Gressoney-Saint-Jean

Gressoney-Saint-Jean est une commune italienne alpine de la région Vallée d'Aoste.

Pour l'ancienne commune, voir Gressoney.
Pour les articles homonymes, voir Gressoney (homonymie).

Gressoney-Saint-Jean

Héraldique

Vue du chef-lieu.
Nom alémanique Greschòney Zer Chilchu
Administration
Pays Italie
Région Vallée d'Aoste 
Province Vallée d'Aoste
Syndic Luigi Chiavenuto
2010
Code postal 11025
Code ISTAT 007033
Code cadastral E168
Préfixe tel. 0125
Démographie
Gentilé Gressonards
Greschoneyra (Greschòneytitsch)
Population 821 hab. (31-12-2010[1])
Densité 11,74 hab./km2
Géographie
Coordonnées 45° 47′ 00″ nord, 7° 49′ 00″ est
Altitude Min. 1 189 m
Max. 3 314 m
Superficie 6 900 ha = 69 km2
Divers
Saint patron Saint-Jean Baptiste
Fête patronale 24 juin
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Vallée d'Aoste
Gressoney-Saint-Jean
Géolocalisation sur la carte : Italie
Gressoney-Saint-Jean
Géolocalisation sur la carte : Italie
Gressoney-Saint-Jean
Liens
Site web Site officiel

    Géographie

    Gressoney-Saint-Jean se trouve dans la vallée du Lys, entre les communes de Gressoney-La-Trinité et Gaby.

    Toponymie

    Traditionnellement les deux communes de Gressoney-La-Trinité et Gressoney-Saint-Jean forment une entité unique du point de vue du territoire et de la culture, dénommée Gressoney en français, Greschòney (officiel) ou Creschnau[2],[3] dans le dialecte local de la langue walser (le Greschòneytitsch ou simplement Titsch) et Kressenau[4] (désuet[5]) en allemand.

    Plusieurs significations ont été attribuées au toponyme Gressoney au cours des siècles :

    • Chreschen-eye : « plaine du cresson » ;
    • Grossen-eys : « grand glacier » ;
    • Chreschen-ey : « œuf déposé parmi les cressons ».

    La signification la plus fiable serait la première, mais elle n'est attestée par aucun document.

    Toponymie traditionnelle

    L'unité territoriale et culturelle de Gressoney se divise en trois parties :

    • Onderteil, qui signifie « la partie inférieure », du pont de Trentaz (en titsch, Trentostäg) au chef-lieu de Gressoney-Saint-Jean (Greschòney Zer Chilchu ou De Platz) ;
    • Méttelteil, qui signifie « la partie du milieu », le chef-lieu de Gressoney-Saint-Jean (Greschòney Zer Chilchu ou De Platz) et le territoire en amont jusqu'au hameau Léschelbalmo ;
    • Oberteil, qui signifie « la partie d'en haut », correspondant à l'actuelle commune de Gressoney-La-Trinité.
    Localisation de la commune de Gressoney-Saint-Jean à l'intérieur de la Vallée d'Aoste.

    Hameaux

    La version en allemand des toponymes a été indiquée entre parenthèses, elle est officielle à côté de celle en Titsch.

    Bieltschòcke (Bieltschucken), Bode, Chaschtal, Dresal, Loomatto (Loomatten), Méttelteil (Mittelteil), Mettie (Mettien), Noversch, Òbre Biel (Ober Biel), Òbre Champsil (Ober Champsil), Òbro Verdebio (Ober Verdebien), Ònderteil (Unterteil), Òndre Biel (Unter Biel), Òndre Champsil (Unter Champsil), Òndro Verdebio (Unter Verdebien), Perletoa, Predeloasch, Stobene, Trentostäg (Trentosbrück), Tschemenoal (Chemonal), Tschoarde, Tschossil, Woald (Wald)

    Communes limitrophes

    Ayas, Brusson, Gaby, Gressoney-La-Trinité, Rassa (VC), Riva Valdobbia (VC)

    Histoire

    La reine Marguerite de Savoie, qui passait ses vacances dans la haute vallée du Lys, fit bâtir près du village de Greschmattò le château Savoie.

