Gabriel Sagard

Gabriel Sagard (v. 1590v. 1640[1]) est un missionnaire français de Nouvelle-France. Il laisse une description de la Nouvelle-France, où il séjourne en 1623–1624, et un dictionnaire huron-français qui le font voir aujourd'hui comme un ethnographe et un lexicographe.

Pour les articles homonymes, voir Sagard (homonymie).

Biographie

Enfance et formation

Gabriel Sagard naît vers 1590[1]. Il devient frère convers chez les récollets et est envoyé en mission chez les Indiens en Huronie en 1623 et 1624[1].

Voyage en Nouvelle-France

Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2020). 
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Gravure illustrant l'ouvrage de Gabriel Sagard, Le Grand Voyage du Pays des Hurons, publié en 1632.

Au cours d'un bref séjour en Nouvelle-France, il rédigea son Grand voyage du pays des Hurons. L'ouvrage fut publié en 1632. Il étudie les mœurs et les coutumes huronnes, décrit la faune et la flore du pays et relate les aventures survenues au cours de la mission[2].

Ses descriptions sont précises et détaillées et il est considéré à cet égard comme l'un des précurseurs de l'ethnographie.

Il rédigea notamment un dictionnaire de la langue huronne qui est considéré aujourd'hui comme l'un des plus complets.

Animé par le désir de fournir un outil de travail à ses collègues missionnaires, Sagard s'est en outre attelé à la tâche de compiler un dictionnaire de la langue huronne qui était alors la langue la plus répandue parmi les diverses nations amérindiennes de l'Amérique du Nord fréquentées par les Européens. Malgré ses imperfections, ce dictionnaire était, à cette date, l'œuvre la plus considérable jamais entreprise sur une langue indigène nord-américaine. Qui plus est, ce même dictionnaire demeure encore aujourd'hui le plus complet que nous possédions sur l'ancienne langue huronne.

En 1636, Sagard publie une Histoire du Canada, un ouvrage dans lequel il défend et illustre les activités missionnaires des Récollets au Canada.

L'originalité des récits de Sagard consiste en un regard nouveau, plein d'empathie, sur son lieu de mission.

Mort

Gabriel Sagard meurt vers 1640[1].

Œuvres

Hommages

Notes et références

  1. Notice d'autorité sur bnf.fr.
  2. Pierre Dufour et Michelle Guitard, « Sagard (1623-1624) », sur Bibliothèque et Archives nationales du Canada - Passages : Un écrin des explorations de l'Amérique du Nord, (consulté le 2 novembre 2011)
  3. Fiche de la Commission de toponymie du Québec.

Annexes

Bibliographie

Articles

Stéphanie Girard, « Gabriel Sagard dans les histoires du Canada après la Conquête :une réception ambivalente », Études littéraires, volume 47, numéro 1, hiver 2016, p. 109–128 (lire en ligne)

Stéphanie Girard, « Gabriel Sagard, l’insoumis : archéologie d’une historiographiepolémique », Études littéraires, volume 47, numéro 1, hiver 2016, p. 39–50 (lire en ligne)

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la Nouvelle-France
  • Portail des Nord-Amérindiens
  • Portail du catholicisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.