Gare de Boitsfort

La gare de Boitsfort (en néerlandais Station Bosvoorde), est une gare ferroviaire belge de la ligne 161 de Schaerbeek à Namur, située à Boitsfort, sur le territoire de la commune de Watermael-Boitsfort en région de Bruxelles-Capitale. Elle permet notamment la desserte du quartier, de la forêt de Soignes et du site de l'ancien Hippodrome de Boitsfort.

Boitsfort
Bosvoorde

Gare de Boitsfort, région de Bruxelles-Capital.
Localisation
Pays Belgique
Commune Watermael-Boitsfort
Quartier Boitsfort
Adresse Chaussée de la Hulpe, 195
1170 Boitsfort
Coordonnées géographiques 50° 47′ 41″ nord, 4° 24′ 29″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Services Suburbain (S)
Caractéristiques
Ligne(s) 161 Schaerbeek à Namur
Voies 2
Quais 2
Zone MTB
Altitude 99 m
Historique
Mise en service
Correspondances
Tram
Bus TEC 366
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Géolocalisation sur la carte : Bruxelles

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains Suburbains (S) des lignes S8 et S81.

Des travaux sont en cours depuis 2010 pour le passage à quatre voies de la ligne et la reconstruction sous une dalle de béton de la halte voyageurs.

Situation ferroviaire

Établie à 99 mètres d'altitude[1], la gare de Boitsfort est située au point kilométrique (PK) 10,660 de la ligne 161 de Schaerbeek à Namur, entre les gares de Watermael et de Groenendael[2].

Histoire

La station de Boitsfort est mise en service le par la Grande compagnie du Luxembourg, date à laquelle elle ouvre à l'exploitation la section de Bruxelles-Luxembourg à La Hulpe de la Ligne du Luxembourg[3].

Les bâtiments de la gare

Le premier bâtiment

Le premier bâtiment de gare est le résultat d’additions et de transformations multiples et sa date de construction n’est pas connue, il n’est donc pas possible de savoir s'il remontait au moins en partie à la période de la Grande Compagnie du Luxembourg ou s'il fut entièrement construit par les Chemins de fer de l’État Belge qui exploita la ligne à partir de 1873.

Son plan, assez compliqué peut être divisé en deux parties :

  • un bâtiment de deux niveaux sous bâtière, très profond, à deux travées, prolongé par une courte annexe sous bâtière côté rue et une annexe à toit plat côté quai. Il était entouré d’un jardin ;
  • un vaste bâtiment à un niveau en forme de T[4] sous bâtière dont la façade côté voies comptait huit travées dont sept, symétriques, qui étaient disposée sous une toiture débordante munie d’un pignon au centre. Côté rue, l’accès se faisait par le pignon du T qui était flanqué de part et d’autre d’extensions à toit plat.

La première partie servait de logement de fonction pour le chef de gare tandis que la seconde accueillait une ou plusieurs salles d’attente, le guichet et sans doute un bureau pour le chef de gare accessible par une petite porte surmontée d’un oculus. La dernière travée du bâtiment à un étage semble postérieure et possède des fenêtres grillagées ce qui pourrait témoigner de son usage comme magasin pour les colis et bagages.

Les percements étaient surmontés d’arcs bombés et le bâtiment était construit en briques avec une plinthe en pierre lisse et des corniches à denticules percés. Sur toutes les photographies prises à diverses époques, les bâtiments sont peints en blanc.

L’autre quai disposait d’un abri en brique et fer forgé quasiment identique à celui, classé, de la gare de Groenendael[5].

Le bâtiment de 1971

Cet ensemble complexe de bâtiments fort vaste sera détruit au début des années 1970 et remplacé par un petit bâtiment moderne de forme rectangulaire muni de grandes baies vitrées et revêtu de briques blanches. Ce bâtiment était recouvert d’une toiture à très faible pente avec un seul versant incliné vers le côté rue qui se prolongeait comme marquise de quai[6].

Des estimations de sa fréquentation quotidienne ont lieu, en 1995 l'AED l'évalue à 582 voyageurs montants et en 2001 la Stradec à 1 817 montées ou descentes, ce qui situe la gare parmi les moins fréquentées du réseau de Bruxelles[7]. Le guichet est fermé le [8]. Le bâtiment, vide, est rapidement vandalisé[6].

