Gare de Saint-Ghislain

La gare de Saint-Ghislain est une gare ferroviaire belge de la ligne 97, de Mons à Quiévrain (frontière), située à proximité du centre ville de Saint-Ghislain dans la province de Hainaut en Région wallonne.

Saint-Ghislain

Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Saint-Ghislain
Adresse Place Albert Élisabeth
7330 Saint-Ghislain
Coordonnées géographiques 50° 26′ 33″ nord, 3° 49′ 09″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCB
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) ferroviaires :
78, Saint-Ghislain à Tournai
97, Mons à Quiévrain (frontière)]
de tramway :
1 Mons - Saint-Ghislain (HS)
Voies 5 (+ voies de service)
Quais 3 (dont 2 centraux)
Altitude 25 m
Historique
Mise en service 7 août 1842
Correspondances
Bus voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Géolocalisation sur la carte : Hainaut

Elle est mise en service en 1842 par l'administration des chemins de fer de l'État belge. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains Intercity (IC), Omnibus (L) et d’Heure de pointe (P).

Situation ferroviaire

Établie à 25 m d'altitude, la gare de Saint-Ghislain est située au point kilométrique[1] (PK) 9,100 de la ligne 97, de Mons à Quiévrain (frontière), entre les gares ouvertes de Quaregnon et de Boussu. C'est une gare de bifurcation, origine de la ligne 78, de Saint-Ghislain à Tournai, avant la gare de Ville-Pommerœul.

Histoire

La « station de Saint-Ghislain » est inaugurée le par l’Administration des chemins de fer de l’État belge, lors de l’inauguration de la section de Mons à Quiévrain de la ligne de Mons à Valenciennes.

Prémisses

Douze ans auparavant, avant l’indépendance de la Belgique, les charbonnages du Grand-Hornu mirent en service un chemin de fer à traction chevaline de 1 800 m reliant leur triage au canal de Mons à Condé ; cette petite ligne qui passait à km de la gare de Saint-Ghislain est la plus ancienne ligne ferroviaire de Belgique[2] ; elle disparaît en 1901.

Une seconde ligne industrielle desservait Saint-Ghislain avant 1842. Il s'agit d'une ligne mise en service le qui reliait Warquignies au canal de Mons à Condé. Elle appartenait au Chemin de fer de St. Ghislain[3].

Saint-Ghislain fut choisie pour être une des stations de la ligne du midi (de Bruxelles à la frontière de France) du système des Chemins de fer de l’État belge, tel que décidé par l’arrêté royal du [4].

Inauguration

La gare est mise en service le , simultanément avec la ligne de Mons à Quiévrain de la ligne de l'État belge ; elle sera prolongée vers Valenciennes le de cette même année.

Extension du réseau

La ligne de Warquignies au canal de Mons à Condé (actuelles lignes 99 et 245) fut reliée au réseau de l’État.

La « station de Saint-Ghislain » est l'origine de la ligne de Gand à Saint-Ghislain de la Compagnie du chemin de fer Hainaut et Flandres, concédée par l’arrêté royal du [5]. Le , le ministre des travaux publics visite le chantier de construction de la station. Il constate que l'ensemble, des parcelles constituant les plus de 6 ha de l'emprise ferroviaire, sont déjà la propriété de la compagnie. Le chantier est ouvert, il est actuellement en phase remblayage, sur un total 72 000 mètres cubes nécessaires, 42 000 mètres cubes sont présents sur le site[6].

La ligne de Gand (De Pinte) à Saint-Ghislain est finalement inaugurée sur toute sa longueur entre le et le . La Compagnie du Hainaut-Flandres construit à proximité du bâtiment de la gare un dépôt de locomotives (capable d’accueillir 10 locomotives) ainsi qu'une halle à marchandises et un bâtiment administratif.

D'autres lignes ferroviaires se rajoutèrent autour de Saint-Ghislain :

  • Le , la Compagnie des chemins de fer des bassins houillers du Hainaut met en service la ligne de Saint-Ghislain à Frameries via Flénu (actuelle ligne 102) ;
  • En 1870, quelques mois avant le rachat par l’État belge, la Société générale d'exploitation, qui a repris le Chemin de fer Hainaut-Flandres et celui des bassins houillers réalise la seconde branche du réseau Hainaut-Flandres, de Péruwelz à Tournai (actuelle ligne 78) ;
  • Le , la Compagnie de Saint-Ghislain à Erbisœul inaugure une ligne vers Erbisœul (rattachée par la suite à la ligne 90) ; cette petite compagnie fut nationalisée en 1879 ;
  • En 1879, l’État belge met en service la ligne de Saint-Ghislain à Maffle (actuelle ligne 100).

Saint-Ghislain se retrouve au centre d'un nœud ferroviaire très dense[7]. De vastes installations sont réalisées pour le triage des wagons de marchandises et leur répartition vers les différentes destinations ; le dépôt de locomotives se développe et un atelier de réparation des wagons est créé.

Le premier bâtiment de la gare fut démoli et remplacé par le bâtiment monumental actuel.

