Groupe Edmond de Rothschild

Le groupe Edmond de Rothschild est un groupe bancaire spécialisé dans la banque privée et la gestion d'actifs. Familial et indépendant, le groupe est fondé à Paris en 1953 par le baron Edmond de Rothschild.

Ne doit pas être confondu avec Rothschild & Cie.

Groupe Edmond de Rothschild

Création 1953
Fondateurs Edmond de Rothschild
Personnages clés Benjamin de Rothschild
Ariane de Rothschild
Forme juridique Société par actions
Siège social Genève
 Suisse
Activité Banque privée
Asset management
Effectif 2 700 collaborateurs (2018)
Site web www.edmond-de-rothschild.com

Résultat net CHF 222 millions (2018)

Basé à Genève en Suisse et présent dans 15 pays, le groupe compte 150 milliards d’euros d'actifs sous gestion (2019). Benjamin de Rothschild est Président du CA d'Edmond de Rothschild Holding S.A., et Ariane de Rothschild Présidente du CA d'Edmond de Rothschild S.A. Suisse depuis .

Le groupe Edmond de Rothschild comprend aussi la division Edmond de Rothschild Heritage qui réunit ses activités d'art de vivre (vin, gastronomie, hôtels de luxe, fromageries, exploitations agricoles), les Fondations Edmond-de-Rothschild qui assurent les ambitions philanthropiques de la famille, et Gitana Team, écurie de course nautique au large.

Historique

1953 : Création

En 1953, le baron Edmond de Rothschild fonde la Compagnie Financière (LCF) Edmond de Rothschild à Paris. En 1961, LCF Edmond de Rothschild prend 34% du Club Med[1]. En 1965, la Banque Privée Edmond de Rothschild (BPER) est créée à Genève, puis au Luxembourg en 1969[2],[3].

En 1969, BPER innove en créant le modèle de fonds de fonds (fund of funds) qui consiste à investir dans d'autres fonds d'investissement plutôt que directement dans des valeurs mobilières[4]. En 1970, LCF Edmond de Rothschild obtient le statut de banque en France. De 1977 à 1993, la Compagnie Financière est dirigée par Bernard Esambert[2]. En 1981, Vincent Bolloré rachète pour 1 franc symbolique 50% de son entreprise familiale à LCF pour la transformer en groupe international de transport, logistique, et communication[5]. De 1985 à 2001, LCF participe au développement de Monceau Fleurs[6].

En 1989, Benjamin de Rothschild, fils d'Edmond de Rothschild, crée la Compagnie de Trésorerie Benjamin de Rothschild spécialisée dans la couverture des risques de change, puis se développe dans la gestion quantitative, la gestion du risque et la finance d'impact[3]. En 1991, Banca Privata Edmond de Rothschild et Banca Solari & Blum S.A. se rapprochent. À terme, ce rapprochement aboutit à la création d'Edmond de Rothschild S.A. Lugano[7].

En 1992, LCF gère plus de $2 milliards d'actifs[8], et ouvre une succursale à Hong Kong[9].

1997-2016 : Accélération et développement

En , la structure du groupe franco-helvétique est simplifiée[10]. Puis deux mois plus tard, Edmond de Rothschild décède et son fils Benjamin de Rothschild lui succède à la tête de LCF Edmond de Rothschild[11]. En , dans le but de développer les fusions-acquisitions transfrontalières européennes, LCF signe un accord tripartite avec l'Allemand Sal. Oppenheim et l'Italien Euromobiliare[12]. En Suisse, BPER réalise un résultat record avec une progression annuelle de 53% de ses actifs en gestion, dépassant la barre des 40 milliards de francs[13].

En 2000, LCF lance un fonds d'investissement en Israël spécialisé dans les startups nouvelles technologies[14]. En 2001, LCF lance sa banque en ligne[15], et ouvre des bureaux à Bordeaux[16]. En 2002, LCF crée la structure de capital-investissement Capital Partners[17]. En 2006, LCF, à travers BPER, s'associe à Nikko Cordial Securities pour créer le premier family office au Japon, LCF Edmond de Rothschild Nikko Cordial[18]. En Europe, la Compagnie Financière se développe en Belgique[19]. En , le groupe inaugure de nouveaux bureaux à Lille, achevant ainsi sa stratégie d'implantation régionale dans l'Hexagone démarrée 10 ans plus tôt à Bordeaux[20]. Sept succursales provinciales ont été créées[21].