En 2006, elle comporte deux quais de 200 m (voie A) et 210 m (voie B)[9]

Travaux du RER

Les travaux pour l'ajout de deux voies supplémentaires à la ligne et la destruction et la reconstruction de la halte ont débuté en 2010[10]. En juin 2013, l'entreprise Tuc Rail procède à la pose de quatre poutrelles en U, longues de 32 mètres et d'un poids de 150 tonnes, sur la tranchée des voies de la ligne. Elles vont servir de support à la place routière et aux accès, escaliers et ascenseurs, des nouvelles installations de la halte[11].

Service des voyageurs

Accueil

Halte SNCB, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre[12].

Desserte

Boitsfort, dernière gare de ligne en zone MTB[13], elle est desservie par des trains Suburbain (S), de la relation S8 Bruxelles-Midi - Louvain-la-Neuve / Ottignies renforcée en heure de pointe par des trains de la relation S81 au départ de Schaerbeek vers Ottigines ou Louvain-la-Neuve[14].

Semaine

La desserte comprend deux trains S8 par heure dans chaque sens qui relient Ottignies ou Louvain-la-Neuve à Bruxelles-Midi (tôt le matin, un des trains S8 circule entre Namur et Bruxelles-Midi). Les six trains supplémentaires S81 mis en œuvre par la SNCB s’arrêtent à Groenendael :

  • le matin, un train entre Schaerbeek et Louvain-la-Neuve ;
  • le matin, trois trains entre Ottignies et Schaerbeek ;
  • l’après-midi, deux trains entre Schaerbeek et Ottignies.

Weekends et jours fériés

La desserte est limitée à un train S8 par heure entre Ottignies et Bruxelles-Midi.

Intermodalité

La gare est desservie par des tramway bruxellois de la ligne 8 du réseau de la Société des transports intercommunaux de Bruxelles (STIB) et de la ligne 366 du réseau de la Société régionale wallonne du transport (TEC)[12].

Notes et références

  1. Source Google Earth, élévation (consulté le 23 janvier 2016).
  2. Infrabel, Annexe E.1 : Distances entre gares et nœuds, coll. « Document de référence du réseau », , 43 p. (lire en ligne [PDF]), p. 36.
  3. « 181 Brussel Noord - Namur », sur Derrider, (consulté le 23 janvier 2016).
  4. Bruciel
  5. « Image de l'abri de quai de la gare de Boitsfort », sur bruciel.brussels (consulté le 15 juillet 2019)
  6. « Gare de Boitsfort », sur charles02.skynetblogs.be (consulté le 29 avril 2018)
  7. « Gare de Boitsfort », sur ReflexCity (consulté le 24 janvier 2016).
  8. Groupe Ecolo de Watermael-Boitsfort, « Gare de Boitsfort : le guichet sera fermé » [PDF], (consulté le 23 janvier 2016).
  9. SNCB, « Longueur des quais des gares voyageurs (en m) : LST - Tome III - liste 15 (publié par la circulaire 05 I-AR/2006) » [PDF], (consulté le 23 janvier 2016), p. 68.
  10. Infrabel, Des travaux près de chez vous, 2011.
  11. Tuc Rail, « Pose d’énormes poutrelles en U à la gare de Boitsfort », (consulté le 23 janvier 2016).
  12. « Boitsfort », sur SNCB (consulté le 24 janvier 2016).
  13. « Un réseau bruxellois encore plus performant : Ce dimanche 13 décembre, la SNCB lancera son offre suburbaine. Appelés « trains S« , ces trains sillonneront Bruxelles », sur STIB stories, (consulté le 23 janvier 2016).
  14. « Brochures de ligne - SNCB », sur www.belgiantrain.be, (consulté le 16 juillet 2019)

Voir aussi

Bibliographie

  • Infrabel, Des travaux ferroviaires près de chez vous, ligne RER Bruxelles-Louvain-la-Neuve : Watermael-Boitsfort (plaquette d'information), Bruxelles, , 29 p. (lire en ligne [PDF]).

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Bruxelles-Midi Watermael
ou Etterbeek
S
(en semaine)
Groenendael Ottignies
ou Louvain-la-Neuve
Bruxelles-Midi Watermael S
(week-ends et fériés)
Groenendael Ottignies
Schaerbeek Etterbeek S
(en semaine)
Groenendael Ottignies
ou Louvain-la-Neuve
  • Portail du chemin de fer
  • Portail de Bruxelles
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.