Henri Bard

Henri Bard (né le à Lyon[1] - mort le à Paris) est un joueur international français de football, mais également architecte.

Pour les articles homonymes, voir Bard.

Henri Bard

L'équipe de France victorieuse de la Belgique en 1914. Bard est le deuxième joueur accroupi, entre Lesur et Jourde.
Biographie
Nom Henri Louis Bard
Nationalité Français
Naissance
Lieu Lyon
Décès
Lieu Paris
Poste Milieu de terrain
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1907-1911 Servette FC
1911-1916 RC France
1916-1917 CASG Paris
1917-1918 FC Lyon
1918-1922 CA Paris
1922-1925 RC France
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1913-1923 France 018 0(6)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Henri Bard capitaine de l'équipe de France de football demi-finaliste des JO en août 1920.
Le jeune Henri Bard en 1913.
L'équipe de France demi-finaliste des JO de 1920.

Biographie

Surnommé « Bébé Cadum » en raison de son visage poupin, Henri Bard est non seulement un sportif mais également un architecte et se voit primé lors d'une exposition universelle.

Il est diplômé par le gouvernement français en 1920. Il est le beau-frère de Henry Jenkins, ingénieur attaché à la Banque de Paris et des Pays-Bas[2].

Il collabore notamment avec les architectes Julien Flegenheimer et F. Garella pour construire deux bâtiments d'archives pour la Banque de Paris et des Pays-Bas entre 1929 et 1930 à la rue Laugier à Paris[3].

Il construit également avec ses deux acolytes en 1933 le monumental Palais des Thermes dans le domaine royal d'Ostende en Belgique[4]. On lui doit aussi, en 1948, la construction du lotissement concerté pour l'Association syndicale de reconstruction de l'Ouest du Val-d'Athis à Athis-Mons[5].

Concernant sa carrière footballistique, Henri Bard affiche 18 sélections en équipe de France de football entre 1913 et 1923 pour 6 buts. Il est 5 fois capitaine. Lors de la victoire du CA Paris contre Le Havre AC (2-1) en Coupe de France de football 1919-1920, Henri Bard est capitaine du CAP et marque les deux buts décisifs.

Il meurt le en son domicile dans le 7e arrondissement de Paris[6]. Son corps est transporté au Cimetière du Père-Lachaise avant une inhumation définitive à Genève [7].

Carrière

Palmarès

Distinction

Références

  1. Archives municipales numérisées de l'état civil de Lyon, acte de naissance no 2/1892/1098, date et lieu du décès mentionnés en marge de l’acte (consulté le 25 janvier 2013)
  2. Dossier S.A.D.G. conservé à la Société française des architectes, Paris.
  3. « Bâtiments d'archives pour une banque », La Technique des travaux, , p. 687-694 ; Marie-Anne Chazelle, « Conserver les archives bancaires », Les Bâtiments d'archives, Livraisons d'histoire de l'architecture, no 10, , p. 29.
  4. Jean Plançon, « Julien Flegenheimer, un architecte au style épuré », .
  5. Service régional de l'inventaire d'Île-de-France. Notice no IA91000481, inventaire topographique, 2001.
  6. Archives de Paris 7e, acte de décès no 142, année 1951 (vue 15/31)
  7. Registre annuel d'inhumation de Paris Père Lachaise en 1951 (page 17/31)
  8. « Fiche de Henri Bard », sur footballdatabase.eu

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de la France
  • Portail de l’architecture et de l’urbanisme
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.