Gorizia

Gorizia (Goritz en français ; en frioulan Gurize, en slovène Gorica, en allemand Görz) est une ville italienne en région autonome du Frioul-Vénétie Julienne au nord-est du pays. C'était le chef-lieu de l'ancienne province du même nom dissoute en 2017. La ville est également le siège épiscopal de l'archidiocèse de Gorizia.

« Goritz » redirige ici. Pour les autres significations, voir Goritz (homonymie).
Pour les articles homonymes, voir Gorica.

Gorizia

Vue d'ensemble de la vieille ville et du château.
Noms
Nom français Goritz ou Gorice
Nom allemand Görz
Nom frioulan Gurize
Nom slovène Gorica
Administration
Pays Italie
Région Frioul-Vénétie Julienne 
Province Gorizia 
Maire Rodolfo Ziberna (it)
2017-2022
Code postal 34170
Code ISTAT 031007
Code cadastral E098
Préfixe tel. 0481
Démographie
Gentilé goriziani (fr) goricien/ne
Population 35 798 hab. (31-12-2010[1])
Densité 873 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 55′ 59″ nord, 13° 36′ 58″ est
Altitude 84 m
Superficie 4 100 ha = 41 km2
Divers
Saint patron Santi Ilario et Taziano
Fête patronale 16 mars
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Frioul-Vénétie Julienne
Gorizia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Gorizia
Géolocalisation sur la carte : Italie
Gorizia
Liens
Site web http://www.comune.gorizia.it/

    Géographie

    Situation

    Gorizia se trouve sur les rives de l'Isonzo dans la région historique de Frioul. La ville est située à l'extrême est de la plaine du Pô, à la frontière italo-slovène.

    Quartiers

    La ville est composée de dix quartiers : Castello, Lucinico (slovène Lučenek), Oslavia (it) (slovène Oslavje), Pevma, Scemavero (slovène Šmaver), Sant'Andrea (slovène Štandrež), Stracci (slovène Štrača), Vallone dell'Acqua, Gradiscutta (slovène Gradiškut), Podgora (slovène Podgorje).

    Communes limitrophes

    Brda (italien Collio), Farra d'Isonzo, Mossa, Nova Gorica (italien Nuova Gorizia), San Floriano del Collio, Savogna d'Isonzo.

    Toponymie

    Le nom de la ville dérive du slovène et signifie « petit mont » : Gorica, en frioulan Gurize, en allemand Görtz ou Göritz et parfois Goritz ou Goritsa en français.

    Histoire

    Le nom de la ville apparaît pour la première fois en 1001 dans un document de l'empereur Othon III, où elle s'écrivait « Goritia ». Le souverain donnait au comte Weriand de Frioul la moitié du manoir avec les domaines s'étendant de l'Isonzo à la Vipava ainsi que le château de Salcano. La région appartenait alors à la marche de Vérone du Saint-Empire romain. En mars/avril 1077, après la pénitence de Canossa, les droits de comte en Frioul sont transférés par le roi Henri IV au patriarcat d’Aquilée pour obtenir de l'aide dans la querelle des Investitures.

    Görtz in Friaul, gravure de Matthäus Merian (1679).

    La famille comtale de Goritz est sans doute issue d'un certain Meginhard († vers 1090), comte dans le Pustertal, dont le fils aîné Engelbert († 1122/1123) devient comte palatin de Bavière en 1099. Le fils cadet d'Engelbert, Meinhard († 1142) fut Vogt (bailli) des patriarches d'Aquilée et deviennt l'ancêtre des comtes de Goritz (Meinhardiner). Ses descendants, résidant tout d'abord à Lienz en Carinthie, acquirent des possessions considérables en Frioul, dont Gorizia, et dans la marche d'Istrie ; le comte Meinhard III hérite du comté de Tyrol en 1253. Sous le règne de son fils Meinhard IV de Goritz, en 1271, la dynastie se divise en deux lignées : la branche cadette, descendants de son frère Albert, a reçu les domaines héréditaires autour de Lienz et de Goritz. En 1365, ils sont élevés aux princes du Saint-Empire

