George Hamilton-Gordon

George Hamilton-Gordon, 4e comte d'Aberdeen, est un homme d'État écossais, né le à Édimbourg et mort le à St. James's (Londres).

Pour les articles homonymes, voir George Gordon et Gordon.
George Hamilton-Gordon
Fonctions
Premier ministre du Royaume-Uni
-
Secrétaire d'État aux Affaires étrangères
-
Secrétaire d'État à la Guerre et aux Colonies
-
Chancelier du duché de Lancastre
-
Ambassadeur du Royaume-Uni en Autriche (d)
-
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Membre de la Chambre des lords
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
(à 76 ans)
Londres
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Père
Mère
Charlotte Baird (d)
Fratrie
Robert Gordon
William Gordon
Alexander Gordon (en)
Conjoints
Harriet Hamilton Gordon (d)
Lady Catherine Elizabeth Hamilton (d)
Enfants
George Hamilton-Gordon
Unnamed Gordon, Lord Haddo (d)
Alexander Hamilton-Gordon (en)
Frances Hamilton-Gordon (d)
Lady Alice Hamilton-Gordon (d)
Lady Jane Hamilton-Gordon (d)
Lady Charlotte Catherine Hamilton-Gordon (d)
Arthur Hamilton-Gordon
Douglas Hamilton-Gordon (d)
Autres informations
A travaillé pour
Foreign Office (d)
Religion
Parti politique
Membre de
Royal Society
Society of antiquaries of Scotland (en)
American Antiquarian Society
Royal Society of Edinburgh
Travellers Club (en)
Distinctions
Membre de la Royal Society of Edinburgh
Fellow of the Society of Antiquaries of Scotland (d)
signature

Biographie

George Hamilton-Gordon fut, après la chute de Napoléon Bonaparte, un des signataires du traité avec Louis XVIII ; fit partie du cabinet du duc de Wellington (1828) et de Robert Peel (1834 et 1841), et présida un cabinet mixte composé de whigs ; de peelistes et de radicaux, qui fit conclure une alliance offensive et défensive avec la France (1852-1855). Il dut s'occuper de la séparation de la Belgique et de la Hollande (d'après le livre la Belgique et la Hollande, lettre à Lord Aberdeen suivie de la traduction de son discours à la chambre des pairs, et de ces notes sur ce discours par Victor de la Marre, Bruxelles, chez Berthot, Bruxelles,)

Diplomate, ministre des Affaires étrangères (1841-1846), puis Premier ministre en 1852, il s'efforça de régler pacifiquement les différends internationaux (entente avec François Guizot, Klemens Wenzel von Metternich et Nicolas Ier, signature des traités Webster-Ashburton et Oregon entre le Canada et les États-Unis). Malgré son opposition à la guerre de Crimée, il en fut rendu responsable et démissionna en 1855.

Source

  • Cet article comprend des extraits du Dictionnaire Bouillet. Il est possible de supprimer cette indication, si le texte reflète le savoir actuel sur ce thème, si les sources sont citées, s'il satisfait aux exigences linguistiques actuelles et s'il ne contient pas de propos qui vont à l'encontre des règles de neutralité de Wikipédia.

Liens externes

  • Portail de l’Écosse
  • Portail de la politique britannique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.