enfants :

Notes et références

Notes

  1. Élu à 103 voix sur 120 votants et 239 inscrits, soit 85,83 % des voix et une participation de 50,21 %.

Sources

  • « François Joseph de Riquet de Caraman-Chimay », dans Adolphe Robert et Gaston Cougny, Dictionnaire des parlementaires français, Edgar Bourloton, 1889-1891 [détail de l’édition]
  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail du XIXe siècle
  • Portail de la Belgique
  • Portail du Hainaut
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.