    La lignée des Goritz s'éteint avec le dernier comte Léonard, qui meurt sans héritier en 1500. À sa mort, la ville passe aux mains de Maximilien Ier de Habsbourg et le comté fut incorporé dans les pays de l'Autriche intérieure. En tant que capitale du comté princier de Gorizia et Gradisca, elle fera partie des domaines habsbourgeois jusqu'en 1918 avec deux brèves interruptions : l'occupation vénitienne de 1508/1509 et l'inclusion dans les provinces illyriennes napoléoniennes. Plus précisément, la ville (aux noms bilingues de Görz - Gorizia) faisait partie de l'empire d'Autriche à partir de 1804, puis de l'Autriche-Hongrie (Cisleithanie) après le compromis de 1867 ; chef-lieu du district de même nom, l'un des 11 Bezirkshauptmannschaften dans la province du Littoral autrichien[2].

    Prise une première fois par les Italiens le suite à la sixième bataille de l'Isonzo, la partie Ouest de la ville, Gorizia, se rallie au royaume d'Italie en décembre 1918, tandis que la partie Est (Nova Gorica) se prononce pour le royaume des Serbes, Croates et Slovènes. Les deux royaumes alliés la revendiquent en entier : le traité de Saint-Germain-en-Laye signé le l'attribue à l'Italie. Après la Seconde Guerre mondiale, la partie Ouest revient à la république italienne en 1947, tandis que la partie Est est attribuée à la république fédérale socialiste de Yougoslavie, étant rattachée à la Slovénie (Nova Gorica).

    Politique et administration

    Les maires

    Les maires successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    2002 2007 Vittorio Brancati PPI  
    2007 2017 Ettore Romoli FI  
    2017 En cours Rodolfo Ziberna (it) FI  
    Les données manquantes sont à compléter.

    Jumelages

    Population et société

    Évolution démographique

    Habitants recensés

    Culture et patrimoine

    Cette ville ayant appartenu à différents pays, un mélange de populations s'est produit. Ainsi la ville a des traits de culture allemande, italienne et slovène dans différents domaines comme la musique, la littérature ou l'architecture.

    Le roi Charles X de France, mort à Goritz en 1836, est inhumé dans la partie slovène de Nova Gorica.

    Une communauté juive très active autrefois a donné à la ville de Gorizia (surnommée la petite Jérusalem sur l'Isonzo) de nombreuses personnalités célèbres : le philosophe Carlo Michelstaedter (1887-1910), le sénateur et linguiste Graziadio Isaia Ascoli (1829-1907) et d'autres. La communauté a été essentiellement liée à la composante italienne de la ville, beaucoup de Juifs étaient d'ardents patriotes italiens (par exemple la polémiste et journaliste Carolina Luzzatto (it) et Graziadio Isaia Ascoli).

    Durant la Seconde Guerre mondiale, après la destitution de Mussolini en , la ville est officiellement une partie de la République de Saló mais est en fait gouvernée par les Allemands pendant un an et demi (Zone d'opérations de la côte adriatique (de)), et la communauté juive de Gorizia est exterminée. Le plus jeune des déportés, Bruno Farber, était âgé seulement de trois mois et l'on a donné son nom au jardin attenant à la synagogue de Gorizia en sa mémoire.

    La ville dispose aussi d'une université qui occupe les locaux de l'ancien petit-séminaire.

    Sites et monuments

    Le château de Gorizia.
    • château médiéval de Gorizia et musées provinciaux du Borgo Castello ;
    • cathédrale de Gorizia ;
    • église Sant'Ignazio (baroque) ;
    • église San Rocco (1497) ;
    • église Santo Spirito ;
    • église Maria Immacolata ;
    • synagogue de Gorizia et musée hébraïque « Jérusalem sur l'Isonzo » ;
    • théâtre Verdi (1782) ;
    • palais Alvarez ;
    • palais Strassold (siège d'un prestigieux hôtel) ;
    • palais Attems-Santa Croce ;
    • palais Attems-Petzenstein ;
    • palais Coronini-Kronberg ;
    • palais Lantieri ;
    • palais della Torre ;
    • palais Werdenberg-Bibliothèque Nationale Isontine[3] ;
    • villa Ritter ;
    • villa Frommer (ruines et parc) ;
    • Maison du commerce (slovène Trgovski Dom) ;
    • sanctuaire militaire-mémorial d'Oslavia (it) ;
    • Piazza della Transalpina ;
    • Piazza Cavour ;
    • Piazza San Antonio ;
    • Piazza della Vittoria ;
    • Corso Italia ;
    • Corso Verdi ;
    • parc de la Rimembranza ;
    • parc Piuma-Isonzo ;
    • parc Viatori-Jardin des Azalées.

