Gérard Sabah

Gérard Sabah (né le à Paris), est un chercheur français en intelligence artificielle.

Formation et carrière

Après l'obtention d'un diplôme d'ingénieur de l’École polytechnique, en 1971, puis un Diplôme d'études approfondies (DEA) d’informatique, en 1972, Gérard Sabah entre au Centre national de la recherche scientifique (CNRS) la même année. En 1985, il est affecté au Laboratoire d'informatique pour la mécanique et les sciences de l'ingénieur (Limsi), à Orsay[1], et nommé directeur de recherches en 1988. Il démissionne, en 2002, du poste de directeur adjoint du Limsi, où il continue cependant de travailler[2]. Il est, de 2003 à [2], directeur du programme interdisciplinaire Traitement des connaissances, apprentissage et nouvelles technologies de l'information et de la communication (TCAN).

De à , il est directeur adjoint à la Direction de l’information scientifique (DIS) du CNRS. En 2005, il est élu membre titulaire de l'Académie des technologies. Il est également membre d'honneur de l'Association française d'intelligence artificielle (Afia) et membre du Comité européen de coordination pour l'intelligence artificielle (European Coordinating Committee for Artificial Intelligence, ECCAI)[2].

Parallèlement, il mène une activité d'enseignement, à l'École polytechnique, à l'Université Paris-VI et dans l'industrie. Il a été responsable scientifique de divers projets nationaux.

Domaines de recherche

Gérard Sabah s'est particulièrement intéressé à la reconnaissance des formes, au traitement automatique des langues, à la communication homme-machine et aux relations entre intelligence artificielle et psychologie cognitive. Il travaille sur le modèle Conscience, automatismes, réflexivité et apprentissage pour un modèle de l'esprit et du langage[3] (Caramel)[2], un modèle général de traitement automatique des langues[3].

Vie privée

Gérard Sabah pratique la reliure[2].

Bibliographie

Références

Liens externes

  • Portail de la robotique
  • Portail de l’informatique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.