Hôtel Lelasseur

L'hôtel Lelasseur, également appelé hôtel Lelasseur-Lorgeril, est un hôtel particulier de style néo-classique, bâti vers 1775 et modifié vers 1890, situé place de l'Oratoire, à l'angle de la rue Henri-IV et de la rue Georges-Clemenceau, dans le quartier Malakoff - Saint-Donatien (à la limite du centre-ville) de Nantes, en France. L'immeuble a été classé au titre des monuments historiques en 1952.

Hôtel Lelasseur
Façade de l'hôtel Lelasseur
Présentation
Type
Destination actuelle
Résidence privée
Style
Architecte
Construction
vers 1775
vers 1890
Statut patrimonial
Localisation
Pays
Région
Département
Région historique
Commune
Adresse
Coordonnées
47° 13′ 08″ N, 1° 32′ 54″ O
Localisation sur la carte de France
Localisation sur la carte de Nantes

Histoire

Vers 1775, Jean-Baptiste Ceineray, dans le cadre de l'aménagement des cours Saint-Pierre et Saint-André, construit l'hôtel Lelasseur, sur le modèle de l'hôtel d'Aux, bâti en 1772[1].

En 1802, Jérôme Bonaparte réside dans cet immeuble, où « fut donnée une brillante réception. »[2].

Vers 1890, la « rue du Lycée », actuelle rue Georges-Clemenceau, est alignée et élargie[3]. L'hôtel Lelasseur est alors réduit dans sa longueur, perdant une tranche de sa partie sud. Il subit alors une profonde transformation. En effet, sans autre intervention qu'une amputation, l'édifice aurait été enlaidi en perdant sa symétrie, base de l’œuvre de Ceineray. L'architecte François Bougoüin choisit une solution radicale : l'entrée est déplacée sur la façade opposée, à l'est, tandis que l'avant-corps et le fronton sont démontés et reconstruits plus au nord de la façade ouest, afin de maintenir la symétrie centrale. Au centre du fronton, un balcon remplace l'ancienne porte d'entrée[2]. À l'arrière du bâtiment, la symétrie n'est pas respectée (un plan cadastral de 1835 indique les proportions initiales de l'édifice, qui a perdu environ un sixième de sa longueur[4], un plan de 1889 indique la portion de rue soumise à alignement[5]).

Le 28 mars 1952, les façades et toitures sont classées au titre des monuments historiques[6].

Architecture

Depuis les années 1890, l'hôtel Lelasseur, composé d'un rez-de-chaussée et de deux étages, présente une façade (à l'est) de sept travées. L'avant-corps en compte trois ; il est encadré par des pilastres à chapiteaux composites. Les deux ailes, de deux travées chacune, sont également séparées par des pilastres. Le toit, mansardé, est couvert d'ardoise[2].

Le décor de l'immeuble est sobre. Les linteaux des fenêtres sont ornés de cartouches sur les deux étages supérieurs. L'avant-corps central est surmonté d'un fronton triangulaire, où un œil-de-bœuf est encadré par des cornes d'abondance[2].

Notes et références

  1. Lelièvre 1988, p. 244.
  2. de Berranger 1975, p. 103.
  3. Flohic 1999, p. 708.
  4. « Plan cadastral parcellaire de la commune de Nantes, 1835, section N de Richebourg, feuille 2e, parcelles no 147 au 378 », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 21 décembre 2012). L'hôtel Lelasseur occupe la parcelle 225, la « rue du Lycée » (rue Georges-Clemenceau) figure sous le nom de « rue du Collège Royal ».
  5. « Plan de Nantes, 1889, dressé par Jouanne », sur catalogue.archives.nantes.fr, archives municipales de Nantes (consulté le 23 mars 2013).
  6. « Classement de l'hôtel Lelasseur », notice no PA00108665, base Mérimée, ministère français de la Culture. Consulté le 6 octobre 2012.

Voir aussi

Bibliographie

  • Jean-Luc Flohic (dir.), Le Patrimoine des communes de la Loire-Atlantique, t. 2, Charenton-le-Pont, Flohic éditions, coll. « Le patrimoine des communes de France », , 1383 p. (ISBN 2-84234-040-X).
  • Pierre Lelièvre, Nantes au XVIIIe siècle : urbanisme et architecture, Paris, Éditions Picard, coll. « Architectures », , 295 p. (ISBN 2-7084-0351-6).

Articles connexes

  • Portail de Nantes
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
  • Portail des monuments historiques français
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.