Georges Bess

Georges Bess est un dessinateur et auteur français de bandes dessinées, né à Paris en 1947. Ses domaines de prédilection sont le comics américain, les séries d'aventure, le fantastique et le roman graphique. Le Tibet et l'Inde représentent des sources d'inspiration récurrentes dans son œuvre. Profondément influencé par Mœbius, Bess a collaboré à maintes reprises avec Alejandro Jodorowsky, mais il a aussi crée des récits en tant qu'auteur complet.

Pour les articles homonymes, voir Bess.
Georges Bess
Naissance
Nationalité
Activités

Biographie

Après un passage aux Beaux-Arts de Paris en 1968 (études interrompues en raison de mai 68), et après quelques mois à l'armée, il part vivre à Stockholm et reste en Suède de 1970 à 1987[1]. C'est dans ce pays, avec le comics, que Georges Bess commence sa carrière de dessinateur en 1971, sous les pseudonymes de « Tideli » et « Nisseman »[1]. Il participe à des séries scandinaves et collabore avec le journal Mad[1]. Il reprend notamment le héros, créé par Lee Falk, du Fantôme du Bengale de D.C. Comics[1] (pour une cinquantaine de numéros/aventures). Par ailleurs, il travaille un an à New York[2].

Au début des années 1980, Bess effectue un voyage au Tibet, région qui l'impressionne durablement[1]. Ce premier voyage, au Ladakh, l'incite à se documenter sur l'histoire et la culture de la région[3]. Il se rend régulièrement à Dharamsala au fil des ans (région de l'Himalaya au nord de l'Inde où vit une grande communauté de tibétains en exil). Ce thème se retrouve dans ses œuvres, comme Le Lama blanc, avec Alejandro Jodorowsky, série « mêlant la magie, le mysticisme et l'aventure »[4], qui « s'impose d'emblée » ; elle connaît six tomes entre 1988 et 1996, publiés chez les Humanoïdes associés[1]. Les collaborations des deux auteurs portent également sur le conte Les Jumeaux magiques (pour le Journal de Mickey)[1], la série violente Juan Solo (1995-1999)[5], récompensée par l'Alphart du meilleur scénario à Angoulême en 1996[6], Anibal 5, relevant de la science-fiction.

Bess entreprend à partir de 2005 Péma Ling[1] en tant qu'auteur complet. Il publie plusieurs récits en solo : le premier est Escondida (1998), « un album qui peut se lire comme une interrogation sur la forme, la création au niveau personnel et universel » selon Du9[7] puis suivent Bobi (2004)[8], suivi de Bobi (2004)[8], Chroniques aléatoires (2005), « un monologue à la fois triste et optimiste »[9],[10], Incredible India (2013)[11], finaliste du prix Bédéis causa, édition 2014[12] au festival de la bande dessinée francophone de Québec (FBDFQ). Il publie en 2011-2012 le triptyque Le Vampire de Benarès, récit qui « plonge un personnage occidental dans les rues cassées d’une ville ancestrale indienne »[13]. Avec son ex-épouse Layla Bess, l'artiste lance en deux tomes la série Leela et Krishna (2000).

Par ailleurs, Bess a participé à l'album collectif Ode à l'X (Humanoïdes associés) en 1996. Également dans le genre érotique, il illustre en 1999 le second volume de la série Aphrodite d'après l'œuvre de Pierre Louÿs[1].

En 2019, Bess propose une adaptation du roman de Bram Stoker, Dracula[14]. L'album fait partie de la sélection pour le prix Fnac/France Inter[15] et en compétition pour le prix du meilleur album à Angoulême[16].

En termes d'influence, Bess voue une grande admiration aux travaux de Jean Giraud[1],[2].

Œuvres

Séries

One shots

  • Bobi, Casterman - coll. Écritures, (ISBN 2-203-39614-8), 2004
    Scénario et dessin : Georges Bess
  • Chroniques aléatoires, Casterman - coll. Écritures, (ISBN 2-203-39627-X), 2005
    Scénario et dessin : Georges Bess
  • Incredible India - Les promenades d'un rêveur solitaire, Vents d'Ouest, (ISBN 978-2-7234-9542-4), 2013
    Scénario et dessin : Georges Bess
  • Dracula[17], Glénat, (ISBN 978-2-344-03860-4), octobre 2019
    Scénario : Georges Bess d'après Bram Stoker - Dessin : Georges Bess

Prix et récompenses

  • 1988 : Le Grand Prix RTL de la bande dessinée récompense le premier volume du Lama Blanc.[réf. nécessaire]
  • 1993 : Prix Haxtur du meilleur dessin pour Le Lama blanc
  • 1996 : Alph'art du meilleur scénario au festival d'Angoulême pour Juan Solo[6]
  • 2002 : Prix Haxtur de la meilleure couverture pour Juan Solo, t. 2 : Les Chiens du pouvoir
  • 2012 : Prix Haxtur de l'« auteur que nous aimons », pour l'ensemble de son œuvre

Notes et références

  1. « Georges Bess », sur Comiclopedia, 15-15-2009.
  2. Guillaume Clavières et Georges Bess 2016.
  3. Nicolas Anspach et Georges Bess 2006
  4. Patrick Gaumer, « Lama Blanc », dans Dictionnaire mondial de la BD, Larousse, (ISBN 978-2035843319), p. 503.
  5. Patrick Albray, « Intégrale Juan Solo - Bess et Jodorowsky - Humanoïdes Associés », sur Actua BD, .
  6. Thierry Groensteen et collectif, Primé à Angoulême : 30 ans de bande dessinée à travers le palmarès du festival, Éditions de l'An 2, (ISBN 2-84856-003-7)
  7. « Escondida » (consulté le 28 janvier 2020).
  8. D. Wesel, « Bobi », sur BD Gest, .
  9. Ruth Valentini, « Livres : BD », L'Obs, .
  10. N.Diremdjian, « Chroniques aléatoires », sur BD Gest, .
  11. Didier Quella-Guyot, « « Incredible India » par Georges Bess et « Flash » par Kotlarek et Jef », sur BD Zoom, .
  12. Raymond Poirier, « Les finalistes 2014 des prix Bédéis causa dévoilés! », sur Voir.ca (consulté le 28 janvier 2020).
  13. Sébastien Naeco, « Georges Bess a toujours les crocs », sur Les Petits Miquets, blog BD Le Monde, .
  14. Serge Buch, « Sang neuf pour Dracula », ZOO, no 74, , p. 12.
  15. Valérie Guédot, « Prix BD Fnac France Inter, deuxième édition - 2019 », sur France Inter, .
  16. Vincy Thomas, « FIBD 2020: Les albums sélectionnés pour le Fauve d'or », sur Livres Hebdo, .
  17. Frédéric Bosser, « Dracula : Bess à pleines dents », dBD, no 138, , p. 87.

Annexes

Bibliographie

Analyses et chroniques

Sur Péma Ling

Interviews

Liens externes

  • Portail de la bande dessinée
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.