Heinrich George

Heinrich George, né Georg August Friedrich Hermann Schulz le à Stettin (province de Poméranie) en Allemagne, aujourd'hui Szczecin en Pologne et mort le à Sachsenhausen, est un acteur allemand.

Heinrich George
Heinrich George dans sa maison de Wannsee, avec son dogue Fellow, en 1930
Biographie
Naissance
Décès
(à 52 ans)
Camp de prisonniers N°7 de Sachsenhausen (en)
Sépulture
Friedhof Zehlendorf (d)
Nationalité
Activités
Conjointe
Enfant
Autres informations
Lieu de détention
Camp de prisonniers N°7 de Sachsenhausen (en)
Tombe de Heinrich George au cimetière de Zehlendorf à Berlin

Biographie

Fils d'un officier marinier, Georg Schulz, quitte son lycée technique avant la fin de ses études et prend des cours de théâtre à Stettin. Il est engagé à l'été 1912 dans son premier petit rôle dans une opérette de Jean Gilbert Die keusche Susanne jouée dans la ville voisine de Kolberg et prend le pseudonyme d'Heinrich George. Il est engagé pour quelques saisons à Bromberg et à Neustrelitz. Il s'enrôle volontairement sur le front et est grièvement blessé en 1915. Il monte à nouveau sur scène en 1917-1918 à l'Albert-Theater de Dresde et au Schauspielhaus de Francfort-sur-le-Main (1918-1921). À Partir de 1921, il travaille au Deustches Theater de Berlin et, d'années en années, devient l'un des acteurs de théâtre les plus renommés de la république de Weimar. Il s'inscrit au parti communiste d'Allemagne.

Il joue sous la direction d'Erwin Piscator et de Bertolt Brecht. Il fonde en 1923 le Schauspielertheater avec Elisabeth Bergner et Alexander Granach. Sa popularité augmente encore en jouant pour le cinéma au milieu des années 1920 et apparaît sur la scène de la Volksbühne de Berlin. Il se marie en 1933 avec l'actrice Berta Drews, dont il a deux fils : Jan George et Götz George qui est devenu un acteur réputé.

À la prise de pouvoir du parti national-socialiste en 1933, Heinrich George, en tant qu'acteur communiste, est progressivement écarté des scènes et des rôles prestigieux, mais il trouve la parade en s'arrangeant finalement avec le nouveau régime. En 1937, il devient intendant, c'est-à-dire directeur, du théâtre Schiller de Berlin. Il joue aussi au cinéma, dans plusieurs films produits par la UFA, dont Le Juif Süss ou Kolberg. À la libération de Berlin par les troupes soviétiques en 1945, il est dénoncé en tant que collaborateur de l'ancien régime hitlérien. Il est interrogé par le NKVD et enfermé à Hohenschönhausen, puis transféré au camp no 7 de Sachsenhausen, où il meurt de faim et non pas d'une opération d'appendicite, comme il a été faussement prétendu, le à l'âge de 52 ans[1]. Son corps, tiré d'une fosse commune, ne sera identifié, grâce à l'ADN de son fils, qu'en 1994. Il a été réhabilité par la Russie en 1998.

Filmographie partielle

Notes et références

  1. Robert Neimi, History in the Media: Film and Television, Éditions ABC-CLIO, 2006, page 6, (ISBN 978-1-57607-952-2)

Liens externes

  • Portail du cinéma allemand
  • Portail de la Seconde Guerre mondiale
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.