Henri de Raincourt

Henri de Raincourt, né le à Saint-Valérien, est un homme politique français.

Pour les articles homonymes, voir Raincourt (homonymie).

Henri de Raincourt

Henri de Raincourt en 2012.
Fonctions
Sénateur de l'Yonne

(5 ans, 3 mois et 14 jours)
Réélection 28 septembre 2014
Prédécesseur André Villiers

(22 ans, 9 mois et 25 jours)
Élection 28 septembre 1986
Prédécesseur Paul Guillaumot
Successeur André Villiers
Président de la communauté de communes du Gâtinais en Bourgogne
En fonction depuis le
(11 ans, 11 mois et 14 jours)
Élection
Réélection
Conseiller régional de Bourgogne

(5 ans, 8 mois et 17 jours)
Élection 21 mars 2010
Président François Patriat
Ministre délégué à la Coopération

(1 an, 5 mois et 26 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon III
Prédécesseur Alain Joyandet (indirectement)
Successeur Pascal Canfin
Ministre délégué aux
Relations avec le Parlement

(1 an, 4 mois et 21 jours)
Président Nicolas Sarkozy
Gouvernement François Fillon II
Prédécesseur Roger Karoutchi
Successeur Patrick Ollier
Président du groupe UMP au Sénat

(1 an, 5 mois et 22 jours)
Prédécesseur Josselin de Rohan
Successeur Gérard Longuet
Président du conseil général de l'Yonne

(15 ans, 11 mois et 19 jours)
Prédécesseur Jean Chamant
Successeur Jean-Marie Rolland
Maire de Saint-Valérien

(23 ans, 11 mois et 26 jours)
Élection 20 mars 1977
Successeur Jean-Pierre Commun
Biographie
Nom de naissance Henri de Raincourt
Date de naissance
Lieu de naissance Saint-Valérien
Nationalité française
Parti politique UDF
DL
UMP
Les Républicains
Père Philippe de Raincourt
Diplômé de ESITPA
Profession exploitant agricole

Sénateur de l'Yonne de 1986 à 2009, ministre chargé des Relations avec le Parlement de 2009 à 2010, il est ministre chargé de la Coopération du au . Il retrouve ensuite son siège de sénateur de l'Yonne, le quittant en en appliquant de la loi de 2014 sur le non-cumul des mandats.

Biographie

Origines et formation

Armoiries de la famille de Raincourt: De gueules à la croix d'or cantonnée de dix-huit billettes du même ordonnées 5, 5, 4 et 4.

Exploitant agricole de profession, Henri de Raincourt est le fils de Philippe de Raincourt (1909-1959), sénateur de l'Yonne entre 1948 et 1959, mort dans un accident de voiture alors que son fils a dix ans. Les grand-père et arrière-grand-père d'Henri de Raincourt ont été conseillers généraux[1] tandis qu'il est le gendre de Jacques Piot, sénateur puis député de l'Yonne[2].

Originaire du pays de Jussey (Franche-Comté), la famille de Raincourt est d'ancienne extraction. Henri de Raincourt, en qualité de chef de famille, porte ainsi régulièrement « marquis de Raincourt »[3]. Il est également un descendant du marquis de Sade[4],[5].

Henri de Raincourt est diplômé de l'École supérieure d'ingénieurs et de techniciens pour l'agriculture (aujourd'hui Institut polytechnique UniLaSalle).

Carrière politique

À l'instar de son père, Henri de Raincourt s'engage en politique. Membre des Républicains indépendants (puis du Parti républicain et de Démocratie libérale), il est élu maire de Saint-Valérien en 1977. Il entre au conseil général de l'Yonne en 1982, dont il est le premier vice-président en 1988 puis le président de 1992 à 2008[6].

Il est élu le sénateur de l'Yonne, et réélu le , porté alors à la présidence du groupe RI au Sénat après avoir été secrétaire de la chambre de 1989 à 1995. Ayant intégré l'UMP en 2002, il devient vice-président délégué du groupe UMP au Sénat. Après sa réélection du , il envisage de se porter candidat à la présidence du Sénat face à Christian Poncelet, mais il y renonce. Il conserve la vice-présidence déléguée du groupe parlementaire jusqu'au , quand il en devient président[7].

