Grâce-Berleur

Grâce-Berleur (en wallon Gråce-Bierleu, localement prononcé Grâce-Bièrleû) est une section de la commune belge de Grâce-Hollogne située en Région wallonne dans la province de Liège.

Pour les articles homonymes, voir Grâce.

Grâce-Berleur
Administration
Pays Belgique
Région  Région wallonne
Communauté  Communauté française
Province  Province de Liège
Arrondissement Liège
Commune Grâce-Hollogne
Code postal 4460
Zone téléphonique 04
Démographie
Gentilé Gracieux-Berluron(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 38′ nord, 5° 30′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Liège
Grâce-Berleur
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Grâce-Berleur
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Grâce-Berleur

    C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1970.

    Étymologie

    1317 Gras, 1269 Grasce[1], 1245 Graus

    Roche sableuse (ancien français grez)[2].

    1278 Berloir, 1280 Berloire

    Aux (collectif -etum déformé en -eur) berles, ombellifères (celtique *berl, latin berula), ou au cresson (gaulois et bas latin berula, français berle)[3],[2].

    Géographiquement, Grâce-Berleur est composé de trois villages, jadis distincts, mais aujourd’hui parfaitement homogénéisés : Grâce, le Berleur et le Boutte.

    Grâce et le Berleur sont eux-mêmes divisés en quartiers, lieux-dits ou écarts :

    -       à Grâce : le Rhéna (vieux village), le Pérou, le Mâvis, le Vinâve, le vallon de Grâce et le Flot ;

    -       au Berleur : le Petit-Berleur, le Badwa, le bois de Malette, la côte du Berleur, Toutes-Voies et le Vaniche.

    Histoire

    La commune fut créée en 1846 lors du démembrement de la commune de Grâce-Montegnée.

    C'est dans cette commune qu'eut lieu, en 1950, l'incident sanglant qui hâta l'épilogue de la Question royale : la Fusillade de Grâce-Berleur.

    La localité vécut longtemps au rythme de l'activité du charbonnage du Bonnier, fermé en 1967.

    Personnalités liées à la commune

    • Jean Vauthier, dramaturge français né en 1910 à Grâce-Berleur
    • Joseph Gosset (1911-1972), footballeur très connu dans les années 30 évoluant dans la grande équipe du RFC Montegnée.
    • Simon Paque (1898-1977), résistant, député de Liège de 1949 à 1968, membre du Comité permanent du Congrès national wallon de 1950 à 1971, président de la fédération de Liège du Parti socialiste belge de 1959 à 1977. Voir l'article sur la Fusillade de Grâce-Berleur. Une rue de la commune porte son nom.
    • Gaston Paque (1925-2016), échevin à Grâce-Berleur dans les années 60 et bourgmestre faisant fonction de Grâce-Berleur en 1970 (soit avant la fusion volontaire), bourgmestre de Grâce-Hollogne de 1971 à 1976, sénateur de 1971 à 1991. Fils de Simon Paque.
    • Alain Van der Biest (1943-2002), bourgmestre de Grâce-Hollogne de 1977 à 1994, député de Liège de 1977 à 1995, ancien secrétaire national du Parti socialiste belge, ministre national des Pensions de 1988 à 1990, ministre wallon des Pouvoirs locaux et des Travaux subsidiés de 1990 à 1992.
    • Sinibaldo Basile (1944-2013), instituteur de formation et historien local, auteur de nombreux ouvrages sur Grâce-Berleur. Une école de la commune porte son nom.

    Liste des bourgmestres de Grâce-Berleur

    • Jean-François Degive, 1847-1848 (précédemment bourgmestre de Grâce-Montegnée) - (décédé)
    • Mathieu de Lexhy, 1848-1858 (une rue de la commune porte son nom)
    • Jean Rausin, 1858-1867
    • Laurent Stasse, 1867-1879
    • Mathieu de Lexhy, 1879-1884 (2e fois)
    • Jean Renson, 1885-1912 (précédemment bourgmestre de Montegnée)
    • Eugène-Marie Sécretin, 1912-1921
    • Adrien Materne, 1921-1935 (décédé) - (une rue de la commune porte son nom)
    • Joseph Leroy, 1935-1938
    • Jules Everts, 1938-1941 (destitué par l'occupant, mort à Dachau en 1942)
    • Léon Engels, 1941-1942
    • Pas de bourgmestre entre 1942 et 1944 : Grâce-Berleur est rattachée au Grand-Liège dont le bourgmestre est Albert Dargent (fusillé à la Libération)
    • Arthur Samson, 1944-1962 (blessé par les gendarmes lors des évènements de 1950) - (une rue de la commune porte son nom)
    • Joseph Heusdens, 1962-1970 (décédé) - (une rue de la commune porte son nom)
    • Gaston Paque, bourgmestre faisant fonction jusqu'au , date de la disparition administrative de la commune de Grâce-Berleur (sénateur de 1971 à 1991, bourgmestre de Grâce-Hollogne de 1971 à 1976) - (fils de Simon Paque).

    N.B. :

    La liste socialiste, emmenée par Adrien Materne, obtient la majorité en 1907 mais le pouvoir de l'époque refuse de nommer des bourgmestres socialistes : Jean Renson est reconduit comme bourgmestre mais Materne préside le conseil communal ; après le retrait de Renson en 1912, Sécretin est nommé bourgmestre mais la "cohabitation" avec Materne perdure jusqu'en 1921. À partir de 1921, tous les bourgmestres de Grâce-Berleur seront socialistes.

    Notes

    1. Poncelet, Inventaire analytique des chartes de la collégiale de Sainte-Croix à Lège, Bruxelles, 1911-1922
    2. Jules Herbillon, Les noms des communes de Wallonie, Bruxelles, Crédit communal, coll. « Histoire » (no 70),
    3. A. Carnoy, Origines des noms des communes de Belgique, Louvain, Éditions Universitas, , 2 vol.
    • Portail de la province de Liège
    • Portail de la Wallonie
    • Portail de la Belgique
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.