Gare de Masnuy-Saint-Pierre

La gare de Masnuy-Saint-Pierre est une gare ferroviaire belge de la ligne 96, de Bruxelles-Midi à Quévy (frontière), située à Masnuy-Saint-Pierre sur le territoire de la commune de Jurbise dans la province de Hainaut en région wallonne.

Pour les articles homonymes, voir Gare de Saint-Pierre.

Masnuy-Saint-Pierre
Localisation
Pays Belgique
Commune Jurbise
Section Masnuy-Saint-Pierre
Adresse Rue des Masnuy
7050 Masnuy-Saint-Pierre
Coordonnées géographiques 50° 32′ 11″ nord, 3° 57′ 42″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
Exploitant SNCB
Services Omnibus (L)
Caractéristiques
Ligne(s) 96, Bruxelles-Midi à Quévy (frontière)
Voies 2
Quais 2
Altitude 86 m
Historique
Mise en service 1842 (halte)
Géolocalisation sur la carte : Belgique

Elle est mise en service en 1873 par l’administration des chemins de fer de l'État belge. C’est un point d'arrêt non géré de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB), desservi par des trains Omnibus (L).

Situation ferroviaire

Établie à 86 m d'altitude, la gare de Masnuy-Saint-Pierre est située au point kilométrique (PK) 44,458 de la ligne 96, de Bruxelles-Midi à Quévy (frontière)[1], entre les gares de Neufvilles et de Jurbise.

Histoire

Le chemin de fer arrive à Masnuy-Saint-Pierre avec la mise en service de la section de Tubize à Soignies le . Le , l'administration des chemins de fer de l'État belge décide d'ouvrir un point d'arrêt à titre d'essai[2]. Des barrières sont installées au passage à niveau, des quais permettent l'accès et la descente des voyageurs lors d'arrêts qui ne sont que ponctuels[3].

En 1870, une demande d'ouverture d'une station est faite par des notables de la commune : le bourgmestre Léopold Maghe, le chatelain Théodore de Bisseau de Bougnies et Charles Delelienne. Ils argumentent sur le potentiel, en voyageurs et marchandises, des communes voisines. L'administration donne une réponse favorable à condition qu'un local temporaire, permettant le logement du chef de gare et les services aux voyageurs, soit mis à disposition[3].

La première gare

Le , la station est ouverte aux voyageurs et le 1er septembre aux marchandises. Une maison située à l'angle de la place et de la rue Bouillon est utilisée pendant la construction et l'aménagement des installations définitives. Au cours de l'année 1874, la nouvelle station dispose d'un bâtiment principal avec un corps central à trois ouvertures et un étage, encadré par deux ailes[réf. nécessaire]. Elle possède un logement pour le chef de gare, un bureau et une salle d'attente. Une halle à marchandises et des installations utiles à la manutention et au chargement et déchargement des wagons sont installées dans la cour. Le passage à niveau est modernisé, avec des barrières roulantes et un local pour actionner les signaux[3].

La gare plan type 1881

À une date inconnue, probablement entre 1882 et 1890, ce premier édifice sera remplacé par un bâtiment standard du plan type 1881[4]. Il s'agissait d'une variante de ce modèle avec, vu du côté rue, trois travées disposées à droite du corps central[4]. Ce type de gare était très répandu et comprenait[5]

  • un corps central à étage contenant le logement de fonction du chef de gare, le bureau et le guichet.
  • une aile basse utilisée par le chef de gare et abritant les toilettes des voyageurs ainsi que des installations de service telles que la lampisterie.
  • une seconde aile basse servant de salle d’attente.

C’était alors le modèle de gare le plus répandu du pays et il était en principe requis pour la construction ou la reconstruction de chaque nouvelle gare dans le pays et ses dimensions pouvaient varier selon les besoins, les gares à trois travées telles que celles-ci étant les plus petites[5].

Cette seconde station a plus tard été démolie et le point d’arrêt actuel ne compte plus le moindre bâtiment à voyageurs.

Service des voyageurs

Accueil

Halte[6] SNCB, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre.

La traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre s'effectuent par le passage à niveau routier.

Desserte

Masnuy-Saint-Pierre est desservie par des trains Omnibus (L) de la SNCB, qui effectuent des missions sur la ligne commerciale 96, Bruxelles - Quévy[7] entre Jurbise et Braine-le-Comte (voir brochures SNCB en lien externe). Il n'y a pas de desserte le week-end.

Intermodalité

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[6].

Notes et références

  1. Infrabel, document de référence du réseau 09/12/2011, annexe E.01, Distances entre gares et nœuds, p. 24/40 (3,63 Mo) (consulté le 13 juin 2012).
  2. (nl) Yvette Schenkel-Latoir, Jan Schenkel & Marijke Moortgat-Schenkel, Masnuy-Saint-Pierre lire (consulté le 13 juin 2012)
  3. « 6 », sur jurbistory.blogspot.be (consulté le 24 mars 2018)
  4. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 74-78
  5. Hugo De Bot, Architecture des gares en Belgique, tome I : 1835 - 1914, Turnhout, Brepols, , p. 74-80
  6. Site SNCB Mobility : Masnuy-Saint-Pierre lire (consulté le 13 juin 2012).
  7. « Brochures de ligne - SNCB », sur www.belgiantrain.be, (consulté le 9 février 2020).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Braine-le-Comte Neufvilles L
(en semaine)
Jurbise Jurbise
  • Portail du chemin de fer
  • Portail du Hainaut
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.