Hôpital militaire Reine Astrid

L’hôpital militaire Reine Astrid (en néerlandais Militair Hospitaal Koningin Astrid) est un hôpital militaire belge de la composante médicale de l'armée belge, situé sur la base militaire Reine Astrid, à Neder-Over-Heembeek, dans la Région de Bruxelles-Capitale.

Hôpital militaire Reine Astrid (fr)
Militair Hospitaal Koningin Astrid (nl)
Présentation
Coordonnées 50° 54′ 24″ nord, 4° 23′ 27″ est
Pays Belgique
Ville Neder-Over-Heembeek
Adresse rue Bruyn, no 1
Fondation 1980
Site web http://www.hopitalmilitaire.be/index.php?lang=fr
Organisation
Type hôpital militaire
Affiliation École royale militaire,
Université libre de Bruxelles,
Belgian Association for Burn Injuries (BABI)
Services
Service d’urgences oui
Spécialité(s) brûlures,
médecine de catastrophe
Géolocalisation sur la carte : Belgique

C'est le centre hospitalier principal de l'Armée belge, son directeur est le Médecin Colonel BEM Wouter WEUTS.

Il est spécialisé dans le traitement des brûlures des 3e et 4e degré et en médecine de catastrophe. Il n'est normalement accessible qu'uniquement au personnel militaire, mais il n'est pas rare qu'il accueille des traumatisés civils victimes d'une catastrophe ou de brûlures graves.

Historique

L’hôpital est inauguré en 1980 en remplacement du vétuste hôpital militaire d'Ixelles[1].

Le Centre des grands brûlés est, quant à lui, créé en 1981. En 2009, après deux ans de travaux, ce centre est agrandi. Sa capacité est portée à 26 chambres individuelles et le sas d'admission peut accueillir jusqu'à 7 brûlés en même temps[2].

En 1987, avec cinq autres hôpitaux, la base militaire Reine Astrid est incorporée dans la structure nouvellement créée : Belgian Association for Burn Injuries[3].

En , le Centre antipoisons belge déménage d'Ixelles pour s'installer dans les locaux de l’hôpital[4].

En 2006, un partenariat est conclu avec le CHU Brugmann permettant ainsi de mieux s'intégrer dans les structures publiques des soins de santé belges et de pallier la pénurie de personnel militaire consécutive à la suppression de la conscription[5]. Le quatrième étage de l'hôpital militaire constitue donc le site Reine Astrid du CHU Brugmann et comporte quatre unités de soins spécialisées dans le domaine de la réadaptation. Historiquement, ces quatre unités sont composées d'une part d'unités de l'ancien site René Magritte[6], qui était situé à Jette et qui est aujourd'hui fermé, et d'autre part du centre de réadaptation Heysel-Brugmann.

Musée belge de radiologie

Depuis 1990, un musée, avec pour thème la radiologie, est ouvert dans les couloirs du service de radiologie. Accessible gratuitement à tous, son créateur et conservateur est le docteur René Van Tiggelen[7].

Accueil de civils

Lors de l'Épidémie de maladie à coronavirus de 2019-2020, deux personnes de retour de Chine le 9 février 2020 sont placées en quarantaine pour deux semaines à l'hôpital militaire[8].

Accès

En transport en commun, le site de l’hôpital est accessible via trois lignes d'autobus de la STIB :

  • arrêt « Hôpital militaire »

Notes et références

  1. « L’hôpital militaire », Historique des casernes, sur http://www.polfed-fedpol.be, (consulté le 11 juin 2013) : « 3e § »
  2. Charlotte Mahieu (photogr. Frédéric Pauwels), « Le centre des brûlés de l'hôpital militaire s'agrandit », Le Vif/L'Express, Roulers, Roularta Media Group, série Le Vif Info, Science, (lire en ligne [[html]])
  3. « Centres de brûlés », sur www.brulures.be (consulté le 11 juin 2013)
  4. « Le Centre Antipoisons : bref historique », Qui sommes nous ?, sur http://www.poisoncentre.be (consulté le 11 juin 2013)
  5. « Partenariat hôpital militaire - CHU Brugmann », Actualité, revue de presse, sur http://www.chu-brugmann.be (consulté le 24 juin 2013)
  6. « Inauguration du site René Magritte - CHU Brugmann », sur http://www.chu-brugmann.be (consulté le 2 avril 2015)
  7. « Musée belge de Radiologie », Page d'accueil, sur www.radiology-museum.be, (consulté le 12 juin 2013)
  8. « Fin de la quarantaine pour deux personnes à l’hôpital militaire de Neder-Over-Heembeek », News, sur Coronavirus COVID-19, (consulté le 25 février 2020).

Voir aussi

Bibliographie

  • Hermann Vogel (René Van Tiggelen), Violence et radiologie, Bruxelles, Musée belge de radiologie, , 71 p. (OCLC 800573852) (KBR code BRO 2010 4.154) — Ouvrage édité pour l'exposition éponyme organisée dans l’hôpital militaire du 11 au 30 septembre 2010.
  • Félix Putzeys et Émile Putzeys, Description de l'Hôpital militaire de Bruxelles, Liège, Nierstrasz, , 126 p. (OCLC 14777992) — Ouvrage sur l’hôpital militaire d'Ixelles.

Liens internes

Liens externes

  • « BABI », Accueil, sur www.brulures.be (consulté le 11 juin 2013)
  • Portail de la médecine
  • Portail de l’histoire militaire
  • Portail de la Belgique
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.