    Évolution démographique

    Habitants recensés

    Administration

    Le terme « syndic » se traduit dans le patois alémanique local, le Titsch, par Sendég.

    Les syndics successifs
    Période Identité Étiquette Qualité
    9 mai 2005 24 mai 2010 Aldo Comé Liste civique Syndic
    24 mai 2010 En cours Luigi Chiavenuto Liste civique Syndic
    Les données manquantes sont à compléter.

    Économie

    L'économie de Gressoney-Saint-Jean s'appuie surtout sur le tourisme. La commune dispose d'un domaine skiable, dénommé Weissmatten, comptant 12,6 km de pistes et faisant partie du domaine Monterosa Ski.

    Gressoney-Saint-Jean est une commune membre de la communauté de montagne Walser - haute vallée du Lys.

    Associations

    À Gressoney-Saint-Jean se situe le siège de la Compagnie des guides de montagne Gressoney - Mont-Rose.

    Culture

    Culture walser

    La communauté de Gressoney-Saint-Jean, tout comme celle de Gressoney-La-Trinité et d'Issime, a été fondée par les migrants walsers, qui se déplacèrent à partir du XIIIe siècle, favorisés par le climat relativement doux dans les Alpes à cette époque. Leur mouvement à partir du Valais, intéressa la vallée du Lys et le haut Valsesia, au Piémont, et il fut encouragé sans doute par les seigneurs féodaux locaux, souhaitant peupler des vallées encore inhabitées afin de contrôler les cols alpins. En contrepartie, les Walser obtinrent des droits et libertés importants.

    La culture walser est représentée aussi par l'architecture typique (voir le lien externe au fond de l'article), caractérisée par les Stadel, des maisons complètement en bois, s'appuyant sur des « champignons » en pierre.

    Les communes de Saint-Jean, de Gressoney-La-Trinité et d'Issime constituent la Walsergemeinschaft Oberlystal (Communauté walser de la haute vallée du Lys), dont fait partie aussi Gaby, qui subit l'influence de la langue et de la culture walser, tout en maintenant au cours des siècles un parler francoprovençal.

    Le titsch gressonard et le Walserkulturzentrum

    Les Walser, originaires de l'Oberland bernois, sont germanophones, et constituent donc une exception dans la vallée d'Aoste francophone. Ils parlent un dialecte d'origine alémanique, appelé Greschòneytitsch, ou simplement Titsch, dénomination dérivant du mot Deutsch (en allemand, « allemand »).

    À Gressoney-Saint-Jean se situe le siège du Walser Kulturzentrum, le centre d'étude de la culture et de la langue walser, disposant d'une bibliothèque et d'archives historiques et linguistiques. Le centre a publié un dictionnaire du Titsch gressonard et du Töitschu issimois en 1988, par le soin des experts linguistiques locaux, présidés par Heinrich Welf.

    Un exemple comparatif du Greschoneytitsch est donné par le Notre Père :

    Greschoneytitsch Allemand Français

    Endsche Attò
    das béscht em Hémmel,
    dass héilege sígge Dín Noame.
    Chéeme Dín Herrschaft[6].

    Vater unser
    der Du bist im Himmel,
    geheiligt werde Dein Name.
    Dein Reich komme.

    Notre Père
    Qui es aux cieux,
    Que Ton Nom soit sanctifié.
    Que Ton Règne vienne,

    Des proverbes :

    • D’scheitò spréngt nid witt vòm stock.
    Le copeau ne tombe pas loin de la bûche.
    • Waster neut an Groat wennt neut mascht troa.
    Ne te charge pas d’une montagne si tu n’es pas à même de la porter.
    • Morgen root, Abend Koth.
    Rouge le matin, boue le soir.

