François Valli

François Valli (Porto-Vecchio, - Muratello, ) est un militaire français, Compagnon de la Libération. Engagé dès 1927 dans les , il est en poste en Afrique au début de la Seconde Guerre mondiale et contribue au ralliement de l'Afrique-Équatoriale française à la France libre. Il participe ensuite aux campagnes du Moyen-Orient, d'Afrique et de libération de la France.

Pour les articles homonymes, voir Valli (homonymie).

François Valli
Naissance
Porto-Vecchio (Corse-du-Sud)
Décès
Muratello (Corse-du-Sud)
Origine France
Allégeance République française
Forces françaises libres
Arme Infanterie
Grade Lieutenant
Années de service 1927-1946
Conflits Seconde Guerre mondiale
Distinctions Commandeur de la Légion d'honneur
Compagnon de la Libération
Croix de guerre 1939-1945
Croix de guerre TOE
Croix de la Valeur militaire

Biographie

Jeunesse et engagement

François Valli voit le jour à Porto-Vecchio le dans une famille d'agriculteurs[1]. Il s'engage dans les troupes coloniales en 1927 et est stationné pendant 18 mois en Chine dans les concessions françaises avant de passer deux ans au Tonkin[2]. En 1932, il est muté au Maroc où il reste jusqu'en , date à laquelle il est affecté en Oubangui-Chari[3].

Seconde Guerre mondiale

Lorsque la guerre éclate, François Valli est toujours en poste en Oubangui-Chari où il commande le poste de Bayanga-Didi[1]. En , c'est un missionnaire du village voisin de Carnot qui lui apprend l'appel du général de Gaulle[3]. Il s'emploie alors à organiser le ralliement à la France libre, ce qu'il obtient le , deux jours avant que la totalité de l'Oubangui-Chari se range derrière le général[2]. En à Bangi est formé le Bataillon de marche n° 2 (BM2) placé sous le commandement de Robert de Roux. Valli, alors adjudant, se porte volontaire pour servir dans cette unité et quitte l'Afrique pour la Palestine le [1].

Basé à Qastina, il participe à la campagne de Syrie à partir du et à la prise de Damas le 21[3]. En septembre, il combat sur l'Euphrate contre des révoltes bédouines[1]. En , lui et le BM2 sont envoyés en Libye où ils participent à la bataille de Bir Hakeim. Valli s'y illustre particulièrement lorsque dans la nuit du 30 au , il organise un convoi sanitaire qu'il parvient à faire passer au milieu des patrouilles ennemies[2]. Le BM2 est de retour en Syrie en été 1942 et le , il reçoit sur son fanion la Croix de la Libération des mains du général de Gaulle[1]. Promu lieutenant et commandant la 5e compagnie du BM2, François Valli est à Madagascar en février 1943 puis de retour en Oubangui-Chari en octobre[3].

En , Valli débarque à Sète et prend part à la libération de la France[1]. En avril, il participe à la réduction de la poche de Royan[3]. Le , à Saint-Georges-de-Didonne, après avoir libéré le hameau de Boube, il s'empare du quartier de Didonne mais avant de pouvoir atteindre Royan il est grièvement blessé par des éclats d'obus[3]. Devant être évacué, il transmet le commandement de la 5e compagnie au lieutenant Jean Mufraggi[1].

Après-guerre

Réformé de l'armée en , il se retire à Toulon où il commence une carrière d'agent d'assurances[2]. Parallèlement, il s'engage dans la vie locale en devenant conseiller municipal et adjoint au maire de Toulon[1]. Il prend finalement sa retraite dans sa Corse natale et meurt le à Muratello où il est inhumé[3].

Décorations

 
Commandeur de la Légion d'honneur Compagnon de la Libération Médaille militaire
Croix de guerre 1939-1945 Croix de guerre TOE Médaille de la Résistance française
Croix du combattant Médaille des blessés de guerre Médaille coloniale
Avec agrafes "Maroc", "AFL", "Libye" et "Bir-Hakeim"
Médaille commémorative de Syrie-Cilicie
Avec agrafe "Levant"
Médaille commémorative des services volontaires dans la France libre

Références

  1. « Biographie - Ordre National de la Libération »
  2. Jean-Christophe Notin, 1061 Compagnons : histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2)
  3. Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, (ISBN 978-2-35639-033-2 et 2-35639-033-2)

Bibliographie

  • Jean-Christophe Notin, 1061 compagnons : Histoire des Compagnons de la Libération, Paris, Éditions Perrin, , 822 p. (ISBN 2-262-01606-2).
  • Vladimir Trouplin, Dictionnaire des Compagnons de la Libération, Elytis, , 1230 p. (ISBN 978-2-35639-033-2 et 2-35639-033-2).
  • François Marcot, Dictionnaire historique de la résistance : Résistance intérieure et France libre, Paris, Robert Laffont, , 1187 p. (ISBN 2-221-09997-4).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Résistance française
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
  • Portail de l’histoire militaire
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.