Gösta Mittag-Leffler

Magnus Gustaf (Gösta) Mittag-Leffler, né le à Stockholm et mort le à Djursholm, est un mathématicien suédois.

Pour les articles homonymes, voir Mittag et Leffler.
Gösta Mittag-Leffler
Gösta Mittag-Leffler, vers 1900.
Biographie
Naissance

Paroisse Klara (d)
Décès
(à 81 ans)
Djursholm
Sépulture
Djursholms Begravningsplats (d) (depuis )
Nom de naissance
Magnus Gustaf Mittag-Leffler
Nationalité
Formation
Activités
Père
Olof Leffler (d)
Mère
Gustava Wilhelmina Mittag (d)
Fratrie
Anne Charlotte Leffler
Frits Läffler (d)
Artur Leffler (d)
Parentèle
Gaetano Del Pezzo (d) (neveu)
Pasquale del Pezzo (en) (beau-frère)
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Membre de
Directeur de thèse
Göran Dinner (d) ()
Distinction
Œuvres principales
Vue de la sépulture.

Biographie

Portrait par Henry B. Goodwin, en 1916.

En 1873, après avoir obtenu un doctorat à l’université d'Uppsala, il se rend à Paris pour suivre les cours de Charles Hermite dont la notoriété est grande. Mais ce dernier lui conseille modestement de préférer ceux de Weierstrass à Berlin. C'est auprès de ce dernier qu'il établira ses plus importants travaux en analyse complexe et sur les séries de fonctions. Poursuivant des travaux de Liouville, un important théorème de décomposition des fonctions méromorphes porte son nom. Il devient titulaire d'une chaire de mathématiques à l'université Alexandre d'Helsingfors (1877-1881), aujourd'hui Helsinki.

Il crée en 1882 la revue Acta Mathematica où publieront les grands mathématiciens de l'époque comme Cantor[1], Poincaré[1] ou Sophie Kowalevski. C'est grâce à Kowalevski et Weierstrass que Mittag-Leffler put se faire connaître et, en particulier, obtenir un poste de professeur de mathématiques à l'université de Stockholm, fondée en 1878, dont il deviendra le recteur[2], et où Mittag-Leffler fut un des premiers à enseigner. En janvier 1889, il participe en tant que jury au concours international de mathématiques organisé par le roi Oscar II (roi de Suède) à l'occasion de son soixantième anniversaire. Henri Poincaré choisit le sujet sur la stabilité du système solaire et remporte le prix. Le mémoire est publié dans le volume 13 de la revue Acta Mathematica ; mais Poincaré s’aperçoit alors d'une grave erreur qui tendrait à inverser ses premières conclusions. Mittag-Leffler lui demande de récrire le mémoire. Craignant de perdre la face devant son souverain, Mittag-Leffler fait détruire les numéros déjà imprimés de la revue et demande à Poincaré de payer le cout de la nouvelle édition (qui s’avérera supérieur au montant du prix remporté)[3].

Références

  1. Godfrey Harold Hardy (trad. de l'anglais par Alexandre Moreau), « Gösta Mittag-Leffler », dans Mathématiques et mathématiciens, Nitens, (1re éd. 1928) (ISBN 9782901122005).
  2. (es) Alberto Tomas Perez Izquierdo, Poincaré: l'invention de la topologie, Barcelone, RBA Coleccionables, coll. « Génies des mathématiques », , 174 p. (ISBN 978-84-473-9315-2), p. 62
  3. Article «Henri Poincaré et la découverte du chaos» Bulletin AMQ, Vol. LIII, no 2, mai 2013. Florin Diacu - Université de Victoria - Association mathématique du Québec.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des mathématiques
  • Portail de la Suède
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.