Georges Vriz


Georges Vriz, né le et mort le à Champigny-sur-Marne, est un marqueteur, designer et artiste. Il a créé une nouvelle technique de marqueterie qui porte son nom[1],[2].

Georges Vriz
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Biographie

Enfance

Georges Vriz, est né en 1940 en France de mère française et de père italien (Attilio Vriz, originaire du Frioul, avait émigré de Raveo à Champigny-sur-Marne en 1920)[3]. Son enfance est marquée par le travail d’ébéniste de son père qui lui transmet sa passion pour le bois et le pousse à parfaire ses connaissances dans les arts appliqués[4].

Début de carrière

Entre 1956 et 1960 il fait son apprentissage en marqueterie et ébénisterie à Paris à l’École de la Bonne Graine - école des Industries Françaises de l’Ameublement - et en parallèle, il étude le dessin, la peinture et la sculpture à l’académie de la Grande Chaumière, et dans les ateliers Zadkine et Brayer. Il fonde ensuite avec ses frères une entreprise de mobilier haut de gamme au sein de laquelle il exerce d'abord le métier de marqueteur (dans ce contexte, il forme de nombreux apprentis), puis de designer. L'entreprise réalise notamment du mobilier dessiné par Georges Vriz pour 70 ambassades et consulats Français. Entre 1975 et 1979 il dirige un atelier de design de meubles, indépendant de l'entreprise.

À partir de 1979 il se dédie exclusivement à l'art contemporain, en utilisant son matériau préféré, le bois, et s'inscrit à la Maison des Artistes en 1980. Ses recherches sur l’utilisation du bois l’amènent à repousser les limites techniques de la marqueterie classique en reproduisant par exemple l’alphabet d’Erté, qui l'encourage et collabore aussi avec lui dans le design mobilier. Georges Vriz cherche également à confronter la marqueterie à la spontanéité du geste lyrique, en choisissant d’y transposer, avec son accord et son soutien, des œuvres de Georges Mathieu. Ceci l’amène à résoudre des difficultés techniques restées pendantes depuis la Renaissance. En 1986, il réalise une fresque monumentale en marqueterie pour le siège de la F.A.O. (Food and Agriculture Organization of the United Nations) à Rome.

Invention de la technique Vriz

Au milieu des années 80, Georges Vriz pousse ses recherches plus loin. Il souhaite créer plus de spontanéité, plus de lumière, de la transparence, faire disparaître les lignes qui séparent chaque morceau de bois, faire disparaître la rigidité inhérente à l’à-plat. En 1984 il présente une nouvelle technique de marqueterie portant son nom, la technique Vriz, qui opère une rupture avec la tradition. Entre 1984 et 1990 il enseigne sa technique dans le cadre des Ateliers de la Ville de Paris (Association pour le Développement de l'Animation Culturelle de Paris - ADAC)[5]. Cet atelier devient très vite un creuset d’expérimentation en marqueterie. De nombreux artistes et artisans français, mais aussi étrangers, viennent à Paris pour suivre son enseignement et apprendre la nouvelle technique de la marqueterie, appelée justement technique (parfois méthode) Vriz[6]. Cette technique est aujourd’hui enseignée à l’école Boulle, et dans la plupart des écoles enseignant la marqueterie dans le monde ; elle est utilisée par de nombreux artistes, en France et à l’étranger.

Toujours soucieux de la transmission des savoirs il devient président de la commission professionnelle de la région Ile-de-France (1990) et occupe diverses charges liées à l’enseignement professionnel (président de commissions nationales d'examen, ou Conseiller de l'Enseignement Technologique auprès du Ministère de l'Éducation Nationale, où il est nommé en 1992). Il fut membre du conseil d'administration de l'ADAC de 1990 à 2006, et il en sera le secrétaire général de 2000 à 2006. Il restera jusqu’à la fin de sa vie un élément de référence au sein de l’École de la Bonne Graine (École d’ameublement de Paris).

En 1988, fort de la nouvelle école de marqueterie qu’il a développée, il fonde les R.I.M. (Rencontres Internationales de la Marqueterie contemporaine)[7]. En 1989 il reçoit la médaille de Vermeil de la Ville de Paris. Cette même année est publiée la première monographie consacrée à son œuvre aux éditions Arts et Formes[6].

En 1993, il réalise avec sa technique une série de personnages peints par Michel-Ange sur les plafonds de la Chapelle Sixtine. Un reportage de 26 min réalisé pour la télévision, intitulé Renaissances, est consacré à ce travail, où Georges Vriz joue sur le double sens de renaissance (au pluriel), en référence à Michel-Ange et à la renaissance de la marqueterie[8],[9].

En 1994, il crée en technique Vriz une série entièrement abstraite, intitulée Ombres et Lumières. En 1997-1998, il réalise en technique mixte l’illustration de la Divine Comédie de Dante en 100 tableaux.