En 2010, La Compagnie Financière Edmond de Rothschild devient le Groupe Edmond de Rothschild (EDR). Son blason est modernisé[22]. En 2011, Christophe de Backer prend la direction générale du groupe[23].

En 2011, EDR rejoint le programme UNEPFI[24], porte sa participation dans Zhonghai à 25%[25], et annonce l'ouverture d'un bureau à Dubaï pour se développer au Moyen-orient[26]. En 2012, le groupe est présent dans 30 pays avec 125 milliards d'euros d'actifs en gestion[27]. En 2013, le groupe ouvre un bureau à Londres[28]. En 2014, EDR lève $530 millions pour un fonds visant une campagne d'investissements en Afrique[29].

2014 : Rassemblement sous une même marque

En 2014, toutes les entités du groupe sont rassemblées sous la marque unique Edmond de Rothschild (EDR)[30]. En 2015, Ariane de Rothschild est nommée Présidente du comité exécutif de la nouvelle structure[23], la première femme à la tête d'une enseigne de la lignée Rothschild[31].

En 2015, le groupe Edmond de Rothschild ouvre un bureau au 20 boulevard Rothschild à Tel-Aviv[32]. En 2016, le groupe ouvre une succursale à Lugano dans le canton du Tessin[33]. En , la Société française des hôtels de montagne (SFHM) qui réunit les activités d'art de vivre du groupe, devient Edmond de Rothschild Heritage[34].

Après la prise de contrôle d'Orox Asset Management en 2014[35] et de Cleaveland en 2016[36], Edmond de Rothschild acquiert Cording en et poursuit le développement de ses activités de gestion immobilière[37].

En 2019, la famille Rothschild retire de la cote Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. et détient désormais 100% du capital[38]. Ariane de Rothschild est nommée à la présidence du Conseil d'Administration d'Edmond de Rothschild (Suisse) SA et Vincent Taupin prend la tête du Comité Exécutif[39].

En , l’outil d'intelligence artificielle appliqué au marché immobilier et développé par EDR (Smart Estate) mène à un premier achat, un immeuble de bureaux à Levallois-Perret[40]. Le mois suivant, le groupe réalise sa 4e levée de fonds (375 millions euros) dédiée aux investissements en Afrique[41].

Description

Structure

Le groupe Edmond de Rothschild est une maison d'investissement de convictions fondée sur l'idée que la richesse doit servir à construire demain. Au , le groupe Edmond de Rothschild compte 2.700 salariés, 32 implantations dans 15 pays et 3 centres de gestion internationaux : à Genève, Luxembourg et Paris[42].

Le groupe compte aujourd'hui 169 milliards d'actifs sous gestion et présente un ratio de solvabilité de 20,8%[42].

Activités

Le groupe Edmond de Rothschild se spécialise dans les métiers suivants :

Autres activités

Edmond de Rothschild Heritage

Depuis le , les activités art de vivre gérées par Benjamin et Ariane de Rothschild sont regroupées sous la marque Edmond de Rothschild Heritage. Elles concernent des domaines dans lesquelles le groupe développe une expertise en propre[34] :

Fondations Edmond-de-Rothschild

Les Fondations Edmond-de-Rothschild (EdR) poursuivent la tradition philanthropique de la famille Rothschild, à l'origine par exemple du premier hôpital gratuit et ouvert à toutes les confessions[46], ou de l'IBPC qui préfigure la création du CNRS[47]. Les fondations EdR constituent un réseau philanthropique international de fondations évoluant dans les domaines de l'art, l'entrepreneuriat, la santé et l'expertise philanthropique. Le réseau comprend dix fondations en France, en Suisse, en Espagne, aux États-Unis et en Israël, et met en place plus de cent programmes dans vingt pays[48] Firoz Ladak est le directeur général des fondations depuis 2005[49].