Il est nommé ministre délégué aux relations avec le Parlement lors du remaniement gouvernemental du [8] en remplacement de Roger Karoutchi. Dans le même temps, il continue à bénéficier pendant vingt et un mois d'un virement mensuel de 4 000 euros depuis un compte HSBC du groupe UMP du Sénat, ce que le sénateur PS Jean-Pierre Sueur considère comme « contraire à la séparation des pouvoirs »[9]. La justice a ouvert une information judiciaire pour abus de confiance, blanchiment et détournement de fonds publics[10].

En , dans le cadre de la direction « partagée » entre Jean-François Copé et François Fillon, il devient vice-président de l’UMP avec cinq autres personnalités du parti, en plus du vice-président délégué Luc Chatel, en poste depuis novembre 2012.

Il soutient François Fillon pour la primaire présidentielle des Républicains de 2016[11].

Affaires judiciaires

Déclaration de patrimoine

Le , la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) annonce avoir saisi la justice du fait d’un « doute sérieux » concernant les déclarations de patrimoine du sénateur. « Au regard des différents éléments dont elle a connaissance », la HATVP estime qu’il existe « un doute sérieux quant à l’exhaustivité, l’exactitude et la sincérité de ses déclarations, du fait de l’omission d’une partie substantielle des revenus perçus par M. de Raincourt, à l’époque notamment de ses fonctions ministérielles », et transmet l'ensemble du dossier au procureur de la République de Paris[12].

Affaire de l'Union républicaine du Sénat

Dans le cadre de l'affaire de l'Union républicaine du Sénat, Henri de Raincourt a été mis en examen le pour « recel de détournements de fonds publics »[13]. Mediapart avait révélé en que Henri de Raincourt avait empoché 4 000 euros par mois de 2008 à 2011 « en plus de ses émoluments officiels », argent tiré d'« un compte confidentiel du groupe UMP situé chez HSBC »[14], avec René Garrec et Jean-Claude Carle, ex-trésorier du groupe UMP.

Détail des mandats et fonctions

Mandats en cours

Anciennes fonctions sénatoriales

Henri de Raincourt fut, en tant que sénateur de l'Yonne (de 1986 à 2009 puis de 2012 à 2017) :

Anciens mandats et fonction hors Sénat

mandats locaux 
fonctions ministérielles 
  • ministre auprès du Premier ministre, chargé des relations avec le Parlement (-) ;
  • ministre chargé de la Coopération, auprès du ministère des Affaires étrangères et européennes ( - ) ;
Autres fonctions 

Notes et références

  1. Olivier Pognon, « Henri de Raincourt, nouveau président des sénateurs UMP », Le Figaro, (lire en ligne).
  2. « Jacques Piot - Base de données des députés français depuis 1789 - Assemblée nationale », sur www2.assemblee-nationale.fr (consulté le 28 novembre 2019)
  3. Valette, Régis., Catalogue de la noblesse française au XXIe siècle et catalogue provincial sous Louis XVI et au XIXe siècle, R. Laffont, (ISBN 978-2-221-10875-8 et 2-221-10875-2, OCLC 137218731, lire en ligne)
  4. voir geneanet.org.. Précisions: Laure de Sade est la fille du marquis, Philippe de Raincourt est le père d'Henri.
  5. Un côté particule terreux, Le Canard Enchaîné, 8 juillet 2009
  6. http://www.trombinoscope.com/biographie-henri-de-raincourt-21577.html
  7. Patrick Roger, « Henri de Raincourt, un hobereau placide dans le chaudron parlementaire », Le Monde, (lire en ligne).
  8. « Remaniement: Hortefeux à l'Intérieur, Darcos au Travail », Agence France Presse, (consulté le 23 juin 2009)
  9. « L'ex-ministre Raincourt reconnaît avoir été payé depuis un compte HSBC de l'UMP », Mediapart, 10 février 2015.
  10. « Les aveux du marquis », Le Canard enchaîné, mercredi 18 février, p. 1.
  11. Ludovic Vigogne, « Primaire à droite: la liste des premiers soutiens parlementaires », lopinion.fr, 20 avril 2016.
  12. Les déclarations de patrimoine du sénateur Henri de Raincourt transmises à la justice, Le Monde, 11 juillet 2016
  13. Le Monde avec AFP, « Soupçons de détournements de fonds au Sénat : l’ex-ministre Henri de Raincourt mis en examen », Le Monde, (lire en ligne).
  14. Mathilde Mathieu « Raincourt mis en examen: l’histoire secrète d’un bonus à 4 000 € par mois », Mediapart, 18 décembre 2016.

Voir aussi

Articles connexes

Liens externes

  • Portail de la politique française
  • Portail du gaullisme
  • Portail de l’Yonne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.