À partir de 2000, il reprend son activité de designer avec son frère jumeau, Rémi Vriz, créant des meubles ou des objets de la table pour des fabricants, des décorateurs ou des particuliers. À partir de 2006, tout en continuant à peindre, il élargit son champ de création en se consacrant aussi à la sculpture.

Il a par ailleurs assuré la présidence de la compagnie théâtrale Le pain d'Orge[10] à Champigny-sur-Marne, et dessiné les décors et les costumes d'une comédie musicale de Guy Bontempelli (« Si ça vous chante »), présentée en 1998 en Off au Festival d'Avignon[11].

Galerie

1980-1985 : marqueterie classique : recherche de transparence

1986-1995 : marqueterie technique Vriz

1995-1998 : technique mixte

1997-1998: illustration de la « Divine Comédie » de Dante en 100 tableaux

2001-2017 : sculpture et peinture

Principales expositions personnelles

  • 1981 Originalité, Dourdan, Essonne[12]
  • 1981 Château de Morsang-sur-Orge
  • 1982 Gallart International, Paris
  • 1982 Hôtel Anne Pisseley, Étampes
  • 1983 Beverly Fine Art, Dallas, USA
  • 1984 Galerie Yves Encontre, New York, USA
  • 1985 Espace SEMA, Paris
  • 1986 Galerie American Academy, Paris
  • 1986 Royal Manchester College of Music, Manchester, UK
  • 1986 Galerie ADAC, Paris
  • 1986 Couvent des Recollets, Cognac
  • 1987 Galerie Sylvie Chardey, Rouen
  • 1987 Espace SEMA-Pleyel, Paris
  • 1988 Impératif Présent, Toulouse
  • 1988 Grand Orient de France, Paris
  • 1990 Samuel Création, Genève, Suisse
  • 1990 Centre Culturel Egyptien, Paris
  • 1991 Galerie des Ducs, Beaune
  • 1991 Hôtel du Château Rouillaud, Pesmes
  • 1992 Galerie ADAC, Paris
  • 1992 Château de Méry sur Oise
  • 1992 Castello Pasquini, Italie
  • 1993 Institut Français de Cracovie, Pologne
  • 1994 Galerie Jeanne Castel, Paris
  • 1995 La Bonne Graine, Renaissance, Paris
  • 2003 Omaggio a Michelangelo, Raveo, Italie
  • 2007 Palazzo Frisacco, Tolmezzo, Italie
  • 2007 Galerie le Cheval de Sable, Paris
  • 2011 Espace Rinck, Paris
  • 2015 Jubilé, La Bonne Graine, Paris

Bibliographie

  • Guy Bontempelli, Marc Lechien, Pascal Payen-Appenzeller (préface de Marcel Garrigou) VRIZ, Œuvres de 1983 à 1989, Édition Arts et Formes, 1989 (ISBN 2-9504913-0-8)
  • Bruno Bontempelli, VRIZ : La marqueterie, un art revisité, Éditions Atlantica, 2002 (ISBN 2-84394-555-0)
  • Ermes Dorigo, Georges Vriz, Rinascimento. Omaggio a Michelangelo, Édition Andrea Moro, 2003
  • Ermes Dorigo, Jacqueline Risset, Georges Vriz, La divine comédie de Dante, Édition Il Segno, 2006

Documents cinématographiques

  • 1981 : Reportage, France 3 Ile-de-France ; réalisation : Dominique Rotival
  • 1994 : « Renaissances », studio ADAC ; réalisation : Anne Schaefer et Richard Pons (voir en ligne)

Notes et références

  1. Bontempelli, Bruno., Vriz : la marqueterie, un art revisité, Atlantica, (ISBN 2843945550, OCLC 52602867, lire en ligne)
  2. Christian Hubert, « L'évènement du siècle: la méthode Vriz », Métiers d'Art, , p. 71-72 (ISSN 0152-2418)
  3. (it) « Georges Vriz: un artista di origina carnica, che vive in Francia famoso in tutto il mondo », sur Aldo Rossi, (consulté le 11 février 2018)
  4. « Le bois de son maître », Télé 7 jours, , p. 8 (ISSN 0153-0747)
  5. « présentation de Paris-Ateliers (anciennement: ADAC) », sur paris-ateliers
  6. Garrigou, Marcel., Bontempelli, Guy., Lechien, Marc. et Payen, Pascal., Vriz : oeuvres de 1983 à 1989, Arts et formes, (ISBN 2950491308, OCLC 34670064, lire en ligne)
  7. Catalogues d'exposition des R.I.M., Bibliothèque Fornet (Paris), cote: CE 10753
  8. « Renaissances », studio ADAC ; réalisation : Anne Schaefer et Richard Pons
  9. « Renaissances VRIZ », sur TouTube, (consulté le 11 février 2018)
  10. « Compagnie du Pain d'Orge »
  11. Interview de Guy Bontempelli par Thanh Than Trong pour Regard en Coulisse.com le 1er mai 2000.
  12. Reportage, France 3 Ile-de-France ; réalisation : Dominique Rotival
  • Portail de l’ameublement
  • Portail du bois et de la forêt
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.