Geel

Geel [ɣeːl][1] est une ville néerlandophone de Belgique située en Région flamande dans la province d'Anvers.

Geel

Héraldique

Drapeau
Administration
Pays Belgique
Région  Région flamande
Communauté  Communauté flamande
Province  Province d'Anvers
Arrondissement Turnhout
Bourgmestre Vera Celis(N-VA) (2013-24)
Majorité N-VA, CD&V (2013-124)
Sièges
N-VA
CD&V
De Brug Partij
Vlaams Belang
OpenVLD
PvdA
33 (2019-24)
10
10
5
5
2
1
Section Code postal
Geel 2440
Code INS 13008
Zone téléphonique 014
Démographie
Population
– Hommes
– Femmes
Densité
39 923 ()
50,11 %
49,89 %
363 hab./km2
Pyramide des âges
– 0–17 ans
– 18–64 ans
– 65 ans et +
()
18,20 %
65,04 %
16,77 %
Étrangers 3,64 % ()
Taux de chômage 6,59 % (octobre 2013)
Revenu annuel moyen 14 714 €/hab. (2011)
Géographie
Coordonnées 51° 09′ nord, 4° 59′ est
Superficie
– Surface agricole
– Bois
– Terrains bâtis
– Divers
109,85 km2 (2005)
63,67 %
4,91 %
23,48 %
7,95 %
Localisation

Situation de la ville au sein de l'arrondissement de Turnhout et de la province d'Anvers
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Geel
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Geel
Liens
Site officiel www.geel.be

    La ville est sous le patronage de sainte Dymphne.

    Sections de la ville

    • Geel-Centrum (Sint-Amands et Sint-Dimpnaparochie)
    • Kievermont
    • Holven
    • Elsum
    • Larum, avec Rauwelkoven
    • Ten Aard, avec Sas Zeven
    • Bel
    • Winkelomheide, connu sous l'appellation De Hei
    • Punt
    • Stelen, avec Liessel
    • Oosterlo
    • Zammel

    Héraldique

    La ville possède des armoiries qui lui ont été octroyées le 15 septembre 1841 et à nouveau le 12 mars 1996. Elles sont basées sur les armoiries de la famille Berthout, les seigneurs de Geel, du début du XIIe siècle à 1366. Les armoiries apparaissent déjà sur le sceau de la ville à partir de 1311. Le sceau montre également un oiseau sur l'écu, qui été décrit comme un coucou. Les armoiries restèrent en usage jusqu'à la fin du XVIIIe siècle et furent à nouveau adoptées après l'indépendance de la Belgique.

    Toutes les images officielles historiques montrent le coucou sur le bouclier, mais sur des peintures et autres documents non officiels, le coucou a souvent remplacé l'hermine dans le canton libre.

    La différence entre les armoiries de 1841 et de 1996 est que le coucou ne se tient plus sur les feuilles, mais directement sur le bouclier comme dans le sceau historique.
    Blasonnement : D'or, trois pôles de gueule et un quartier libre d’argent chargé de neuf queues d’hermine 3,3 et 3 placées. Le bouclier surmonté d'un coucou de couleur naturelle et placé entre deux branches d'acanthe croisées d'argent au fond. (Traduction libre)
    Source du blasonnement : Heraldy of the World[2].

    Démographie

    Évolution démographique

    Elle comptait, au , 40 663 habitants (20 427 hommes et 20 236 femmes), soit une densité de 370,17 habitants/km²[3] pour une superficie de 109,85 km².

    • Source:Statbel - De:1806 à 1970=recensement de la population au ; depuis 1980= population au 1er janvier

    Fonctions

    Geel remplit plusieurs fonctions: agraires, industrielles et aussi commerciales. Un peu plus de 250 implantations, dont la plupart sont concentrées autour des quatre paroisses du centre, en sont la meilleure preuve. La fonction de centre est aussi très importante : service d'incendie, police, hôpitaux et enseignement. Grâce à la Katholieke Hogeschool Kempen, Geel est devenue un centre d'enseignement où beaucoup de jeunes peuvent suivre l'orientation d'études qu'ils souhaitent.

    Avec Ispra en Italie, un bureau de l'Institut des matériaux et mesures de référence, une institution européenne, se trouve à Geel[4].

    Centre de soin familial

    Geel est aussi connu pour son centre de soin familial en psychiatrie. Chaque patient est placé dans une famille d'accueil, ce qui lui permet de participer au maximum à la vie de famille. À la base de cette forme de soin se trouve la décapitation de sainte Dymphna (Dymphne de Geel ou Dimpna) par son père que le démon avait rendu fou, au Moyen Âge à Geel. C'est à Geel qu'est né l'accueil familial thérapeutique, une pratique de soins maintenant officiellement reconnue en France et particulièrement développée à Ainay-le-Château (Allier) et Dun-sur-Auron (Cher).

    Tourisme

    Geel est aussi intéressante pour le tourisme : les vieilles régions naturelles, les forêts et les dunes, la réserve d'oiseaux, les rives de la petite et grande Nèthe, et les nombreux trésors de son patrimoine artistique en sont de bons exemples. Le point central est l'agréable place de marché, face à l'église Saint-Amand. Avec ses terrasses attirantes et le parking aisé, elle est une étape recherchée par le randonneur qui visite la Campine. En plus, Geel possède plusieurs curiosités : un champ d'orchidées, un tilleul séculaire, trois moulins à vent, un cimetière militaire anglais (rue Tweeboomkes) et un grand nombre de monuments funéraires intéressants. Le collège Saint-Alexis était orné de sgraffites art nouveau par Gabriel van Dievoet.

    Bataille de Geel en septembre 1944

    Une exposition sur cette bataille pour les ponts du Canal Albert eut lieu en la maison communale de Westerlo au début des années 90 et un catalogue de celle-ci raconte en néerlandais les événements.

    • Cimetière militaire de Geel
    • Battle of Geel (en)

    Jumelages

    La ville de Geel est jumelée avec [5]:

    Personnalités nées à Geel

    Notes, sources et références

    1. (nl) Josée Heemskerk et Wim Zonneveld, Uitspraakwoordenboek, Utrecht, Het Spectrum, (ISBN 9789027444820), p. 253.
    2. https://www.heraldry-wiki.com/heraldrywiki/index.php?title=Geel
    3. http://www.ibz.rrn.fgov.be/fileadmin/user_upload/fr/pop/statistiques/stat-1-1_f.pdf
    4. Institut des matériaux et mesures de référence
    5. "Partnersteden & jumelages"
    • Portail d’Anvers et sa province
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.