HMS Exeter (D89)

Le HMS Exeter est un destroyer britannique de Type 42 (Batch 2) et le cinquième navire de la Royal Navy à être nommé d'après la ville d'Exeter dans le comté du Devon.

Pour les autres navires du même nom, voir HMS Exeter.
Pour les articles homonymes, voir D89.

HMS Exeter
Type Destroyer
Classe Type 42
Histoire
A servi dans  Royal Navy
Constructeur Swan Hunter, Tyne and Wear, Royaume-Uni
Quille posée
Lancement
Commission
Statut retiré du service le 27 mai 2009[1], ferraillé
Caractéristiques techniques
Longueur 125 m
Maître-bau 14,3 m
Déplacement 4 820 tonnes
Vitesse 28,7 nœuds (53,2 km/h)
Caractéristiques militaires
Blindage 287 officiers et membres d'équipage
Armement Missiles Sea Dart (retirés en novembre 2007)
Canon naval Mark 8 de 4,5 pouces
Carrière
Port d'attache Portsmouth
Indicatif D89

Historique

Construit par la compagnie Swan Hunter, il est commissionné le [2]. Déployé dans les Caraïbes après la perte du Sheffield[2] , le navire participe à la guerre des Malouines durant laquelle il abat 3 avions argentins (deux A-4 Skyhawk le et un Learjet 35 le ) à l'aide de ses missiles Sea Dart. Il aurait également intercepté un missile Exocet le mais les sources d'époque affirment que celui-ci a été neutralisé par un obus de 4,5 pouces tiré par une frégate de type 21[2],[3]. Il a également servi lors de l'opération Granby (participation britannique à la guerre du Golfe de 1991, sous le commandement de Nigel Essenhigh[réf. souhaitée], durant laquelle il avait pour rôle entre autres la défense aérienne des cuirassés américains bombardant les positions ennemies[2]. Il a assisté à la commémoration du 25e anniversaire de la guerre des Malouines à Newquay, Cornwall en 2007, en tant que dernier navire de la Royal Navy ayant participé à cette guerre à être encore en service actif[4].

Le , l’Exeter est placé dans un état de « préparation étendue » à son port d'attache de Portsmouth, jusqu'à ce qu'il soit retiré du service le . Début 2010, il était utilisé comme une carcasse de formation pour aider à la formation des nouveaux remorqueurs de la base navale. Il est mis en vente aux enchères le [5] et enfin remorqué pour être ferraillé en Turquie le provoquant des critiques d'anciens membres de l'équipage, mécontents du fait que le ministère de la Défense ne les avait pas apparemment informés du sort du navire[6].

Armement

  • 1 système de missiles anti-aériens de 2 Sea Dart GWS30 (22 Sea Dart)
  • 1 canon de marine de 4,5 pouces Mark 8 (en)
  • 2 canons anti-aériens 20/70 Oerlikon Mk 7A
  • 2 x 3 tubes lance-torpilles de 324mm STWS 2 TT
  • 1 hélicoptère Westland Lynx embarqué doté de quatre missiles anti-navires et deux torpilles anti-sous-marins.

Modernisation en 1982 : 2 x 2 canons anti-aériens 30/75 GCM-A03 Oerlikon et 2 canons 20/90 GAM-B01 Oerlikon

Modernisation 1987-1989 : suppression des 2 canons 30/75, ajout de 2 x 6 20/76 Mk 15 Phalanx et de 2 DEC laser dazzlers.

Liste des officiers commandants

DeàCapitaine
19801984Commandant Christopher Clay RN
19891991Capitaine Nigel Essenhigh RN
20002002Commandant Chris Richards RN

Notes et références

  1. (en) HMS Exeter: last Falklands ship retires from service, The Telegraph, 27 mai 2009
  2. « Flash Traffic: Falklands Veteran Goes for Scrap », The Navy, Navy League of Australia, vol. 74, no 1, , p. 19 (ISSN 1322-6231)
  3. « Argentine Aircraft Lost », Falklands War 1982, NavalHistory.net (consulté le 10 janvier 2012)
  4. p://www.bbc.co.uk
  5. « Carrier HMS Ark Royal put up for auction on MoD website », BBC News, (lire en ligne, consulté le 31 mars 2011)
  6. « HMS Exeter’s quiet exit angers Falklands vets », The News, (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2011)

Annexes

  • Portail de la Royal Navy
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.