Gouvernement Pierre Laval (5)

Le cinquième gouvernement Pierre Laval est le premier gouvernement du régime de Vichy en France, constitué par Philippe Pétain après le vote du lui donnant les pleins pouvoirs constituants. Il se termine le par le renvoi de Pierre Laval. Il n'est pas reconnu comme légitime par le Conseil de défense de l'Empire, Gouvernement de la France Libre, qui lui est reconnu par le Gouvernement britannique.

Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Pierre Laval.

Formation du gouvernement

Le gouvernement de Pétain ayant signé l’armistice puis mis fin à la République le par le vote des pleins pouvoir constituants à Pétain, suivi des trois premiers actes constitutionnels, le général de Gaulle crée le , le Conseil de défense de l'Empire qui est reconnu par le Gouvernement britannique, comme successeur légitime de la République alliée de la Grande-Bretagne dans la guerre.

Le , Pierre Laval, second ministre d'État de l'ancien gouvernement[1] est appelé par Pétain comme vice-président du Conseil[2]  le maréchal restant à la fois chef de l’État et du Gouvernement  et l'acte constitutionnel no 4 fait de Laval le dauphin de Pétain en cas de vacance du pouvoir[3].

Le , Philippe Pétain forme le premier gouvernement du régime de Vichy et maintient Pierre Laval comme vice-président du Conseil.

Composition initiale du gouvernement

  • Chef de l'État Français, président du Conseil[4] : maréchal Philippe Pétain.
  • Vice-président du Conseil, chargé de l'Information ()[5] et secrétaire d’État aux Affaires étrangères à partir du (renvoyé le ) : Pierre Laval
  • Garde des Sceaux et ministre secrétaire d’État à la Justice (jusqu’en ) : Raphaël Alibert
  • Ministre secrétaire d’État des Finances (jusqu’en ) : Yves Bouthillier
  • Ministre secrétaire d’État des Affaires étrangères (jusqu’au ) puis ministre-secrétaire d’État à la présidence du conseil (-)[6] : Paul Baudouin
  • Secrétaire d’État à Ravitaillement et de l’agriculture, puis ministre de l’Agriculture (-) : Pierre Caziot
  • Ministre secrétaire d’État à la Production industrielle et du Travail (jusqu'en ), puis ministre du Travail (jusqu'en ) : René Belin
  • Ministre secrétaire d’État à la Défense nationale (renvoyé du gouvernement dès ) : général Maxime Weygand (ensuite délégué général en Afrique du Nord et commandant en chef des forces françaises en Afrique du Nord jusqu'en )
  • Secrétaire d’État à la Guerre (armée de terre) (renvoyé du gouvernement dès ) : général Louis Colson
  • Secrétaire d’État à l’Aviation (renvoyé du gouvernement dès ) : général Bertrand Pujo
  • Secrétaire d’État puis ministre la Marine : amiral François Darlan
  • Ministre secrétaire d’État à l’Intérieur (renvoyé du gouvernement dès car ancien parlementaire) : Adrien Marquet
  • Ministre secrétaire d’État à l’instruction publique et des Beaux-Arts (renvoyé du gouvernement dès car ancien parlementaire) : Émile Mireaux
  • Ministre secrétaire d’État à la Famille et à la Jeunesse (renvoyé du gouvernement dès car ancien parlementaire) : Jean Ybarnegaray
  • Ministre secrétaire d’État aux Communications (renvoyé du gouvernement dès car ancien parlementaire) : François Piétri
  • Ministre secrétaire d’État aux Colonies (renvoyé du gouvernement dès car ancien parlementaire) : Henry Lémery

Remaniements

Entré au gouvernement le 16 juillet 1940

Entrées au gouvernement en septembre 1940 (pour remplacer les huit ministres renvoyés)

  • Ministre de l’Intérieur : Marcel Peyrouton
  • Ministre de la Guerre () et commandant en chef des forces terrestres (jusqu’en ) : général Charles Huntziger
  • Secrétaire d’État à l’Aviation : général Jean Bergeret
  • Secrétaire d’État aux Communications (jusqu’en ) : Jean Berthelot
  • Secrétaire d’État à l’Instruction publique et à la jeunesse (jusqu'au ) : Georges Ripert
  • Secrétaire d’État aux Colonies (jusqu’en ) : amiral Charles Platon
  • Secrétaire général à la Jeunesse : Georges Lamirand

Nomination le 18 novembre 1940

Notes et références

  1. Cointet 2011, p. 38.
  2. Cointet 1993, p. 228-249.
  3. Kupferman 2006, p. 269.
  4. [PDF] Jérôme Cotillon, « Les entourages de Philippe Pétain, chef de l’État français, 1940-1942 », Histoire@Politique – Politique, culture, société, no 8, mai-août 2009.
    « Par la conjonction des événements précipitant une concentration entre les mains d’un seul des pouvoirs présidentiel et gouvernemental comme le cas de figure faisant du dernier président du Conseil de la République également le premier chef du nouvel État français, la personne de Pétain se retrouve tout à la fois investie de nouvelles fonctions exécutives sans avoir été dépossédée de ses anciennes attributions gouvernementales. »
    Voir en particulier la note 42, p. 16. : « Il est relevé que Laval chef du gouvernement ne porte pas pour autant le titre de président du Conseil, Pétain continue d’en être le détenteur et d’en exercer les pouvoirs afférents. Cf. à ce sujet AN 2AG 539 CC 140 B et Marc-Olivier Baruch, op. cit., p. 334-335 et 610. »
  5. Gilles Devers, « Vichy 28. Loi du 12 juillet 1940 : composition du gouvernement », sur avocats.fr, (consulté le 12 mars 2014).
  6. « Ministres de Vichy issus de l'École polytechnique – Paul Baudouin », sur x-resistance.polytechnique.org, Association X-Résistance (consulté le 12 mars 2014).

Bibliographie

 : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

Article connexe

  • Portail de la politique française
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.