    Chanson

    Une chanson italienne a pour titre O Gorizia, qui est une chanson de protestation contre la Première Guerre mondiale écrite pendant la guerre en mémoire de l'offensive contre Gorizia en .

    Texte original Traduction française

    La mattina del cinque di agosto,
    Si muovevano le truppe italiane
    Per Gorizia, le terre lontane.
    E dolente ognun si parti.

    Sotto l'acqua che cadeva al rovescio,
    Grandinavano le palle neniche;
    Su quei monti, colline e gran valli,
    Si moriva dicendo cosi :

    O Gorizia, tu sei maledetta,
    Per ogni cuore che sente conscenza;
    Dolorosa ci fu la partenza
    E il ritorno per molti non fu.

    O vigliacchi che voi ve ne state,
    Con le mogli sui letti di lana,
    Schernitori di noi carne_umana,
    Questa guerra ci_insegna_a punir.

    Voi chiamate il campo d'onore,
    Questa terra di la dei confini
    Qui si muore gridando "Assassini !
    Maledetti sarete un di.

    Cara moglie, che tu non mi senti
    Raccomando ai compagni vicini
    Di tenermi da conto i bambini,
    Che io muoio col suo nome nel cuor.

    O Gorizia, tu sei maledetta,
    Per ogni cuore che sente conscenza;
    Dolorosa ci fu la partenza
    E il ritorno per tutti non fu.

    Au matin du ,
    Les troupes italiennes étaient en marche.
    Vers Gorizia, les terres lointaines.
    Et chacun partit plein de regrets.

    Sous la pluie qui tombait à verse,
    Les balles ennemies fusaient;
    Sur ces monts, ces collines et ces vallées,
    On mourrait en disant ceci :

    Ô Gorizia tu es maudite,
    Pour chaque cœur qui entend sa conscience;
    Le départ fut douloureux
    Et pour beaucoup il n'y eut pas de retour.

    Ô lâches qui vous prélassez,
    Avec vos femmes sur des lits de laine,
    Qui vous moquez de notre viande humaine,
    Cette guerre nous apprend à punir.

    Ce que vous appelez « champ d'honneur »,
    Est une terre oubliée des Dieux.
    Ici on meurt en criant « assassins ! »
    Un jour vous serez maudits.

    Chère épouse qui ne m'entend pas
    Je m'en remets à mes compagnons près de moi
    Pour prendre soin de nos enfants,
    Et dire que je meurt ton nom dans mon cœur.

    Ô Gorizia tu es maudite,
    Pour chaque cœur qui entend sa conscience ;
    Le départ fut douloureux
    Et pour tous il n'y eut pas de retour.

    Personnalités liées à Gorizia

    Voir aussi

    Source

    • Anthony Stokvis, Manuel d'histoire, de généalogie et de chronologie de tous les États du globe, depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, préf. H. F. Wijnman, Israël, 1966, chapitre VI C. « Goritz et Gradisca », § 1. « Goritz » p. 382, et tableau généalogique no 11 « Généalogie des comtes de Goritz et de Tyrol » p. 383.
    • Claudia Carraro d'Amore, Gli ospedali di Gorizia e Monfalcone, Storia per Immagini, Saonara (Pd), Tipografia Bertaggia, 2005, p. 70.

    Articles connexes

    Notes et références

    1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
    2. Die postalischen Abstempelungen auf den österreichischen Postwertzeichen-Ausgaben 1867, 1883 und 1890, Wilhelm KLEIN, 1967
    3. (it) Storia della Letteratura Italiana / diretta da Enrico Malato. La ricerca bibliografica / Le istutuzioni culturali, vol. XIII, t. I Le Biblioteche italiane, Rome-Milan, Salerno-Il Sole 24 ore, , 230-232 p.
    • Portail du Frioul-Vénétie Julienne
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.