Guy Berthiaume

Guy Berthiaume est un historien canadien de l'Antiquité classique[1].

Biographie

Né en 1950 à Montréal[2], Guy Berthiaume est bibliothécaire et archiviste du Canada émérite. Il a occupé les fonctions de bibliothécaire et archiviste du Canada du au . Avant son arrivée à Bibliothèque et Archives Canada, monsieur Berthiaume avait été président-directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec de 2009 à 2014, après avoir fait carrière dans le monde universitaire pendant plus de 30 ans.  

M. Berthiaume a complété un doctorat de troisième cycle en histoire grecque à l'Université Paris VIII[3], après avoir obtenu une maîtrise de l'Université Laval (1973) et un baccalauréat de l'UQAM (1972). Sa thèse de doctorat, rédigée sous la direction de Marcel Detienne, est publiée en 1982 sous le titre Les rôles du mágeiros. Étude sur la boucherie, la cuisine et le sacrifice dans la Grèce ancienne (Leiden et Montréal)[4].

Il débute sa vie professionnelle en se consacrant pendant vingt ans à l’administration de la recherche et au développement universitaire[1]. Après cinq ans de service à l'Université de Montréal, il se joint au Fonds FCAC (appelé à devenir Fonds FCAR), un organisme à but non lucratif créé par le gouvernement du Québec en 1981. Il met sur pied le Service des bourses, puis dirige le Service du soutien à la recherche et à la diffusion. En 1984, il joint les rangs de l'Université du Québec à Montréal (UQAM) à titre de directeur adjoint du Service de la recherche et de la création, un poste qu'il quitte en 1987 pour devenir l'adjoint de la vice-rectrice à l'enseignement et à la recherche. Il œuvre à l'UQAM, de 1984 à 1999, comme professeur au Département d'histoire et comme administrateur[5]. Pendant cette période, Guy Berthiaume est membre du Comité exécutif de l'Association canadienne d'administrateurs de recherche, une association dont il devient président en 1989-1990.

Dans les années 90, Guy Berthiaume assume la fonction de vice-président directeur général de la Fondation de l'UQAM[6], l'organisme responsable de la collecte de fonds au bénéfice de l'UQAM. Au cours des sept années suivantes, sous sa direction, la Fondation recueille plus de 31 millions de dollars.

En 1996, il obtient un poste de professeur au Département d'histoire de l'UQAM et, au cours des deux années qui suivent, il se consacre à l'Antiquité classique. Il dirige pendant un an le Bureau de développement des partenariats (1999), avant de devenir, de 2000 à 2001, directeur de la Maison des étudiants canadiens de la Cité internationale universitaire de Paris[7]. Au cours des deux années suivantes, il organise les fêtes du 75e anniversaire de la Maison des étudiants () et il publie les actes du colloque du (La Cité internationale universitaire de Paris. 75 ans d'évolutions, Paris, 2002).

En 2002, Guy Berthiaume est recruté par l'Université de Montréal à titre de vice-recteur[8]. En , il est nommé vice-recteur au développement et aux affaires publiques, un mandat qui sera renouvelé par le nouveau recteur, en , avec le titre de vice-recteur - Développement et relations avec les diplômés.

Il est nommé au poste de vice-recteur à la recherche et à la création à l'Université du Québec à Montréal en 2008[9]. À ce titre, il est responsable du développement des activités scientifiques et artistiques de l'UQAM, ainsi que de ses relations internationales.

Le , il devient président-directeur général de Bibliothèque et Archives nationales du Québec[10]. Cette institution regroupe une grande bibliothèque publique – la Grande Bibliothèque –, un Centre de conservation et dix centres d'archives – Gaspé, Gatineau, Montréal, Québec, Rimouski, Rouyn-Noranda, Saguenay, Sept-Îles, Sherbrooke et Trois-Rivières. Il occupe ce poste jusqu'en 2014; en août de la même année, Christiane Barbe lui succède à la tête de BAnQ[11].

Le , il a été élu secrétaire général du Réseau francophone numérique (RFN), un organisme qui regroupe 22 bibliothèques patrimoniales de pays membres de l'Organisation internationale de la Francophonie (voir : www.rfnum.org). En , il s’est vu confier un second mandat de deux ans qui s'est terminé en . De à , il siègea au Comité exécutif du RFN, à titre de représentant de Bibliothèque et Archives Canada.

Le , Guy Berthiaume devient bibliothécaire et archiviste du Canada à Bibliothèque et Archives Canada[12], un poste qu'il occupera jusqu'au . Madame Leslie Weir hérite du poste au moment de sa retraite[13].

Il a reçu le prix Dan Chase de l'Association canadienne d'administrateurs de recherche en 2000 et la médaille du Centre Jacques Cartier en 2007. En , il a reçu le Prix Reconnaissance de l'Université du Québec à Montréal.

