Gare de Termonde

La gare de Termonde (néerlandais station Dendermonde) est une gare ferroviaire belge de la ligne 53, de Schellebelle à Louvain, située à proximité du centre de la ville de Termonde, dans la province de Flandre-Orientale en Région flamande.

Termonde

Bâtiment voyageurs et entrée de la gare.
Localisation
Pays Belgique
Commune Termonde
Adresse Place de la Station
9200 Termonde
Coordonnées géographiques 51° 01′ 23″ nord, 4° 06′ 06″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Infrabel
SNCB-Holding
Exploitant SNCB
Services InterCity (IC)
Suburbain (S)
Omnibus (L)
Heure de pointe (P)
Caractéristiques
Ligne(s) 53, Schellebelle à Louvain
57, Termonde à Lokeren
60, Jette à Termonde
Voies 9 (+ voies de service)
Quais 5 (dont 4 centraux)
Altitude 4 m
Historique
Mise en service 3 janvier 1837
Correspondances
Bus voir Intermodalité
Géolocalisation sur la carte : Flandre-Orientale
Géolocalisation sur la carte : Belgique

Elle est mise en service en 1837 par l'administration des chemins de fer de l'État belge. C'est une gare de la Société nationale des chemins de fer belges (SNCB) desservie par des trains InterCity (IC), Suburbains (S), Omnibus (L) et d’Heure de pointe (P).

Situation ferroviaire

Établie à m d'altitude, la gare de Termonde est située au point kilométrique[1] (PK) 12,977 de la Ligne 53, de Schellebelle à Louvain, entre les gares ouvertes d'Oudegem et de Baasrode-Sud. Gare de bifurcation, elle est l'origine de la ligne 57, de Termonde à Lokeren, avant la gare de Zele, et l'aboutissement de la Ligne 60, de Jette à Termonde, après la gare de Sint-Gillis.

Intérieur de la gare.

Histoire

Le bâtiment d'Auguste Payen (1849).
Le bâtiment de 1943 et la place de la gare.

La « station de Termonde » est mise en service le par l'administration des chemins de fer de l'État belge, lorsqu'elle ouvre à l'exploitation la section de Malines à Termonde[2].

Un premier bâtiment définitif, en briques et en pierre, dû à l'architecte Auguste Payen, est inauguré en 1849[3].

Rapidement, ce bâtiment n'était plus au niveau du trafic intense qui transitait par le nœud ferroviaire de Termonde. En raison de la nature stratégique de Termonde, dont la gare était située à proximité des fortifications, les autorités militaires imposèrent aux nouveaux bâtiments une construction en bois, qui devait être facile à détruire pour dégager le champ de tir des canons et ne pas offrir d'opportunité à un éventuel envahisseur. Le bâtiment en bois, inauguré en 1881, restait assez vaste[4] et était complété par une remise à locomotives et une halle à marchandises, toutes deux en bois[3].

Le bâtiment de 1849 resta utilisé comme locaux de service et logement de fonction pour le chef de gare ; il a survécu aux deux guerres mondiales ainsi qu'aux travaux de réaménagement et est classé depuis 2004[5].

La gare en bois, construite en 1880-1881, a survécu au saccage de la ville en 1914 mais a été incendiée en 1940 pour empêcher son utilisation par les Allemands. L'architecte Josse Van Kriekinge est commissionné pour réaliser un nouveau bâtiment, de style moderniste (nouvelle objectivité), comportant deux ailes asymétriques, une façade en briques jaunes et un toit à deux pentes sur une des ailes latérales[3]. Achevé en 1943, c'est un des rares bâtiments de gare en dur réalisé en Belgique sous l'occupation ; il a été désigné comme patrimoine architectural (bouwkundig erfgoed) en 2010[3].

Service des voyageurs

Accueil

Gare[6] SNCB, elle dispose d'un bâtiment voyageurs, avec guichets, ouvert tous les jours. Elle est équipée d'automates pour l'achat de titres de transport et de consignes à bagages automatiques. Des aménagements, équipements et services sont à la disposition des personnes à la mobilité réduite.

Un passage souterrain permet la traversée des voies et le passage d'un quai à l'autre.

Desserte

Tendermonde est desservie par des trains InterCity (IC), Suburbains (S), Omnibus (L) et d’Heure de pointe (P) de la SNCB qui effectuent des missions sur les lignes commerciales 53 (Malines - Gand), 57 (Termonde - Lokeren) et 60 (Bruxelles - Lokeren) (voir brochures SNCB[7]).

Intermodalité

Un parc pour les vélos et un parking pour les véhicules y sont aménagés[6]. Des bus desservent la gare[6].

Galerie de photos

Notes et références

  1. Infrabel, document de référence du réseau 09/12/2011, annexe E.01, Distances entre gares et nœuds, p. 19/40 (3,63 Mo) (consulté le 30 juin 2012).
  2. Xavier Heuschling, Essai sur la statistique générale de la Belgique, Établissement géographique, 1838, p. 267 lire (consulté le 7 juillet 2012).
  3. « Nieuw station dendermonde | Inventaris Onroerend Erfgoed », sur inventaris.onroerenderfgoed.be (consulté le 15 mai 2019)
  4. « Les gares belges d'autrefois. Gare de Termonde/Dendermonde. Guy Demeulder. », sur www.garesbelges.be (consulté le 15 mai 2019)
  5. « Oud station dendermonde | Inventaris Onroerend Erfgoed », sur inventaris.onroerenderfgoed.be (consulté le 15 mai 2019)
  6. Site SNCB Mobility : Tendermonde lire (consulté le 30 juin 2012).
  7. « Brochures de ligne », sur www.belgiantrain.be (consulté le 8 juillet 2019)

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes


Origine Arrêt précédent Train Arrêt suivant Destination
Courtrai Jette IC
(en semaine)
Zele Saint-Nicolas
Gand-Saint-Pierre Jette IC
(en semaine)
Zele Lokeren
Louvain Londerzeel IC
(en semaine)
Wetteren Gand-Saint-Pierre
Neerpelt
ou Turnhout
Malines ICT
(saisonnier : l'été)
Wetteren Blankenberge
Zottegem
ou Audenarde
Saint-Gilles S
(en semaine)
Terminus Terminus
Bruxelles-Midi Saint-Gilles S
(en semaine)
Terminus Terminus
Bruxelles-Midi Lebbeke S
(en semaine)
Terminus Terminus
Anvers-Central Zele S
(en semaine)
Terminus Terminus
Malines Baesrode-Sud L
(en semaine)
Oudegem Zeebrugge-Dorp
ou Zeebrugge-Strand
Malines Buggenhout L
(week-ends et fériés)
Schoonaarde Courtrai
Terminus Terminus P
(en semaine)
Oudegem Gand-Saint-Pierre
Malines
ou Louvain
Baesrode-Sud P
(en semaine)
Terminus Terminus
Poperinge Wetteren P
(week-ends et fériés)
Londerzeel Sint-Joris-Weert
  • Portail du chemin de fer
  • Portail de la Flandre-Orientale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.