Gare de Dilbeek

La gare de Dilbeek (en néerlandais station Dilbeek) est une gare ferroviaire belge de la ligne 50 de Bruxelles à Gand située sur le territoire de la commune de Dilbeek, dans la province du Brabant flamand en Région flamande.

Dilbeek

Bâtiment de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Dilbeek
Adresse Rue de la Station
1700 Dilbeek
Coordonnées géographiques 50° 51′ 58″ nord, 4° 14′ 40″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Services Suburbain (S)
Caractéristiques
Ligne(s) 50, Bruxelles à Gand
Voies 2
Quais 2
Altitude 40 m
Historique
Mise en service 1er janvier 1864
Correspondances
Bus voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Géolocalisation sur la carte : Brabant flamand

Une première halte est mise en service en 1864. C’est un arrêt sans personnel de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains Suburbains (S) des lignes S10 et S4 du RER bruxellois.

Situation ferroviaire

Établie à 40 mètres d'altitude, la gare de Dilbeek est située au point kilométrique[1] (PK) 10,522 de la ligne 50 de Bruxelles à Gand, entre les gares de Grand-Bigard et de Bodeghem-Saint-Martin.

Histoire

Une halte sans bâtiment de gare définitif est mise en service est mise en service le 1er janvier 1864 sur la ligne de Bruxelles à Gand[2].

Le , le ministère des travaux publics déclare l'utilité publique de la construction d'un bâtiment des recettes, avec abri pour les voyageurs, pour la station de Dilbeek[3] ; il sera construit en 1880.

Le quai en face du bâtiment a été reporté de l'autre côté du passage à niveau.

En 2012, les guichets et la salle d'attente du bâtiment ont été fermés.

Service des voyageurs

Accueil

Cette gare[4] SNCB, dispose d'un bâtiment voyageurs. Depuis le 28 juin 2013, la gare est devenue un point d'arrêt et le guichet est définitivement fermé. L'achat d'un titre de transport peut s'effectuer via l'automate de vente.

Desserte

Dilbeek est desservie par des trains Suburbains (S), de la SNCB [5].

La desserte, cadencée à l’heure, comprend, en semaine et les weekends, des trains S10 reliant Bruxelles-Midi à Alost, renforcés en semaine par deux trains supplémentaires en heure de pointe (le matin vers Bruxelles et l’après-midi vers Alost).

Il existe également des trains S4 qui relient Vilvorde à Alost et circulent uniquement les jours de semaine.

Intermodalité

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[4]. La gare est desservie par des bus.

Patrimoine ferroviaire

Actuellement, la gare de Dilbeek est classée[6] et est restée dans un état proche de l’origine avec ses charpentes apparentes et ses façades non peintes qui laissent voir les jeux de couleurs des deux sortes de briques.

Il s'agit d’un bâtiment correspondant aux directives de 1880 qui instaure un modèle standard pour les gares secondaires mais laissait les différents groupes régionaux mettre au point l’aspect esthétique et l’agencement de ces gares[7].

Le groupe de Bruxelles-Nord réalisa neuf gares identiques qui comptaient un corps central de trois travées avec un toit sous bâtière à angle aigu très marqué encadré par une longue aile de six travées à toiture à croupe servant de salle d’attente et, de l’autre côté, par une aile de service, plus courte, de deux travées sous bâtière[8]. Construites en brique, elles possédaient initialement des charpentes décoratives aux pignons[9] et toutes les travées sont surmontées d’arcs bombés sauf les deux petites fenêtres des pignons du corps central[6]. Les façades sont revêtues d’une alternance de briques frittées gris foncé et de bandes de briques rouges. La brique rouge est également utilisée pour les arcs surmontant les ouvertures[6] et les encadrements de portes et fenêtres. Le nom de la gare était inscrit sur un panneau dans l’axe de la corniche des deux façades latérales[8].

À Dilbeek, la longue aile contenant la salle d’attente se trouve à gauche, contrairement aux deux autres de cette ligne dont la disposition est inversée[8].

Sur les neuf gares de ce modèle construites sur les lignes 25, 36, 50 et 53[10], trois se trouvaient sur la ligne 50 et elles sont les seules à avoir survécu jusqu’à aujourd’hui[8].

Notes et références

  1. Infrabel, document de référence du réseau 09/12/2011, annexe E.01, Distances entre gares et nœuds, p. 16/40 (3,63 Mo) (consulté le 10 juillet 2012).
  2. (nl) site quartam.on-rev.com : Dilbeek lire (consulté le 23 mars 2012).
  3. Belgique, Ministère des travaux publics, « chemin de fer : Construction d'un bâtiment des recettes et d'un abri pour voyageurs dans la station de Dilbeek », dans Moniteur belge, 1877, 1877-1879 (lire en ligne), p. 2778-2779
  4. Site SNCB, Gare de Dilbeek lire (consulté le 23 mars 2012).
  5. « Brochure ligne 50 Bruxelles-Nord - Gand-Saint-Pierre » [PDF], (consulté le 21 avril 2018).
  6. (nl) « Station Dilbeek », sur Inventaris Onroerend Erfgoed (consulté le 21 avril 2018)
  7. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 65-75
  8. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 67-69
  9. « Untitled », sur users.skynet.be (consulté le 21 avril 2018)
  10. respectivement à Eppegem, Weerde, Wavre-Sainte-Catherine, Herent, Korbeek-Lo, Berchem-Sainte-Agathe, Dilbeek, Bodegem-Saint-Martin et Hever

Voir aussi

Articles connexes

Lien externe


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Bruxelles-Luxembourg
ou Vilvorde
Grand-Bigard S
(en semaine)
Bodeghem-Saint-Martin Alost
Bruxelles-Midi Grand-Bigard S Bodeghem-Saint-Martin Alost
  • Portail du chemin de fer
  • Portail du Brabant flamand
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.