Henri Michel (football)

Henri Michel, né le à Aix-en-Provence et mort le [1] à Gardanne [2], est un footballeur international et entraîneur français.

Pour les articles homonymes, voir Henri Michel et Michel.

Henri Michel

Henri Michel en 1976.
Biographie
Nom Henri Louis Michel
Nationalité Français
Naissance
Lieu Aix-en-Provence (France)
Décès
Lieu Gardanne (France)
Taille 1,75 m (5 9)
Période pro. 19661982
Poste Milieu défensif puis entraîneur
Parcours senior1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1964-1966 AS Aix 040 0(3)
1966-1982 FC Nantes 638 (95)
Total 678 (98)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1967-1980 France058 0(4)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1982-1984 France olympique
1984-1988 France 16v 12n 8d
1990-1991 Paris Saint-Germain15v 12n 14d
1994 Cameroun1v 4n 3d
1995 Al-Nassr Riyad
1995-2000 Maroc30v 13n 9d
2000-2001 Émirats arabes unis3v 3n 2d
2001 Aris Salonique9v 2n 8d
2001-2002 Tunisie4v 3n 2d
2003-2004 Raja Casablanca
2004-2006 Côte d’Ivoire17v 7n 7d
2006 Al-Arabi Doha3v 1n 3d
2007 Zamalek SC18v 4n 2d
2007-2008 Maroc5v 1n 3d
2008-2009 Mamelodi Sundowns9v 4n 7d
2009 Zamalek SC2v 1n 4d
2010 Raja Casablanca3v 2n 2d
2010-2011 Guinée équatoriale4v 1n 3d
2012 Kenya3v 1n 4n
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Évoluant au poste de milieu de terrain, il réalise l’essentiel de sa carrière au FC Nantes avec qui il remporte trois titres de champion de France et une coupe de France. En équipe de France, il est sélectionné à 58 reprises entre 1967 et 1980.

À sa retraite sportive, il devient sélectionneur de l'équipe de France olympique avec qui il remporte les Jeux olympiques de 1984. Puis, à la suite de la retraite de Michel Hidalgo, il devient sélectionneur de l'équipe de France de 1984 à 1989. Il remporte la Coupe intercontinentale des nations en 1985 et amène la France jusqu'à la 3e place de la Coupe du monde de football de 1986.

Il devient ensuite notamment entraîneur du Paris Saint-Germain et de plusieurs clubs et sélections nationales africaines, dont l'équipe du Maroc.

Biographie

Joueur

Henri Michel en 1971.

Formé à Aix-en-Provence, Henri Michel rejoint le FC Nantes en 1966 tout juste auréolé du titre de champion de France. Très vite, il s'impose dans l'équipe au poste de milieu défensif et comme capitaine. Suivent seize années de carrière dans ce club, avec à la clef trois titres de champion de France, une Coupe de France et une demi-finale de Coupe des vainqueurs de coupe.

À la fin de sa carrière, il joue au poste de libéro aux côtés de Patrice Rio et Maxime Bossis, entre autres. Il reste une légende du FC Nantes, avec qui il dispute en tout 532 matches, record actuel à égalité avec Jean-Paul Bertrand-Demanes. Le , trois jours avant sa mort, il est élu « canari du XI de légende du FC Nantes », lors d'une consultation en ligne des supporters du club[3].

Il est 58 fois sélectionné en équipe de France, et il dispute la Coupe du monde 1978.

Consultant pour TF1 durant la coupe du monde 1982

Juste après avoir mis fin à sa carrière de joueur, Henri Michel est recruté comme consultant pour commenter certains matchs de la Coupe du monde 1982, avec Michel Denisot sur TF1.

Entraîneur et sélectionneur

De 1982 à 1984, Henri Michel entraîne l'équipe de France olympique qui remporte la médaille d'or lors des Jeux Olympiques de 1984 à Los Angeles, face au Brésil en finale.

Cette même année, il succède à Michel Hidalgo comme sélectionneur de l'équipe de France A, tout juste championne d'Europe. Il remportera avec cette équipe la Coupe intercontinentale des nations en 1985 et atteindra la demi-finale de la Coupe du monde 1986 au Mexique. Après cette compétition, la France ne se qualifiera pas pour le Championnat d'Europe de 1988 en Allemagne, et Henri Michel sera remplacé par Michel Platini. Ce remplacement fait suite à un match calamiteux contre Chypre (1-1) lors des éliminatoires du Mondial 1990 qui compromettait les chances de qualification pour ce dernier. L'activité en coulisse du président bordelais de l'époque, Claude Bez, « super intendant » de l'équipe de France, n'étant pas étrangère à cette destitution[réf. nécessaire].

Il est ensuite brièvement entraîneur du Paris-Saint-Germain puis sélectionneur du Cameroun pour la Coupe du monde 1994 aux États-Unis (élimination au 1er tour) avant de devenir pendant cinq ans sélectionneur de l'équipe nationale du Maroc qu'il qualifie pour la Coupe du monde 1998 en France (élimination au 1er tour), puis sélectionneur de l'équipe des Émirats arabes unis (2000-2001) qu'il qualifie pour le 2e tour éliminatoire. Il est ensuite brièvement entraîneur du club grec de l'Aris Salonique avant de devenir sélectionneur de l'équipe de Tunisie (2001-2002) après les éliminatoires de la Coupe du monde 2002 au Japon (élimination au 1er tour). Il deviendra ensuite entraîneur du Raja de Casablanca, un des plus grands clubs marocains, avec lequel il sera champion du Maroc en 2004 suite un parcours exceptionnel du club et remportera par la suite la Coupe de la CAF 2003 en réalisant une des saisons inoubliables par les supporters du Raja. Le , il est de nouveau sélectionneur d'une équipe africaine, l'équipe de Côte d'Ivoire, avec laquelle en 2006, il est finaliste de la Coupe d'Afrique des nations et qu'il qualifie pour la Coupe du monde 2006 (élimination au 1er tour). Il entraîne ensuite brièvement un club du Qatar, Al Arabi Doha, avant de devenir en 2007 entraîneur du club égyptien du Zamalek.

