Gouvernement Benediktsson (2017)

Le gouvernement Benediktsson est le gouvernement islandais du au et dirigé par le Premier ministre Bjarni Benediktsson[1]. Il a été nommé par le président d'Islande Guðni Th. Jóhannesson suite aux élections législatives du 29 octobre 2016. Il est formé d'une coalition entre le Parti de l'indépendance, Avenir radieux et Viðreisn.

Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Benediktsson.
Gouvernement Benediktsson

République d'Islande

Président Guðni Th. Jóhannesson
Premier ministre Bjarni Benediktsson
Formation
Fin
Durée 10 mois et 19 jours
Composition initiale
Coalition Sja-Við-BF[Note 1]
Ministres 11[Note 2]
Femmes 4
Hommes 7
Représentation
Althing[Note 1]
32 / 63

La coalition possédant à peine la majorité (32 des 63 sièges de l'Althing), l'adoption d'une loi nécessite l'unanimité au sein de la coalition et l'opposition dispose d'un fort pouvoir[2].

Le , Avenir radieux décide à la suite d'un scandale judiciaire de se retirer de la coalition gouvernementale ce qui aboutit à la chute du gouvernement et à la convocation des élections législatives anticipées d'octobre 2017.

Contexte

À la suite des élections législatives d'octobre 2016, une coalition formée du Parti de l'indépendance, de Viðreisn et d'Avenir radieux, sous la direction du Premier ministre Bjarni Benediktsson, constitue le nouveau gouvernement[2]. Cette alliance ne compte que 32 sièges sur 63, ce qui la rend très fragile car tributaire d'un soutien unanime de ses membres, la perte du soutien d'un seul député suffisant pour la renverser[2],[3].

Composition

Fonction Titulaire[2] Parti
Premier ministre Bjarni Benediktsson Sja
Ministre des Finances Benedikt Jóhannesson Við
Ministre de la Santé Óttarr Proppé BF
Ministre des Affaires étrangères Guðlaugur Þór Þórðarson Sja
Ministre de l'Agriculture et de la Pêche Þorgerður Katrín Gunnarsdóttir Við
Ministre de l'Environnement Björt Ólafsdóttir BF
Ministre de l'Industrie et du Tourisme Þórdís Kolbrún Reykfjörð Gylfadóttir Sja
Ministre des Affaires sociales Þorsteinn Víglundsson Við
Ministre des Transports et des Communications Jón Gunnarsson Sja
Ministre de la Justice Sigríður Á. Andersen Sja
Ministre de l'Éducation Kristján Þór Júlíusson Sja

Dissolution

À la suite de la protection fournie à un homme condamné pour pédophile par le père du Premier ministre Bjarni Benediktsson, ce dernier est accusé de tentative d'étouffement de l'affaire[3]. Il est en effet accusé d'avoir été informé des faits dès juillet mais de l'avoir caché à ses partenaires de coalition, jusqu'à ce qu'une commission parlementaire ne révèle l'affaire[3].

Hjaltk Hauksson, un homme condamné en 2004 à cinq ans et demi de prison pour avoir violé à de nombreuses reprises sa fille adoptive pendant douze années depuis ses cinq ans, a en effet vu son casier judiciaire effacé et son interdiction d'exercer certains métiers levée par le biais d'une très ancienne loi islandaise permettant à un ancien condamné de « laver son honneur » cinq ans après la fin de sa peine pour peu qu'il réunisse les lettres de recommandations de trois personnes honorables le connaissant. L'utilisation de cette coutume pour un crime de cette nature provoque un grand émoi dans le pays[3].

Le peu après minuit, le parti Avenir radieux décide alors à l'unanimité de se retirer de la coalition gouvernementale, et la perte de ces 4 sièges rend le gouvernement minoritaire à l'assemblée[4],[5]. Le chef de l'autre partenaire de la coalition (le parti Viðreisn), Benedikt Jóhannesson, se dit triste de la décision d'Avenir radieux de quitter le gouvernement, déclarant apprécier la collaboration entre les trois partis[5]. Le , Bjarni Benediktsson annonce que le président Guðni Th. Jóhannesson a accepté sa demande de tenir des élections anticipées, un an à peine après celles de 2016[3]. La date du est initialement avancée[3], avant que ne soit officialisée la date du [6].

Notes et références

Notes

  1. Avenir radieux quitte la coalition le 15 septembre ce qui place le gouvernement en minorité à l'Althing avec 28 sièges sur 63.
  2. En comptant le Premier ministre.

Références

  1. (is) « Ríkisráðsfundir á Bessastöðum miðvikudaginn 11. janúar 2017 », sur Office du Premier ministre islandais, (consulté le 11 janvier 2017).
  2. (en) Paul Fontaine, « Meet Iceland’s New Government », The Reykjavík Grapevine, (lire en ligne, consulté le 11 janvier 2017).
  3. « De nouvelles élections législatives anticipées annoncées en Islande », Le Monde, 15 septembre 2017.
  4. (en-GB) « How a convicted paedophile brought down Iceland’s government », The Independent, (lire en ligne, consulté le 18 septembre 2017).
  5. http://icelandmonitor.mbl.is/news/politics_and_society/2017/09/15/disappointed_but_respects_bright_future_s_stance/
  6. « Islande: les législatives fixées au 28 octobre », sur lE Figaro, (consulté le 18 septembre 2017).

Annexes

Articles connexes

  • Portail de l’Islande
  • Portail de la politique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.