Gouvernement Wilmès II

Le gouvernement Wilmès II est le gouvernement fédéral du royaume de Belgique depuis le 17 mars 2020, sous la 55e législature de la Chambre des représentants.

Pour les articles homonymes, voir Gouvernement Wilmès.
Gouvernement Wilmès II

Royaume de Belgique

La Première ministre Sophie Wilmès.
Roi Philippe
Première ministre Sophie Wilmès
Élection 26 mai 2019
Législature 55e
Formation
Durée 12 jours
Composition initiale
Coalition
Ministres 12
Femmes 3
Hommes 9
Représentation
Chambre des représentants
38 / 150
Sénat
17 / 60

Dirigé par la libérale francophone Sophie Wilmès, il constitue un gouvernement minoritaire de coalition orange-bleue entre les libéraux francophones et flamands, et les chrétiens-démocrates flamands. Il est formé en urgence, dans le contexte de la pandémie de Covid-19.

Historique

Dirigé par la Première ministre libérale francophone sortante Sophie Wilmès, ce gouvernement est constitué par une « coalition orange-bleue » entre le Mouvement réformateur (MR), les Christen-Democratisch en Vlaams (CD&V) et l'Open Vlaamse Liberalen en Democraten (Open VLD). Ensemble, ils disposent de 38 députés sur 150, soit 25,3 % des sièges de la Chambre des représentants.

Il est formé à la suite des élections législatives fédérales du 26 mai 2019.

Il succède donc au gouvernement Wilmès I, cabinet d'affaires courantes constitué par une coalition identique.

Formation

Face à la pandémie de coronavirus de 2019-2020, touchant la Belgique à partir de mars 2020, le gouvernement demande d'urgence le soutien de l'opposition afin de devenir un gouvernement de plein exercice capable de lutter contre la maladie. Le 15 mars 2020, un accord est trouvé avec une partie de l'opposition (PS, sp.a, Ecolo, Groen, cdH, DéFI)[1].

Le gouvernement est assermenté par le roi Philippe deux jours plus tard. La déclaration gouvernementale a lieu le même jour à la Chambre ; pour éviter la diffusion de la maladie, cette déclaration se fait exceptionnellement uniquement devant les chefs de groupe et sans la présence du gouvernement dans son ensemble (seul le Kern est présent[2]). Le 19 mars, le gouvernement obtient la confiance de la Chambre par 88 voix pour et 44 contre[3].

Premières mesures

Afin de lutter contre la pandémie de coronavirus, le gouvernement annonce le 17 mars que la Belgique entre dans une période de confinement à partir du 18 mars à 12h00 jusqu'au 5 avril. Les Belges doivent rester au maximum chez eux. Sortir en cas d'urgence ou pour se rendre dans un magasin d'alimentation, dans une pharmacie, à la poste, à la banque, à la librairie ou pour faire le plein est permis, ainsi que pour faire de l'activité physique en extérieur tant qu'une distance de 1,5m avec d'autres personnes soit respectée ; dans les supermarchés, il ne peut y avoir qu'un seul client par 10 m2. Les rassemblements sont interdits. Les entreprises doivent au maximum encourager le télétravail ; si ce n'est pas possible, il doit y avoir le respect d'une distanciation sociale ; une entreprise ne respectant pas ces consignes sera fermée. Les voyages hors de Belgique sont interdits. La police est chargée de faire respecter ce confinement[4].

Le 20 mars, le ministre de l'Intérieur Pieter De Crem annonce que le contrôle aux frontières est rétabli et que l'entrée sur le territoire belge est désormais interdit sauf dans le cas de déplacements jugés essentiels[5].

Le 26 mars, la Chambre vote les pouvoirs spéciaux au gouvernement pour une durée de 3 mois et avec une potentielle prolongation de 3 mois[6].

Le 27 mars, le gouvernement prolonge la période de confinement jusqu'au 19 avril et annonce qu'elle sera potentiellement prolongée une nouvelle fois jusqu'au 3 mai[7].

Composition

L'équipe du gouvernement précédent est reconduite sans aucun changement.

Fonction Titulaire Parti
Première ministre (chargée de Beliris et des Institutions culturelles fédérales) Sophie Wilmès MR
Vice-Premier ministre
Ministre de la Justice et des Affaires européennes (chargé de la Régie des Bâtiments)
Koen Geens CD&V
Vice-Premier ministre
Ministre des Finances (chargé de la Lutte contre la fraude fiscale)
Ministre de la Coopération au développement
Alexander De Croo Open VLD
Vice-Premier ministre
Ministre du Budget et de la Fonction publique (chargé de Loterie nationale et de la Politique scientifique)
David Clarinval MR
Ministre de la Sécurité et de l'Intérieur Pieter De Crem CD&V
Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique, et de l'Asile et de la Migration Maggie De Block Open VLD
Ministre des Pensions Daniel Bacquelaine MR
Ministre de l'Énergie, de l'Environnement et du Développement durable Marie-Christine Marghem MCC (MR)
Ministre des Affaires étrangères et de la Défense Philippe Goffin MR
Ministre de la Mobilité (chargé de Skeyes et de la SNCB) François Bellot MR
Ministre des Classes moyennes, des Indépendants, des PME, de l'Agriculture et de l'Intégration sociale (chargé des Grandes villes) Denis Ducarme MR
Ministre de l'Agenda numérique, des Télécommunications et de la Poste (chargé de la Simplification administrative, de la Lutte contre la fraude sociale, de la Protection de la vie privée et de la Mer du Nord) Philippe De Backer Open VLD
Ministre de l'Emploi, de l'Économie et des Consommateurs (chargée du Commerce extérieur, de la Lutte contre la pauvreté, de l'Égalité des chances et des Personnes handicapées) Nathalie Muylle CD&V

Notes et références

Voir aussi

Articles connexes

  • Portail de la politique belge
  • Portail des années 2020
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.