Goslar

Goslar est une ville de Basse-Saxe. Elle est la capitale de l'arrondissement de Goslar. C'est une ville touristique très fréquentée et une porte d'entrée du secteur nord-occidental du massif du Harz.

Pour les articles homonymes, voir Goslar (homonymie).

Goslar

Vue sur la vieille ville, avec le massif occidental de l'église paroissiale et le palais impérial.

Héraldique
Administration
Pays Allemagne
Land  Basse-Saxe
Arrondissement
(Landkreis)
Arrondissement de Goslar
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
18
Bourgmestre
(Oberbürgermeister)
Oliver Junk
Partis au pouvoir CDU
Code postal 38640, 38642, 38644
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
03 1 53 005
Indicatif téléphonique 05321, 05325
Immatriculation GS, BRL, CLZ
Démographie
Gentilé goslarien/ne
Population 51 439 hab. (31 décembre 2016)
Densité 314 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 54′ 22″ nord, 10° 25′ 45″ est
Altitude 255 m
Superficie 16 371 ha = 163,71 km2
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Goslar
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Goslar
Liens
Site web www.goslar.de

    L'ancienne ville libre d'Empire fut fondée au Xe siècle après la découverte d'argent dans les mines proches du Rammelsberg. Elle en devint particulièrement prospère, ce qui attira l'attention des empereurs romains germaniques. Son centre historique avec le palais impérial est inscrit depuis 1992 conjointement avec les mines de Rammelsberg et le système hydraulique du Haut-Harz sur la liste du patrimoine mondial[1].

    Géographie

    Vue depuis le Rammelberg.

    La ville se trouve au pied du Rammelsberg (636 m), aux contreforts nord-occidentals du Harz. Elle prend son nom de la rivière Gose, affluent de l'Oker, qui traverse les ruelles de l'ancien centre. Le territoire communal comprend également le quartier de Hahnenklee dans les montagnes du Haut-Harz ainsi que l'ancienne ville indépendante de Vienenbourg qui est rattachée administrativement le .

    Histoire

    L'ancien monastère Sankt-Peters-Stift, détruit en 1527.
    Goslar et le Rammelsberg, carte de Matz Sincken, 1574.
    Goslar, gravure de Christian Andreas Schmid, 1732.
    Le 23e bataillon de chasseurs de réserve de Goslar, 19 septembre 1914.
    Appartenances historiques

    Saint-Empire (Ville libre) 1290-1803
    Royaume de Prusse 1803–1807
     Royaume de Westphalie 1807–1813
    Royaume de Hanovre 1814-1866
    Royaume de Prusse (Province de Hanovre) 1866-1918
    République de Weimar 1918–1933
     Reich allemand 1933–1945
    Allemagne occupée 1945–1949
    Allemagne 1949–présent

    L'extraction du minerai au Rammelsberg est historiquement documentée depuis l'antiquité. Le plus ancien trésor archéologique de la métallurgie date du IIIe siècle, du temps où les Saxons occupaient la région. La grande époque de la ville commence au Xe siècle. Elle est evoquée la première fois en 979 dans un acte de l'empereur Othon II. Située dans le duché de Saxe, près de la résidence royale de Werla, Goslar fut le lieu de plusieurs diètes d'Empire déjà sous le règne de l'empereur Henri II.

    Les souverains de la dynastie franconienne ont perpétué cette tradition : vers l'an 1025, Conrad II le Salique a posé les fondements du palais impérial (en allemand Kaiserpfalz) qui devint une résidence pour les empereurs, en particulier Henri III qui se rendit dans son palais favori près de vingt fois. En 1042, il y reçut la visite du roi Pierre de Hongrie et des envoyés du grand-prince Iaroslav de Kiev. En 1045, Agnès de Poitiers, épouse de Henri III, y fonda le monastère Sankt-Peter (de) qui, tombé en ruines faute d'entretien, sera détruit en 1527. Leur fils, l'empereur Henri IV, naquit à Goslar le . Le cœur d'Henri III est enterré dans la chapelle Saint-Ulrich.

    La collégiale Saint-Simon et Saint-Jude de Goslar est aussi vieille que le palais. Elle fut consacrée par l'archevêque cardinal Hermann de Cologne le et une seconde fois par le pape Victor II en 1056. L'église elle-même fut détruite dans les années 1820 ; aujourd'hui, seul le porche en subsiste.

    Goslar fut le chef-lieu des domaines royaux dans la région de Harz et, en 1073, le foyer de la révolte des Saxons contre le roi Henri IV. Son adversaire Rodolphe de Rheinfelden y réunit des princes insurgés en 1077; l'anti-roi Hermann de Salm y fut oint en 1081. Au printemps 1105, le fils d'Henri IV, Henri V y tint une réunion des nobles saxons pour les amener à se soulever contre son père.

    Au XIIe siècle, la ville resta une résidence priviligiée sous le règne de Lothaire de Supplinbourg, Conrad III de Hohenstaufen et Frédéric Barberousse. Aux portes de la ville, l'église abbatiale du Neuwerk est un exemple d'art roman de cette période. Goslar avait vu naître le conflit entre l'empereur Frédéric et le duc saxon Henri le Lion, conclue par la chute d'Henri en 1180. Avec la fin de la dynastie des Hohenstaufen et le Grand Interrègne au XIIIe siècle, la période du siège impérial arriva à son terme.

    Laissé à l'abandon pendant des siècles, le palais impérial fut restauré par Guillaume Ier d'Allemagne en onze ans. Le peintre mit dix-huit ans à rénover les fresques.

    Goslar ne fut pas bombardée pendant la Seconde Guerre mondiale.

    Les autres curiosités sont l'hôtel de ville (XVe siècle) et les mines de Rammelsberg, qui sont devenues l'un des plus grands musées des mines en Allemagne.

    Mines de Rammelsberg, la ville historique de Goslar et le système hydraulique du Haut-Harz *

    Musée de la mine au Rammelsberg
    Coordonnées 51° 54′ 22″ nord, 10° 25′ 45″ est
    Pays Allemagne
    Type Culturel
    Critères (i) (iv)
    Numéro
    d’identification
    623
    Zone géographique Europe et Amérique du Nord **
    Année d’inscription 1992 (16e session)
    Année d’extension 2010 (34e session)
    * Descriptif officiel UNESCO
    ** Classification géographique UNESCO

    Jumelages

    Personnalités liées à la ville

    Lien externe

    Notes et références

    • Portail de la Basse-Saxe
    • Portail de la mine
    • Portail du patrimoine mondial
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.