    Le titsch de Gressoney présente également des emprunts issus des langues voisines, le français et le francoprovençal :

    • mutschur (< fr. mouchoir)
    • tretwar (< fr. trottoir)
    • rido (< fr. rideau)
    • verdscháts (= écureuil) du francoprovençal verdjáts[7].

    Musées

    Près du chef-lieu de Saint-Jean se trouve le siège du Musée régional de la faune alpine dédié au baron Beck-Peccoz.

    Produits traditionnels

    Les piouns

    Les pantoufles typiques des gens Walser, appelées D'socka en Titsch et Piouns en francoprovençal valdôtain, sont aujourd'hui l'objet de l'activité de la coopérative D'Socka à Gressoney-Saint-Jean.

    Personnalités liées à Gressoney-Saint-Jean

    Fêtes et foires

    • Les feux de la Saint-Jean[8] (en allemand, Sankt-Johanns Feuer) le 23 et ;
    • La Walsernacht[9], qui signifie la nuit walser, une veille dans les rues du village ;
    • La Bierfest, la « fête de la bière »[10], en été.
    • Le soir du , les jeunes du pays se rendent en visite dans les maisons des villages en chantant le Neujahrslied (« Chant du nouvel an ») :

    Ein glückseliges neues Jahr
    Wünschen wir Euch von Herzens Grund
    Gottes Gnad'viele Jahr bewahre
    Euern Leib und Seel gesund.
    Anstatt unserer Schenkung seje
    Das geborene Jesulein
    In dem Kripplein auf der Heide
    Drücket's in Eueres Herz hinein.

    Sports

    • Un centre sportif polyvalent dénommé Gressoney Sport Haus se situe au lieu-dit Tschoarde ;
    • L'équipe gressonarde de foot à 5 se dénomme Association sportive amateurs Gressoney Mont-Rose.

    Galerie d'images

    Notes et références

    1. (it) Popolazione residente e bilancio demografico sur le site de l'ISTAT.
    2. La communauté Walser de la haute vallée du Lys sur www.aoste.ialpes.com.
    3. Termes régionaux et noms de lieux de Suisse romande et environs.
    4. Die Alpen, juin 2011, p.29
    5. Les ouvrages récents en allemand standard indiquent les noms officiels en français - v. Liederbuch von Gressoney und Issime et Peter Zürrer, Sprachkontakt in Walser Dialekten: Gressoney und Issime im Aostatal (Italien).
    6. (de) « Das Vaterunser auf Walserisch (Greschòney) », Frankfurter Allgemeine Zeitung, (consulté le 13 mai 2011)
    7. Ernest Schüle (1989), Les parlers Walser de la Vallée du Lys et les patois romans des alentours, Enrico Rizzi (ed.), Lingua e comunicazione simbolica nella cultura Walser, Atti del VI Convegno Internazionale di Studi Walser, Anzola d’Ossola, Fondazione Enrico Monti, 243–254.
    8. Fête patronale de la Saint-Jean
    9. Walser Nacht
    10. Bierfest

    Annexes

    Articles connexes

    Bibliographie

    • Valentin Curta, Gressoney einst und jetzt (réimprimé en 1994)
    • Ouvrage collectif (Walser Kulturzentrum), Chansonnier de Gressoney et d'Issime - Liderbuch von Kressnau und Eischeme, 1991
    • Ouvrage collectif (Walser Kulturzentrum), Greschôneytitsch und d'Eischemtöitschu, 1988-1998
    • Gui Tercinod, Louis Zumstein (De la Pierre) et la poésie dialectale de la Vallée du Lys, Aoste, 1957.
    • Michele F. Gregori, Jean-Nicolas Vincent, Le Château éd., Aoste, 2005

    Liens externes

    • Portail de la géographie
    • Portail des Alpes
    • Portail de la Vallée d’Aoste
    Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.