François de Villemontée

François de Villemontée (né à Paris, le , mort à Paris en juillet 1670), chevalier, seigneur de Montaiguillon et de Villenauxe, fut un évêque de Saint-Malo.

François de Villemontée

Portrait du prélat ornant le tableau de l'Assomption au retable du maître-autel de l'église Notre-Dame de La Gouesnière.
Biographie
Naissance
Paris, France
Ordination sacerdotale date inconnue
Décès 16 ou 18 juillet 1670
Paris, France
Évêque de l’Église catholique
Consécration épiscopale
Dernier titre ou fonction Évêque de Saint-Malo
Évêque de Saint-Malo

(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Biographie

Carrière civile

Fils aîné de François, seigneur de Villemontée (en Poitou) et de Montaiguillon (en Brie), procureur du Roi au Châtelet, et de Jeanne de Verdun, il est baptisé dans a paroisse Sant-Merri à Paris. On ignore sa formation mais il est titulaire d'une licence in utroque jure. Bien que tonsuré en 1605 il devint conseiller au parlement de Paris le [1].

Le , il épousa Philippine de la Barre[1], issue d'une ancienne maison de Flandre et fille d'un « contrôleur des écuries du roi » et « payeur des rentes de l'Hôtel de Ville », dont il eut trois enfants[2].

Louis XIII le nomma, le , conseiller du roi, maître des requêtes ordinaires de son hôtel[3]. De novembre 1631 à 1643, Villemontée fut intendant de justice, police, finances et marine en Poitou, Aunis, Saintonge et Angoumois, relayant bon gré mal gré l'impitoyable politique du cardinal de Richelieu[4]. Le , il devint conseiller au Conseil d'État et privé[5].

En juillet 1649, pour récompense de ses bons et loyaux services, sa terre de Montaiguillon fut érigée en marquisat[5].

Ruiné, il était séparé de sa femme depuis 1638[6]. Elle prononça en même temps que lui, le , des vœux de chasteté perpétuelle. Elle vécut dès lors aux Hospitalières de Paris, mais sans prononcer les autres vœux. Elle ne devint donc pas religieuse[7]. Villemontée se fit prêtre. On ignore à quelles dates il reçut les trois ordres majeurs[8].

L'influence de Le Tellier lui valut d'être désigné par Louis XIV évêque de Saint-Malo[9], le après le transfert à Chartres de Ferdinand de Neufville de Villeroy.

Épiscopat et décès

Le Saint-Siège hésitant à confirmer un évêque marié, la bulle de nomination ne fut fulminée par le pape Alexandre VII que le [10]. François de Villemontée prit possession de son siège épiscopal le par procureur, et fut consacré le 29 juin en l'église professe des jésuites à Paris par Victor Le Bouthillier, archevêque de Tours, assisté de Denis de La Barde, évêque de Saint-Brieuc, et d'Henri-Marie de Laval de Boisdauphin, évêque de Léon[11].

Mgr de Villemontée se distingua particulièrement dans la lutte contre le jansénisme. Le , il fut nommé par Alexandre VII comme un des neuf commissaires chargés du règlement de l'affaire des quatre évêques (Alet, Angers, Beauvais et Pamiers) qui refusaient de signer le formulaire condamnant cinq propositions de l’Augustinus[12].

Il fit venir à Saint-Malo les bénédictines de Saint-Maur en remplacement de bénédictins anglais[13] et procéda à la bénédiction de la nouvelle église de La Gouesnière où il est représenté au tableau du maître-autel.

Appelé à Paris pour les affaires de son évêché, il y mourut le 16 ou le 18 juillet 1670[14].

Famille

De son mariage avec Philippine de la Barre naquirent :

  • Charles, capitaine d'une compagnie de chevau-légers, mort en 1658[15] ;
  • Marie, qui épousa le [16] Hercule, comte de Belloy, officier des gardes du duc d'Orléans ;
  • Anne-Françoise, née en 1634, religieuse[17].

Armes

D'azur au chef denché d'or, chargé d'un lion léopardé de sable, lampassé et armé de gueules.

Notes et références

  1. Antoine Adam, in Tallemant des Réaux, Historiettes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 1961, t. II, p. 1040, note 3.
  2. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1041, note 10.
  3. Frédéric Saulnier, « Un prélat du XVIIe siècle : François de Villemontée, évêque de Saint-Malo (1660-1670), sa femme et ses enfants, d'après des documents inédits », in Bulletins et Mémoires de la Société archéologique du département d'Ille-et-Vilaine, Rennes, 1903, t. XXXII, p. 108. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1040, note 4.
  4. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 109. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1040, note 5.
  5. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 110.
  6. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 111. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1041, notes 13 et 1.
  7. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1041, note 1, et p. 1043, notes 7 et 8.
  8. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 114. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1042, note 2.
  9. Tallemant des Réaux, op. cit., t. II, p. 166.
  10. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1042 et 1043, note 6.
  11. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 118.
  12. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 123.
  13. Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray, Paris, Haton, 1880-1886, t. I, p. 603 et 604, et t. III, p. 115 et 238.
  14. Frédéric Saulnier, op. cit., p. 125. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1043, note 8.
  15. Et non en 1637, comme le disent les anciens éditeurs. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1041, note 10.
  16. Et non en 1650. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1041, note 10.
  17. Antoine Adam, op. cit., t. II, p. 1041, note 10, et p. 1043, note 8.

Sources

  • Chanoine Amédée Guillotin de Corson, Pouillé historique de l'archevêché de Rennes, Rennes, Fougeray et Paris, René Haton, 1880-1886, 6 vol. in-8° br., couv. impr. (disponible sur Gallica).
  • Abbé Louis-Marie Raison, Le Mouvement janséniste au diocèse de Saint-Malo, Mémoires de la Société d'histoire et d'archéologie de Bretagne, Rennes, Plihon, 1930, in-8°, 121 p.
  • Frédéric Saulnier, Un prélat du XVIIe siècle : François de Villemontée, évêque de Saint-Malo (1660-1670), sa femme et ses enfants, d'après des documents inédits. Rennes : impr. de E. Prost, 1903. 8°, 34 p. (Extrait des Mémoires de la Société archéologique d'Ille-et-Vilaine (tome 32).
  • François de Villemontée, Correspondance de François de Villemontée, intendant dans les provinces d'Aunis, Saintonge, Angoumois et Poitou, 1633-1648, publiée par Henri Renaud. Pons : impr. de N. Texier, 1880. 8°, XII-70 p. (Extrait des Archives historiques de la Saintonge et de l'Aunis, t. 7 et 8).
  • Tallemant des Réaux, Historiettes, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », Gallimard, 1961, t. II, p. 165 et 166.
  • (en) Joseph Bergin The Making of French Episcopate (1589-1661) Yale University Press 1996 (ISBN 978-0300067514) « Villemontée, François III de. St-Malo 1659-70 » p. 716-717.

Liens externes

  • Portail du catholicisme
  • Portail de la Bretagne
  • Portail de Saint-Malo et de sa région
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.