Depuis 2005, il est Chevalier de l’Ordre des Palmes académiques de la République française. Au sein de la Fondation Pierre-Elliot Trudeau, il agit comme mentor en 2010 et 2011. L’Université Jean Monnet à Saint-Étienne lui confère le grade de docteur honoris causa en . Il reçoit en décembre de la même année la Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II[14].

En , il est élu président du Comité directeur de la Section des bibliothèques nationales de l'IFLA pour un mandat de quatre années (2015-2019) et en septembre de la même année, il est nommé membre de la Commission d'évaluation du Conseil international des archives (ICA). Le , il est choisi comme représentant de NAANICA (North American Archival Network) au Comité exécutif de l'ICA (2018-2020).

En , il est nommé au grade d'Officier dans l'Ordre des Arts et des Lettres de la République française. Un mois plus tard, il est choisi comme lauréat du Prix 2017 de l'Association des bibliothèques de recherche du Canada pour services éminents aux bibliothèques de recherche[12]. En , l'Association des bibliothèques de l'Ontario lui remet le Prix de la Présidente pour contribution exceptionnelle et, le , il est reconnu à titre de "Grand nom du Collège Sainte-Marie" par l'Association des anciens élèves de ce collège montréalais.

À titre de bibliothécaire et archiviste du Canada, il est membre ex officio de la Commission des lieux et monuments historiques du Canada. Le , il est nommé au Conseil d'administration du Council on Library and Information Resources (CLIR)[15], et le , il est nommé membre du Comité scientifique de la revue mexicaine Bibliographica. Le , il est élu trésorier de CLIR pour un mandat de deux ans[16].

En 2018, l'Université d'Ottawa lui décerne un doctorat honoris causa[17].

Le , il est nommé conseiller scientifique par le Fonds de recherche Société et culture du Québec et le 1er novembre de la même année, la Bibliothèque nationale de Singapour le nomme Senior Fellow for the Centre for Professional Development pour un mandat de deux ans. Le , il est nommé Bibliothécaire et archiviste du Canada émérite.

Le fonds d’archives de Guy Berthiaume (P955)[18] est conservé au centre BAnQ Vieux-Montréal de Bibliothèque et Archives nationales du Québec.

Références

  1. « Guy Berthiaume prend sa retraite », sur Les matins d'ici | ICI Radio-Canada.ca Première (consulté le 11 novembre 2019)
  2. « Guy Berthiaume succède à Lise Bissonnette à la Grande Bibliothèque », sur Le Devoir (consulté le 16 novembre 2019)
  3. Daniel Lemay, « Guy Berthiaume dirigera la Bibliothèque du Canada », sur La Presse, (consulté le 11 novembre 2019)
  4. « Description fonds - Bibliothèque et Archives nationales du Québec », sur pistard.banq.qc.ca (consulté le 11 novembre 2019)
  5. « Guy Berthiaume à la tête de la Grande Bibliothèque », sur La Presse, (consulté le 11 novembre 2019)
  6. « Guy Berthiaume est élu président du Conseil institutionnel des diplômés | UQAM », sur Actualités UQAM (consulté le 11 novembre 2019)
  7. « Nomination de Guy Berthiaume à la présidence et à la direction générale de Bibliothèque et Archives nationales du Québec | Actualités », sur international.gouv.qc.ca (consulté le 11 novembre 2019)
  8. « Guy Berthiaume succède à Lise Bissonnette à la Grande Bibliothèque », sur Le Devoir (consulté le 13 novembre 2019)
  9. « Guy Berthiaume à la tête de la Grande Bibliothèque », sur La Presse, (consulté le 13 novembre 2019)
  10. Catherine Lalonde, « Faire éclater les murs de la bibliothèque », sur Le Devoir (consulté le 14 novembre 2019)
  11. « Christiane Barbe quitte BAnQ », sur Le Devoir (consulté le 14 novembre 2019)
  12. « Guy Berthiaume prend sa retraite », sur Les matins d'ici | ICI Radio-Canada.ca Première (consulté le 14 novembre 2019)
  13. Jean-François Nadeau, « Des archives et des bibliothèques comme contrepoison aux fausses nouvelles », sur Le Devoir (consulté le 14 novembre 2019)
  14. « Guy Berthiaume, lauréat du Prix de l’ABRC pour services éminents aux bibliothèques de recherche 2017 », sur Association des bibliothèques de recherche du Canada, (consulté le 16 novembre 2019)
  15. « CLIR Board Elects Six New Members », sur www.clir.org,
  16. (en-US) « CLIR Issues 126 • CLIR », sur CLIR, (consulté le 17 décembre 2018)
  17. « Cindy Blackstock et Stanley Vollant reçoivent un doctorat honorifique de l'Université d'Ottawa », sur Radio-Canada.ca (consulté le 16 novembre 2019)
  18. « Fonds Guy Berthiaume (P955) - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (BAnQ). », sur Pistard - Bibliothèque et Archives nationales du Québec (consulté le 19 janvier 2017)

Voir aussi

  • Portail de Montréal
  • Sciences de l’information et bibliothèques
  • Portail du Québec
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.