Voile

En 1872, la baronne Julie Caroline de Rothschild conçoit une goélette à vapeur qu'elle propulse à 20,5 nœuds sur le lac Léman en 1879, devenant la Yachting Lady la plus rapide sur l'eau. Le premier Gitana est né. 25 ans plus tard, elle met à l'eau le Gitana II, qui bat un nouveau record de vitesse à 26 nœuds[50]. Dans les années 1960, le baron Edmond de Rothschild ranime la passion familiale pour la course nautique avec la mise à l'eau du Gitana III, qui abandonne le moteur pour la voile. Les modèles Gitana qui suivent sont développés par de grands cabinets d'architectes et gagnent de nombreuses courses, dont le Fastnet Race de 1965 (sur Gitana IV)[50],[51].

En 2001, Benjamin de Rothschild crée Gitana Team, une équipe sportive de haut niveau de course à la voile, transformant la passion familiale en école de performance, et passant du monocoque au trimaran par la même occasion[52],[51]. En , après 20 mois de chantier, le Gitana 17 (Maxi Edmond de Rothschild) est mis à l'eau. Mesurant 32 mètres de long sur 23 mètres de large, il s'agit alors du premier maxi-trimaran conçu pour voler au large[53]. Le street-artist Cleon Peterson a décoré la coque du bateau[54]. En , les skippers Franck Cammas et Charles Caudrelier remportent la Brest Atlantiques à bord du Ultim Maxi Gitana 17[55].

Gouvernance du groupe

Présidence du CA

Comité exécutif

  • Vincent Taupin (CEO)
  • Cynthia Tobiano (Deputy CEO)
  • Christophe Caspar (Head of Asset Management)
  • Michel Longini (Head of Private Banking)
  • Sabine Rabald (Chief Operating Officer)
  • Jean-Christophe Pernollet (Chief Risk / Legal / Compliance Officer)
  • Diego Gaspari (Chief of Human Resources)
  • Robert Jenkins (Chief Brand and Marketing Officer)
  • Pierre-Étienne Durand (Head of Strategy)

