Hans Christiansen

Hans Christiansen, né le à Flensburg et mort le à Wiesbaden, et un artiste peintre et maître artisan allemand, proche du Jugendstil.

Pour les articles homonymes, voir Christiansen.
Hans Christiansen
Portrait de Hans Christiansen peint par Hans Peter Feddersen (1848-1941) en 1902.
Naissance
Décès
(à 78 ans)
Wiesbaden
Nationalité
Activités

Biographie

L'Heure du berger, reproduit dans L'Estampe moderne (1897).

Hans Christiansen entre en 1888 à l'école des arts appliqués de Munich, et, après un voyage en Italie, se spécialise dans la peinture de décoration à Hambourg. En 1895, il part pour Anvers puis pour Paris, où il fréquente l'Académie Julian. L'un de ses dessins est reproduit dans L'Estampe moderne. Il collabore à la revue manifeste Jugend dès 1896.

Il produit quelques illustrations pour des cartes à collectionner à partir de 1898 destinées à une marque de chocolat basée à Cologne, dirigée par Ludwig Stollwerck[1].

En 1899, il rejoint une colonie d'artistes à Darmstadt, et se lie à Joseph Maria Olbrich et Peter Behrens ; il conçoit de nombreux objets décoratifs de style Art nouveau.

En 1902, il est à Paris puis, à partir de 1911, il est nommé à l'école d'art de Wiesbaden en tant que maître de conférence.

Mariée à une femme de confession juive, il est interdit de production et d'exposition à partir de 1933 au moment du nazisme.

Durant la Seconde Guerre mondiale, son atelier et une grande partie de ses archives, sont détruits.

En juin-, une grande exposition sur son travail est présentée à la Villa Stuck de Munich.

Voir aussi

Notes et références

  1. G. Fanelli et E. Godoli, Art Nouveau Postcards, New York, Rizzoli, 1987, page 331.

Bibliographie

  • (de) Ralf Beil, Dorothee Bieske, Michael Fuhr (s./ dir.), Hans Christiansen - Die Retrospektive (catalogue d'exposition), Ostfildern, Hatje Cantz Verlag, 2014, (ISBN 978-3-7757-3896-5).

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail du design
  • Portail de l’Art nouveau
  • Portail de l’Allemagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.