Gare de Plouaret-Trégor

La gare de Plouaret-Trégor est une gare ferroviaire française de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, située sur le territoire de la commune de Plouaret dans le département des Côtes-d'Armor en région Bretagne.

Plouaret-Trégor

Le bâtiment voyageurs et l'entrée de la gare.
Localisation
Pays France
Commune Plouaret
Adresse place de la gare
22420 Plouaret
Coordonnées géographiques 48° 36′ 22″ nord, 3° 28′ 01″ ouest
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Services TGV Atlantique
TER Bretagne
Caractéristiques
Ligne(s) Paris-Montparnasse à Brest
Plouaret à Lannion
Voies 3 (+ voies de service)
Quais 2 (dont un central)
Altitude 123 m
Historique
Mise en service
Géolocalisation sur la carte : France
Géolocalisation sur la carte : Bretagne
Géolocalisation sur la carte : Côtes-d'Armor

Elle est mise en service en 1865 par la compagnie des chemins de fer de l'Ouest.

C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des rames du TGV Atlantique circulant entre Paris-Montparnasse et Brest ou Lannion ainsi qu'une gare régionale desservie par des trains TER Bretagne.

Situation ferroviaire

Établie à 123 mètres d'alititude, la gare de bifurcation de Plouaret-Trégor est située au point kilométrique (PK) 530,923 de la ligne de Paris-Montparnasse à Brest, entre les gares ouvertes de Belle-Isle - Bégard et de Plounérin. En direction de Belle-Isle - Bégard, s'intercale la gare fermée de Trégrom[1].

Elle est également la gare d'origine de la ligne de Plouaret à Lannion, comprenant une seule gare intermédiaire, Kerauzern, fermée en 1993[2].

Histoire

La station de Plouaret est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer de l'Ouest, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Guingamp à Brest de sa ligne de Rennes à Brest[3]. Cette treizième station depuis Rennes est établie sur la commune de Plouaret, entre le hameau du Vieux-Marché et le bourg centre de ce chef-lieu de canton qui compte 5 500 habitants[4]. Des omnibus permettent la desserte de Lannion, ville qui compte 6 600 habitants[5].

Le 13 novembre 1881, elle devient gare d'embranchement avec l'ouverture de la ligne de Plouaret à Lannion.

À la fin du XXe siècle, lors de la mise en service du TGV Atlantique entre Paris et Brest, Plouaret et Lannion sont peu desservies. Des manifestations, avec des élus des villes concernées en tête de cortège, accompagnées du blocage symbolique du TGV en gare, ont permis d'obtenir une meilleure desserte de ces villes[6]. L'obstacle à une desserte de Lannion par le TGV résidait cependant dans le fait que la ligne de Plouaret à Lannion n'était pas électrifiée. Ce problème est résolu en 2000 avec l'électrification de la ligne et aujourd'hui des TGV assurent une liaison sans rupture de charge entre Paris-Montparnasse et Lannion, principalement en période de vacances.

Service des voyageurs

L'intérieur de la gare avec le passage pour les changements de quai. Un Z 21500 des TER Bretagne va passer en gare.

Accueil

Gare[7] SNCF, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'un automate (DBR: Distributeur de Billets Régionaux) pour l'achat de titres de transport régionaux (TER); des toilettes sont installées sur le quai de la voie 2.

Le changement de quai se fait par une passerelle depuis le début de l'année 2017.

Desserte

Plouaret-Trégor est desservie par des TGV Atlantique qui effectuent des missions entre les gares de Paris-Montparnasse et Brest ou Lannion.

C'est aussi une gare régionale desservie[7] par des trains TER Bretagne qui circulent sur les relations de Rennes à Brest, de Lannion à Guingamp ou Saint-Brieuc et de Plouaret à Brest.

Intermodalité

Des parkings pour les véhicules et les vélos y sont aménagés[7].

Services techniques

Le tronçon de ligne entre Plouaret-Trégor et la gare de Plounérin sert à des essais ferroviaires. Il est fréquent que des matériels ferroviaires européens (ICE, AVE, Eurostar, etc.) stationnent sur les voies de service de la gare[8].

Notes et références

  1. Reinhard Douté, 2011, p. 155.
  2. Reinhard Douté, 2011, p. 162.
  3. François et Maguy Palau, Le rail en France : Le Second Empire, t. 3 (1864-1870), Palau, , 239 p. (ISBN 2-950-9421-3-X), « 8.5. Guingamp-Brest : 26 avril 1865 », p. 59-50 et 138.
  4. Pol de Courcy, 1864, p. 196.
  5. Pol de Courcy, 1864, p. 198.
  6. Site maville.com, Des TGV bloqués « pour sauver l'école rurale », citation : « Cette action renoue avec une tradition bien plouarétaise. Il y a bientôt deux décennies, plusieurs années de lutte furent nécessaires pour obtenir ce qui était demandé : des dessertes correctes du Trégor et l'électrification de la ligne Plouaret-Lannion » ; article du 15 mars 2009 lire en ligne (consulté le 6 avril 2011).
  7. Site SNCF TER Bretagne, Informations pratiques sur les gares : Gare de Plouaret-Trégor lire (consulté le 8 août 2011).
  8. « Guingamp Insolite : que fait cet Eurostar en gare de Guingamp ? », sur L'Echo de l'Armor et de l'Argoat (consulté le 31 août 2015).

Voir aussi

Bibliographie

  • Pol de Courcy, De Rennes à Brest et à Saint-Malo : Itinéraire descriptif et historique, Paris, Hachette et C(ie), coll. « Guides-Joanne », , 421 p. (lire en ligne), p. 196-198,
  • Jean-Pierre Nennig, « 530+923 Gare de Plouaret-Trégor », dans Le chemin de fer de Bretagne Nord, JPN éditions, 2010 (ISBN 2-9519898-6-5) (notice BnF no FRBNF42130680), 116 p. ,
  • Reinhard Douté, Les 400 profils de lignes voyageurs du réseau français : lignes 001 à 600, vol. 1, La Vie du Rail, , 239 p. (ISBN 978-2-918758-34-1), « [420/6] Guimgamp - Brest et [446] Plouaret - Lannion », p. 155 et 162.

Articles connexes

Lien externe



Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Brest Morlaix TGV Guingamp Paris-Montparnasse
Lannion Lannion TGV Saint-Brieuc Paris-Montparnasse
Brest Morlaix TER Bretagne Guingamp Rennes
Lannion Lannion TER Bretagne Belle-Isle - Bégard Guingamp
ou Saint-Brieuc
Brest Plounérin TER Bretagne Terminus Terminus
  • Portail du chemin de fer
  • Portail des Côtes-d’Armor
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.