Guerre américano-philippine

La guerre américano-philippine, également connue sous le nom d'insurrection des Philippines, est un conflit armé qui se déroula de 1899 à 1902 dans les Philippines entre les États-Unis et la Première République philippine à la suite de la guerre hispano-américaine.

Guerre américano-philippine
Soldats américains en mouvement près de Manille, 1899.
Informations générales
Date

(durée officielle)

1899 – 1913 (durée non officielle causée par la poursuite des combats avec les guérillas)
Lieu Philippines
Issue

Victoire des États-Unis

les Philippines deviennent un protectorat américain
Belligérants
États-Unis Première République philippine
puis des guérillas après 1902
Commandants
William McKinley
Theodore Roosevelt
Emilio Aguinaldo
Miguel Malvar (en)
commandants non officiels après 1902
Forces en présence
126 000 hommes[1]80 000 hommes
Pertes
4 196 tués[2]
3 000 blessés
entre 12 000 et 20 000 militaires[1],[3]
entre 200 000 et 1 500 000 civils[3]

Batailles

Guerre américano-philippine

  • Luçon :
  • Visayas :
  • Mindanao :
  • Makahambus Hill (en)
  • Cagayan de Misamis (en)
  • Agusan Hill (en)
  • Siranaya (en)
  • Rébellion des Moros (en)

Après avoir apporté son soutien à la révolution philippine contre l'Espagne, les États-Unis signèrent le traité de Paris avec l'ancienne puissance coloniale et lui achetèrent l'archipel des Philippines alors en pleine révolution pour son indépendance. Afin d'asseoir leur présence dans l'océan Pacifique, les États-Unis imposèrent leur protectorat aux Philippines au prix d'une guerre qui dura en réalité près de 14 ans. Cette guerre fut d'une rare violence, suscitant chez les intellectuels comme Mark Twain une critique virulente. Elle est le symbole de l'impérialisme américain grandissant, qui ambitionne déjà de s'étendre vers le Pacifique.

Ce conflit s'inscrit dans un tournant de l'histoire du peuple américain terminant la conquête de l'Ouest et voyant sa destinée manifeste se tourner vers l'expansion outre-mer et l'impérialisme sous les présidences de William McKinley et de Theodore Roosevelt, toujours inspirés par la doctrine Monroe. Les États-Unis se voient désormais comme une puissance civilisatrice, ce que Rudyard Kipling nomma en 1899 « le fardeau de l'homme blanc ».

Contexte historique

Révolution philippine

Les Philippines étaient une colonie espagnole depuis que l'explorateur portugais Fernand de Magellan avait revendiqué ces îles au nom de la couronne d'Espagne, en 1521. Les Philippines connurent plusieurs révoltes sous la domination espagnole, dont la dernière, la révolution philippine, fut d'abord soutenue par les États-Unis dans le contexte de la lutte contre la puissance coloniale espagnole déclinante.

Le , Andrés Bonifacio fonda la société secrète « Katipunan » pour organiser une lutte armée contre le joug colonial espagnol pour l'indépendance des Philippines. Le Katipunan eut bientôt de nombreux membres à travers les différentes provinces de l'archipel qui dirigèrent la révolution, qui commença en 1896[4].

Bien que charismatique, Bonifacio subit plusieurs défaites face aux Espagnols, dont la première grande bataille (en) à San Juan del Monte[5]. Contrairement à ses troupes, les combattants de la province de Cavite remportèrent tôt des victoires. Leur représentant le plus influent et le plus populaire était Emilio Aguinaldo, alors maire de Cavite El Viejo (l'actuelle Kawit), qui avait sous son contrôle la plupart de l'est de la province de Cavite. Aguinaldo et ses hommes finirent par prendre la tête de la révolte, le Katipunan étant remplacé par un gouvernement révolutionnaire, dont Aguinaldo fut élu président et Bonifacio fut exécuté pour trahison[6].

Les affrontements prirent fin en 1897. Des négociations pour conclure un armistice avaient été ouvertes en août 1897 entre Aguinaldo et le gouverneur général espagnol, Fernando Primo de Rivera. Le , un accord fut convenu et stipulait que le gouverneur s'engageait à payer en trois fois à Aguinaldo 800 000 dollars mexicains si celui-ci quittait les Philippines[7]. Aguinaldo s'exila alors à Hong Kong[7]. Avant son départ, il dénonça la révolution, exhorta les combattants philippins à déposer les armes et déclara illégales toutes poursuites des hostilités[8]. Cependant, certains révolutionnaires philippins continuèrent à se battre contre l'administration coloniale espagnole[9].