XXe siècle

En avril et , Saint-Ghislain est bombardée à plusieurs reprises par les avions alliés[8]. La ville et les installations ferroviaires sont ravagées.

Dans les années 1960, le dépôt de Mons est fermé et ses activités sont reportées à Saint-Ghislain[9]. Le dépôt de locomotives de Saint-Ghislain ferma à son tour.

La ligne 97 est électrifiée entre Mons et Saint-Ghislain en 1964[9] ; la ligne 78 fut électrifiée sur toute sa longueur en 1982[10] et il faudra attendre 1995 pour que survienne l'électrification de la ligne 97 entre Saint-Ghislain et Quiévrain[11].

En dehors des lignes 97 et 78, les petites lignes autour de Saint-Ghislain fermèrent progressivement au trafic des voyageurs ; le déclin des charbonnages, des industries locales et la prise d'importance du transport routier entraînèrent progressivement la fermeture totale de ces lignes. Actuellement, seules subsistent les lignes 97 et 78 ainsi qu'une partie de la ligne 100.

Le déclin du trafic des marchandises a entraîné la désaffection de plusieurs des anciens faisceaux à marchandises.

Service des voyageurs

Accueil

Gare[12] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichet, ouvert tous les jours. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite. Un buffet est présent en gare.

Desserte

Intérieur de la gare.

Saint-Ghislain est desservie par des trains Intercity (IC), Omnibus (L) et d’Heure de pointe (P) de la SNCB, qui effectuent des missions sur les lignes 78 (Mons - Tournai - Lille-Flandres) et 97 (Saint-Ghislain - Quiévrain)[13].

En semaine, la desserte comprend :

Les week-ends et jours fériés, la desserte comporte :

Intermodalité

Un parking pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[12].

Patrimoine ferroviaire

Bâtiment de la gare, côté voies.

Le second bâtiment de la gare a survécu à la Seconde guerre mondiale. Ce grand édifice de style Néo-Renaissance flamande a été rénové en 2019. À côté se trouve la halle à marchandises, bâtie dans le même style.

Association Patrimoine ferroviaire et tourisme a acquis en 1998 l’ancien atelier des wagons, construit après 1945, dans le but de le transformer en musée des chemins de fer « Rétrotrain »[14]. Elle y héberge de nombreuses locomotives, voitures et autorails et procède à leur entretien et leur restauration.

Notes et références

  1. Infrabel, document de référence du réseau 09/12/2011, annexe E.01, Distances entre gares et nœuds, p. 23/40 (3,63 Mo) (consulté le 24 avril 2012).
  2. G. Finet, « Le « petit » chemin de fer du Grand Hornu à St-Ghislain », Le Rail, vol. 290, (lire en ligne).
  3. (nl) « Standaardfiche - lijn 99 », sur web.archive.org, (consulté le 21 février 2020).
  4. Pasinomie: collection complète des lois, décrets, arrêtés et réglements généraux qui peuvent être invoqués en Belgique, Bruylant, (lire en ligne).
  5. Auguste de Laveleye, Histoire des vingt-cinq premières années des chemins de fer belges, Bruxelles, A. Decq, (lire en ligne), p. 173-176.
  6. F. Grimaud, « Compagnie du chemin de fer Hainaut et Flandres », Journal des chemins de fer,, vol. 18, no 998, , p. 897 (lire en ligne, consulté le 21 février 2020).
  7. garesbelges - carte des lignes du Borinage - extension maximale.
  8. DH Les Sports+, « 1944 : Saint-Ghislain sous les bombes », sur www.dhnet.be, (consulté le 21 février 2020).
  9. G. Finet, « Ligne 78 : Mons - Tournai, une ligne singulière », Le Rail, (lire en ligne, consulté le 9 février 2020).
  10. « Standaardfiche - lijn 78 », sur web.archive.org, (consulté le 21 février 2020).
  11. « Standaardfiche - lijn 97 », sur web.archive.org, (consulté le 21 février 2020).
  12. Site SNCB Mobility : Blation lire (consulté le 24 avril 2012).
  13. Site SNCB : Fiche horaire (brochure) ligne 78 lire (consulté le 24 avril 2012).
  14. « Rétrotrain », sur www.pfttsp.be (consulté le 21 février 2020).

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Quiévrain Boussu IC
(en semaine)
Quaregnon Liège-Guillemins
Tournai
ou Lille-Flandres
Tournai IC
(en semaine)
Mons Namur
Mouscron Blaton IC
(week-ends et fériés)
Quaregnon Liers
Tournai
ou Mouscron
Blaton L
(en semaine)
Quaregnon Mons
ou Quévy
Quiévrain Boussu L
(week-ends et fériés)
Quaregnon Mons
Quiévrain
ou Terminus
Boussu
ou Terminus
P
(en semaine)
Quaregnon Schaerbeek
Tournai Ville-Pommerœul P
(en semaine)
Quaregnon Mons
ou Ath
Quiévrain Boussu P
(en semaine)
Terminus Terminus
  • Portail du chemin de fer
  • Portail du Hainaut
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.