François Lefebvre de Caumartin

François Lefebvre de Caumartin ou Jean-François-Paul Lefèvre de Caumartin (né le à Châlons-en-Champagne - décédé le à l'âge de 65 ans à Blois) est un évêque catholique français.

Pour les articles homonymes, voir Lefebvre et Caumartin.
Pour les autres membres de la famille, voir Famille Le Fèvre de Caumartin.

François Lefebvre de Caumartin

Monseigneur François Lefebvre de Caumartin
Biographie
Naissance
Châlons-sur-marne
Ordination sacerdotale Vers 1693
Décès
Blois
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Évêque de Blois
Évêque de Blois
Évêque de Vannes
Autres fonctions
Fonction religieuse
Abbé de Buzay. Vicaire général de l'archevêque de Tours
Fonction laïque
Garde des livres du cabinet du roi
Membre de l'Académie française
Membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Biographie

Fils de Louis-François Le Fèvre de Caumartin, intendant de Champagne de 1667 à 1673, et frère de Louis Urbain Lefebvre de Caumartin et filleul du cardinal de Retz, d'abord destiné à l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem il reçoit de son parrain la commende de l'abbaye de Buzay dans la paroisse de Rouans, à l'âge de sept ans, et préside un an plus tard les États de Bretagne. Il est élevé à Paris où il devient garde des livres du cabinet du roi et où il est élu à 26 ans membre de l'Académie française en 1694 et de l’Académie des inscriptions et belles-lettres en 1701. Docteur en théologie à 29 ans il est vicaire général de l'archevêque de Tours, puis évêque de Vannes en 1717, confirmé le et consacré en à Dinan par Vincent-François Desmarets l'évêque de Saint-Malo et enfin transféré comme évêque de Blois de 1719 à sa mort [1].

Érudit de tendance janséniste et passionné de livres, bien que n'ayant lui-même rien produit, il laissa derrière lui une bibliothèque contenant près de 10 000 manuscrits et ouvrages imprimés. Il donna ses discours remarqués et parfois grinçants à l'image du discours de réception de François de Clermont-Tonnerre, évêque de Noyon, à l'académie[2], où après l'avoir tourné en ridicule pour plaire au roi, il tomba en disgrâce.

Selon le duc de Saint-Simon, l'évêque de Blois « avait beaucoup d'esprit et de savoir. Il était jeune et frère de différents lits de Caumartin, intendant des finances, fort à la mode en ce temps-là, et qui les faisait presque toutes sous Pontchartrain, contrôleur général, son parent proche et son ami intime. »[3],

Blason

Blason Nom de l'évêque et blasonnement
Les armes de Jean François Paul Lefèvre de Caumartin se blasonnent ainsi :

de gueules à la croix d'argent cantonnée de quatre croissants de même

Notes et références

  1. Armand Jean, Les Évêques et les archevêques de France depuis 1682 jusqu'à 1801, Paris et Mamers, p. 455
  2. Recueil des harangues prononcées par Messieurs de l'Académie françoise, dans leurs receptions, & en d'autres occasions differentes, depuis l'establissement de l'Académie jusqu'à présent, t. 2, Amsterdam, (lire en ligne), « Réponse de Mr. l'Abbé de Caumartin au Discours de Mr. l'Evêque de Noyon, prononcé le jour de sa Reception. », p. 440-443
  3. Mémoires, 1, XIII

Annexes

Bibliographie

  • Claude Gros de Boze, Éloge de Monsieur l'évesque de Blois, dans Histoire de l'Académie royale des inscriptions et belles-lettres depuis son établissement, avec les éloges des académiciens morts depuis son renouvellement, chez Hippolyte-Louis Guerin, Paris, 1740, tome 3, p. 159-175 (lire en ligne)

Article connexe

Liens externes

  • Portail de Vannes et de sa région
  • Portail du catholicisme
  • Portail de l'Académie française
  • Portail de l’ordre de Saint-Jean de Jérusalem
  • Portail du Centre-Val de Loire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.