Il démissionne de ses fonctions dans le grand club égyptien en pour rejoindre la sélection nationale du Maroc. Il est licencié de son poste d’entraîneur le , à la suite de l'élimination surprise de son équipe lors de la Coupe d'Afrique des nations.

Il rejoint ensuite le Liban[4] avant de prendre en main les destinées du club sud-africain des Mamelodi Sundowns en [5]. Il démissionne en .

En , Henri Michel signe pour une saison renouvelable avec le Raja de Casablanca[6]. À la suite d'un très mauvais début de saison, élimination en Coupe du Trône, deux défaites et un nul en championnat, il est contraint de démissionner au bout de cinq journées[7].

Le , il devient sélectionneur de la Guinée Equatoriale après avoir signé un contrat de 13 mois le liant avec la sélection jusqu'à février 2012, soit après la CAN 2012 qui se déroulera au Gabon et en Guinée équatoriale[8]. « Mes ambitions, c'est de réussir l'organisation de la CAN, le challenge est de créer une équipe solide », a affirmé Henri Michel[9]. En , il démissionne de son poste de sélectionneur de la Guinée Equatoriale.

Fin , il est nommé sélectionneur du Kenya[10]. Il démissionne le à la suite de problèmes de contrat avec la fédération kényane[11].

Décès et obsèques

Hommage à Henri Michel (à Bollaert-Delelis).

Il meurt le à l’âge de 70 ans.

De nombreux hommages lui sont rendus, par ses anciens équipiers nantais dont Maxime Bossis, des anciens internationaux, parmi lesquels Marius Trésor, Alain Giresse, Jean Tigana, Bernard Lacombe et Michel Platini, et des entraineurs.

L'Association « A la nantaise » souhaite qu'une statue soit réalisée en son honneur, de même, le club marocain du Raja de Casablanca n'a pas oublié son ancien entraîneur emblématique puisqu'à l'occasion d'une rencontre au Championnat le , les joueurs de l'équipe font leur entrée au stade avec un t-shirt où apparaît l'image d'Henri Michel.

Des hommages lui sont rendus : à Nantes, au stade de la Beaujoire, le à l'occasion du match Nantes/Montpellier ; Noël Le Graët, président de la Fédération Française de Football, précise qu'une minute de silence sera respectée lors du match de préparation pour la coupe du monde France/Irlande.

Le roi Mohammed VI du Maroc indique « avoir appris avec une vive émotion le décès de feu Henri Michel » et adresse « à sa famille, et à travers elle, aux proches et amis du défunt, ses sincères condoléances et l’expression de sa profonde compassion ». Mohammed VI souligne également que « le Maroc perd en lui un ami fidèle qui a contribué au rayonnement du football national, en réussissant notamment à qualifier brillamment les Lions de l’Atlas aux phases finales de la Coupe du Monde de 1998″.

Emmanuel Macron rappelle que « La discrétion et l'humilité d'Henri Michel (...) auront fait presque oublier la carrière exceptionnelle qui fut la sienne. Malgré la dureté parfois du monde du football, il s'y était forgé de solides amitiés, de celles qui survivent aux avanies de l'histoire. La France perd un grand sportif et un homme d'une qualité morale exceptionnelle ».

Ses obsèques se déroulent le en la Cathédrale Saint-Sauveur d'Aix-en-Provence.

Statistiques du joueur

Statistiques de Henri Michel [12]
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s)Compétition(s)
continentale(s)
FranceTotal
Division MB MBCMBMBMB
1964-1965 AS Aix D2 8 0 1 0----- 90
1965-1966 AS Aix D2 26 3 5 0----- 313
Sous-total 34360----- 403
1966-1967 FC Nantes D1 15 2 2 0C131-- 203
1967-1968 FC Nantes D1 32 1 2 0---30 371
1968-1969 FC Nantes D1 34 3 2 2---41 406
1969-1970 FC Nantes D1 28 6 8 0---51 417
1970-1971 FC Nantes D1 38 4 4 0C24170 535
1971-1972 FC Nantes D1 30 4 1 0C34090 444
1972-1973 FC Nantes D1 38 9 9 2---51 5212
1973-1974 FC Nantes D1 36 6 7 0C12040 496
1974-1975 FC Nantes D1 37 8 1 0C34161 4810
1975-1976 FC Nantes D1 38 12 1 1---40 4313
1976-1977 FC Nantes D1 38 11 8 1---10 4712
1977-1978 FC Nantes D1 37 5 7 2C14060 547
1978-1979 FC Nantes D1 37 6 9 1C32030 517
1979-1980 FC Nantes D1 34 2 2 1C281-- 444
1980-1981 FC Nantes D1 37 1 5 0C14010 471
1981-1982 FC Nantes D1 24 1 - -C320-- 261
Sous-total 533816810-374584 69699
Total sur la carrière 567847410-374584 736102

Palmarès du joueur

En club

En Équipe de France

Carrière détaillée de l'entraîneur

Clubs / sélections nationales

Palmarès

Notes et références

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de la France
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.