Aguinaldo écrivit rétrospectivement en 1899 qu'il avait rencontré les consuls américain E. Spencer Pratt (en) et Rounceville Wildman à Singapour entre le 22 et le et qu'ils l'avaient persuadé d'abandonner son soutien à la révolution, Pratt affirmant qu'il avait contacté par télégramme le commodore George Dewey et que celui-ci assurait à Aguinaldo que les États-Unis reconnaîtraient l'indépendance des Philippines avec la protection de la United States Navy et qu'il ajoutait qu'une preuve écrite de ce qu'il avançait n'était pas nécessaire : que la parole d'un commodore de la Navy et celle d'un consul américain étaient aussi sûres que le plus solennel des serments, que cet engagement verbal serait confirmé par une lettre et que cela n'avait rien à voir avec les promesses des Espagnols et leur conception de l'honneur dans la parole donnée[10].

Guerre hispano-américaine

Les Philipines proclamèrent leur indépendance le , lorsque les troupes révolutionnaires commandées par Emilio Aguinaldo (qui sera premier président de la nouvelle république) se soulevèrent contre l'Espagne colonisatrice après sa défaite contre les États-Unis lors de la bataille de la baie de Manille, le , pendant la guerre hispano-américaine.

Cette déclaration ne fut cependant reconnue ni par les États-Unis ni par l'Espagne, et les deux pays signèrent le traité de Paris le . Les Espagnols cédèrent alors les Philippines aux États-Unis contre 20 millions de dollars[11].

Conflit

Aguinaldo se sentit trahi par ceux qui l'avait aidé pendant la guerre contre l'Espagne, et la tension monta entre les gouvernements philippin et américain, le premier souhaitant son indépendance et le second affirmant ses velléités impérialistes. Le , le président Pedro Paterno de l'Assemblée constituante des Philippines, le congrès de Malolos (en), fit publier un discours qui déclarait officiellement la guerre aux États-Unis[12].

Soldats philippins près de Manille, 1899.

En , 34 soldats américains sont abattus dans une action de la résistance nationaliste sur l'île de Samar, près de Balangiga. La population de la ville sera massacrée un mois plus tard dans une opération de représailles de la US Army[13].

Durant la guerre, la technique du water cure, consistant à maintenir au sol un prisonnier et à lui faire absorber de l'eau en abondance, fut massivement utilisée pour faire parler les prisonniers philippins[14].

Conséquences

La guerre voit la dissolution de la Première République des Philippines en 1901 après sa prise par les États-Unis. Le pays redeviendra indépendant en 1946, dans le contexte de la décolonisation à la suite de la Seconde Guerre mondiale, qui frappa de plein fouet les Philippines (voir bataille des Philippines et campagne des Philippines).

Notes et références

  1. (en) Historian Paul Kramer revisits the Philippine-American War (consulté le 3 juin 2008)
  2. (en) John W. Chambers II (trad. de l'anglais), The Oxford Companion to American Military History, Oxford, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-507198-6, LCCN 99021181), p. 849
  3. (en) Guillermo, Emil, « A first taste of empire », Milwaukee Journal Sentinel, 8 février, 2004, p. 03J(en) (author inconnu), « Kipling, the 'White Man's Burden,' and U.S. Imperialism », Monthly Review, vol. 55, premier november , 2003, p. 1
  4. (en) History of the Filipino People, Teodoro Agoncillo (1990), huitième édition, R.P. Garcia Publishing Company, p. 149-166.
  5. (en) History of the Filipino People, Teodoro Agoncillo (1990), huitième édition, R.P. Garcia Publishing Company, p. 173.
  6. (en) History of the Filipino People, Teodoro Agoncillo (1990), huitième édition, R.P. Garcia Publishing Company, p. 180-181.
  7. Aguinaldo, Emilio (1899), Chapter II. The Treaty of Biak-na-bató, True Version of the Philippine Revolution (consulté le 4 juin 2008).
  8. (en) Constantino, Renato (1975), The Philippines: A Past Revisited.
  9. (en) Miller, Stuart Creighton (1982), Benevolent Assimilation: The American Conquest of the Philippines, 1899–1903, Yale University Press, p. 34.
  10. Aguinaldo, Emilio (1899), Chapter III. Negotiations, True Version of the Philippine Revolution, Authorama: Public Domain Books (consulté le 4 juin 2008).
  11. Histoire des États-Unis, Denise Artaud et André Kaspi, éd. Armand Colin, collection U, 1971, p. 140.
  12. (en) Pedro Paterno's Proclamtion of War (consulté le 3 juin 2008).
  13. « Philippines : Duterte demande aux USA la restitution de trois cloches d'église », AFP, (lire en ligne)
  14. « The Water Cure », sur The New Yorker,

Articles connexes

  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail des Philippines
  • Portail des forces armées des États-Unis
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.