Notes et références

  1. (en) K. Steven Vincent et Alison Klairmont-Lingo, The human tradition in modern France, Rowman & Littlefield Publishers, , p. 194.
  2. Sophie Fay, « Edmond de Rothschild, la passion de la banque », sur Lib.vt.edu,
  3. (en) « Group Edmond de Rothschild », sur Rothschildarchive.org
  4. (en) Bill McIntosh, « Banque Privée Edmond de Rothschild », sur The Hedge Fund Journal
  5. « Six grands groupes de transport français », sur Developement-durable.gouv.fr,
  6. Corine Moriou, « Monceau Fleurs ou l'épanouissement par la franchise », sur Lexpress.fr,
  7. (it) « CHE-101.790.865 », sur Powernet.ch
  8. (en) Frank J. Prial, « Baron Edmond de Rothschild, 71, French Financier, Dies », sur Nytimes.com,
  9. (en) Alun John, « Edmond de Rothschild to close Hong Kong branch amid troubled times for private banks », sur Scmp.com,
  10. « Le groupe Edmond de Rothschild simplifie ses structures », sur Lesechos.fr,
  11. Lecadre Renaudraulin Nathalie, « La finance perd un Rothschild très discret. Le banquier Edmond est mort hier. Son fils Benjamin lui succède », Libération, (lire en ligne, consulté le 2 septembre 2013)
  12. « ROTHSCHILD : accord tripartite entre la Compagnie financière Edmond de Rothschild Banque , les groupes allemand Sal. Oppenheim et italien Euromobiliare », sur Lemonde.fr,
  13. Paul Coudret, « La BPER réalise le meilleur résultat de son histoire », sur Letemps.ch,
  14. « International : Israël attire des fonds », sur Usinenouvelle.com,
  15. « Gérer sa fortune en ligne avec E-Rothschild », sur 01net.com,
  16. « La Compagnie Financière Edmond de Rothschild ouvre un centre régional de gestion de patrimoine à Bordeaux », sur Lesechos.fr,
  17. (en) Guy Paisner, « LCF Rothschild moves into private equity », sur Fnlondon.com,
  18. (en) « Presenting Japan's first genuine Family Office Services », sur Smbcnikko.co.jp,
  19. Marc Bechet, « Une année de Rothschild à Liège... », sur Lalibre.be,
  20. Caroline Lechantre, « La province, relais de croissance pour LCF Edmond de Rothschild », sur Lesechos.fr,
  21. « La banque Edmond de Rothschild joue la carte «famille» pour séduire la place lilloise », sur Lavoixdunord.fr,
  22. « Changement de nom et nouveau blason », sur Edmond-de-rothschild.com,
  23. Jean-Baptiste Roques, « Rothschild contre Rothschild : comment Ariane a changé la famille », sur Vanityfair.fr,
  24. (en) « Edmond de Rothschild (Suisse) S.A. », sur Unepfi.org
  25. Thierry Serrouya, « LCF Edmond de Rothschild se renforce dans l'empire du Milieu », sur Latribune.fr,
  26. (en) Madison Marriage, « Rothschild targets Middle East », sur Investmenteurope.net,
  27. Delphine Dechaux, « Les nouveaux habits d'Edmond de Rothschild », sur Challenges.fr,
  28. (en) Daniel Schäfer, « Edmond de Rothschild to open London merchant bank », sur Ft.com,
  29. (en) « Rothschild fund raises $530 million to invest in Africa », sur Reuters.com,
  30. Anne-Laure Declaye, « Edmond de Rothschild, unique marque du groupe », sur Lagefi.fr,
  31. (en) « Annual report 2014, Edmond-de-Rothschild.com »,
  32. « Edmond de Rothschild (Israël) Ltd a ouvert Boulevard Rothschild », sur Israelvalley.com,
  33. « A propos de Edmond de Rothschild (Suisse) S.A., succursale di Lugano », sur Business-monitor.ch,
  34. Chloé Consigny, « Edmond de Rothschild, une holding très lifestyle », sur Thegoodhub.com,
  35. « Edmond de Rothschild (Suisse) SA prend le contrôle de la société Orox Asset Management SA et développe son pôle d’activité immobilier », sur Edmond-de-rothschild.com,
  36. Anne Drif, « Edmond de Rothschild rachète le gérant immobilier Cleaveland », sur Lesechos.fr,
  37. (en) Razak Musah Baba, « Edmond de Rothschild takes controlling stake in Cording Real Estate », sur Realassets.ipe.com,
  38. « Edmond de Rothschild (Suisse) SA envisage de se retirer de la cote », sur Capital.fr,
  39. Carole Bellemare, « Ariane de Rothschild réorganise Edmond de Rothschild et confie la barre à Vincent Taupin », sur Lefigaro.fr,
  40. « Edmond de Rothschild: Smart Estate réalise un investissement immobilier », sur Allnews.ch,
  41. (en) Carmela Mendoza, « Edmond de Rothschild closes fourth Africa fund above target »,
  42. « Le groupe Edmond de Rothschild », sur Edmond-de-rothschild.com
  43. (en) Garely Elinor, « Baron Edmond de Rothschild wine: When the name is the story », sur Eturbonews.com,
  44. Marion Sepeau Ivaldi, « Le souffle nouveau des vins d’Edmond de Rothschild Heritage », sur Vitishpere.com,
  45. Rodolphe Wartel, « Ariane de Rothschild : "le syndrome du plafond de verre est une réalité" », sur Terredevins.com,
  46. Simon Petite, « La philanthropie, entre illusions et opportunités », sur Letemps.ch,
  47. Philippe Nessmann, « Là où est né le CNRS… », sur Lejournal.cnrs.fr,
  48. « Méthodologie & impact », sur Edmondderothschildfoundations.org
  49. « Nous voulons promouvoir une philanthropie autre qu’occidentale », sur Lemonde.fr,
  50. « Gitana, une saga de légende », sur Gitana-team.com
  51. « Héritier de deux noms », sur lesechos.fr 8 novembre 2002
  52. Sophie Bourhis, « Voir et revoir, la famille Rothschild et la voile, une histoire d'amour qui dure », sur Francetvinfo.fr,
  53. Chloé Torterat, « Maxi Edmond de Rothschild : un nouvel Ultime sur le plan d'eau », sur Bateaux.com,
  54. Jacques Guyader, « Ariane de Rothschild, la baronne, Cleon Peterson, le graffeur et les voiles guerrières », sur Ouest-france.fr,
  55. Maxime Le Lay, « Brest Atlantiques. Franck Cammas : « On n'a fait que 30 % du parcours avec le bateau à 100 % » », sur Ouest-france.fr,

Annexes

Articles connexes

Liens externes

  • Portail des entreprises
  • Portail de la finance
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.