Grigori Petrovski

Grigori Ivanovitch Petrovski (en russe Григо́рий Ива́нович Петро́вский ; en ukrainien Григорій Іванович Петровський Hryhoriï Ivanovytch Petrovsky), né le 23 janvier 1878 ( dans le calendrier grégorien) à Pechenihy et mort le à Moscou, est un révolutionnaire ukrainien de l'Empire russe et un homme politique soviétique d'origine ukrainienne. Il est président du Comité exécutif central de la République socialiste soviétique d'Ukraine de 1919 à 1938.

Grigori Petrovski
Grigori Petrovski en 1917.
Fonctions
Député de la Douma d'État de l'Empire russe
Député de l'Assemblée constituante russe de 1918
Biographie
Naissance

Petchenegui (en)
Décès
(à 79 ans)
Moscou
Sépulture
Nationalités
Activités
Enfants
Piotr Pietrowski (d)
Leonid Petrovsky (en)
Autres informations
Parti politique
Membre de
Distinctions
signature
Grigori Petrovski en 1937.

Biographie

Grigori Petrovski est né dans un village près de Kharkov dans une famille d'artisans. Au début de l'adolescence, il est éduqué au sein d'un séminaire à Kharkov, puis très jeune entre en apprentissage. A 15 ans, il est à Iekaterinoslav (aujourd'hui Dnipro), où il est ouvrier d'usine. Il rejoint le mouvement révolutionnaire en 1895. Il participe à l'agitation politique qui secoue le bassin du Donets jusqu'à Kharkov ; il est arrêté pour cela en 1900 et en 1903.

Pendant la Révolution russe de 1905, Petrovski est l'un des organisateurs et meneurs du Conseil des travailleurs de la ville de Dnipropetrovsk et du Comité de grève local. Après l'échec du mouvement révolutionnaire, il émigre en Allemagne fin 1905. En 1907, il revient en Ukraine, et il travaille à Marioupol comme ouvrier qualifié, tout en continuant ses activités révolutionnaires. En 1912, il est élu député (bolchevik) à la 4e Douma impériale de la circonscription de Iekaterinoslav. C'est à cette époque qu'il devient rédacteur pour la Pravda. En , il est élu membre du Comité central du parti bolchevik de Russie.

Il est arrêté dès le début de la Première Guerre mondiale, en , en compagnie de six autres membres bolcheviks de la Douma, notamment Staline, Sverdlov et Lev Kamenev. Il est condamné en à l'exil intérieur dans le kraï de Touroukhansk, dans la région de Krasnoïarsk, en Sibérie.

Après la prise du pouvoir par les bolcheviks, il rentre d'exil et il est nommé Commissaire du peuple aux Affaires intérieures. Il conserve ce poste du au [1].

En tant que ministre de l'Intérieur, il supervise les activités de la police politique, la redoutable Tchéka. C'est un ardent promoteur de la Terreur rouge. Il écrit ainsi, dans l'un de ses ordres :

« Un grand nombre d'otages doit être prélevé au sein de la bourgeoisie ; en cas de résistance ces otages doivent être exécutés en masse [...]. Aucune hésitation dans l'application de la terreur. »

 Jacques Baynac, La terreur sous Lénine (1917-1924), 1975.

En tant que membre du gouvernement, il fait partie de la délégation russe chargée de négocier et de signer le Traité de Brest-Litovsk fin 1917. En , il devient président du Comité exécutif central de la République socialiste soviétique d'Ukraine, fonction qu'il conservera jusqu'en 1938.

Le , il devient le représentant de la RSS d'Ukraine au sein du Comité exécutif central de l'URSS qui vient d'être créée. En tant qu'Ukrainien, il se considérait comme internationaliste et rejetait le nationalisme ukrainien[2].

À l'issue du XIVe Congrès du Parti communiste d'URSS en , il est élu membre suppléant du Politburo. En tant que représentant de l'Ukraine, il est membre du præsidium du Soviet suprême de l'URSS, dont il est élu vice-président en .

Il échappe à un jugement lors des procès de Moscou de 1936 et n'est pas victime des Grandes Purges de 1937-1938, mais est néanmoins exclu du Parti communiste et privé de certains avantages matériels. En 1940, il est nommé directeur du musée de la Révolution à Moscou. Pendant la Seconde Guerre mondiale, après la mort de son fils Leonid[3], il demande à Staline de relâcher son fils Peter qui était incarcéré, mais sans succès.

Mort en 1958, Petrovski est enterré à Moscou, dans la nécropole du mur du Kremlin[2].

Hommages et critiques

On estime que Petrovski, Vsevolod Balitski, Lazare Kaganovitch et Nikita Khrouchtchev furent les principaux exécuteurs de la terreur stalinienne en Ukraine dans les années 1920 et 1930. Petrovski affirma notamment, à propos du Holodomor, que « [n]ous savons que des millions de gens meurent. C’est regrettable, mais l’avenir glorieux de l’Union soviétique le justifiera. »[4].

En 1926, la ville d'Iekaterinoslav est rebaptisée Dnipropetrovsk[5] (elle devient Dnipro en 2016).

Une statue de Petrovski à Kiev est détruite en , à l'occasion des commémorations des victimes de l'Holodomor. Le , une autre est déboulonnée à Dnipropetrovsk, peu de temps avant que la ville ne soit rebaptisée Dnipro, en vertu de la loi de décommunisation adoptée en 2015.

Notes et références

  1. .
  2. Ukraine tears down controversial statue, BBC News, 27 novembre 2009
  3. Leonid
  4. Simon Sebag Montefiore (trad. Florence La Bruyère et Antonina Roubichou-Stretz), Staline : La cour du tsar rouge, vol. I. 1929-1941, Perrin, , 723 p. (ISBN 978-2-262-03434-4). 
  5. Gary Kern, The Kravchenko case : One man's war against Stalin, Enigma Books, 2007, p. 191 (ISBN 978-1929631735)

Lien externe

  • Portail de l’URSS
  • Portail du communisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.