Henry Raeburn

Sir Henry Raeburn, né le à Stockbridge, mort le à Édimbourg, est un portraitiste écossais.

Pour les articles homonymes, voir Raeburn.
Henry Raeburn
Henry Raeburn (auto-portrait).
Naissance
Décès
(à 67 ans)
Stockbridge (en)
Nationalités
Britannique, royaume de Grande-Bretagne (jusqu'au )
Activité
Formation
George Heriot's School (en)
Lieux de travail
Distinction
Œuvres principales

Formation

Né à Stockbridge, un ancien village dans la banlieue d'Édimbourg, Raeburn est le fils d'un manufacturier. Orphelin, il est placé sous la tutelle de son frère aîné et élevé à l'Heriot's Hospital, où il reçoit un enseignement.

À l'âge de quinze ans, il est placé en apprentissage chez l'orfèvre James Gilliland[1]. Pour la première fois, il a l'occasion de pratiquer une forme d'art. Il réalise des pièces de joaillerie, lesquelles existent toujours. Le graveur Alexander Deuchar lui apprend le dessin et l'encourage vivement à devenir un artiste plastique[1]. Bientôt, il se lance dans la fabrication de portraits miniatures qui rencontrent un vif succès, et il peut prolonger son travail vers la peinture à huile, qu'il apprend en autodidacte. Observant avec intérêt les progrès de son apprenti, l'orfèvre le présente à David Martin, qui a été l'assistant préféré d'Allan Ramsay, et qui est le principal portraitiste d'Édimbourg. Celui-ci prête des portraits à Raeburn, pour qu'il puisse les copier, ce qui favorise nettement son apprentissage et lui permet bientôt de se consacrer uniquement à la peinture.

Mariage et carrière

Vers 1785, il est invité à peindre le portrait d'une jeune dame qu'il avait précédemment observée et admirée alors qu'il esquissait des paysages champêtres sur le motif. C'est la fille de Peter Edgar de Bridgelands, et la veuve du comte Leslie. Fascinée par le jeune artiste, beau et intelligent, elle l'épouse au bout d'un mois. Grâce à la dot importante de sa femme, Raeburn acquiert une connaissance complète de son métier. À Londres, il est reçu avec bonté par Joshua Reynolds, qui le conseille sur les sites à étudier à Rome, lui recommandant particulièrement les travaux de Michel-Ange. Comme c'était l'usage à l'époque pour les artistes, il fait un voyage en Italie. À Rome, il rencontre Gavin Hamilton, Pompeo Batoni et le marchand et collectionneur James Byers. Après deux ans d'étude en Italie, il retourne à Édimbourg en 1787 et commence une carrière réussie de portraitiste. La même année, il exécute un portrait sur fauteuil du second Lord President Dundas.

Après ce séjour à l'étranger, Raeburn passe l'essentiel de son temps à Édimbourg, ne visitant que rarement Londres, et seulement pendant de brèves périodes, ce qui a pour effet de préserver son originalité. Sa répugnance à quitter sa terre natale a été particulièrement favorable pour l'art écossais qui se développait dans les premières années du XIXe siècle, dont il est devenu la figure de proue. Son exemple et son influence fut d'une importance majeure pour les autres artistes écossais. En 1812, il est élu président de la Société des Artistes d'Édimbourg. De même, il devient associé en 1814, puis membre à part entière l'année suivante de la Royal Scottish Academy. Enfin, en 1822, il est adoubé par George IV et nommé portraitiste du roi pour l'Écosse.

La peinture de Raeburn se distingue par sa caractérisation puissante, son réalisme rigide et ses effets de lumière dramatiques. Sa peinture annonce les développements du romantisme et de l'impressionnisme.

Œuvres

Garçon au lapin, 1814
Royal Academy
Dates non documentées 


Personnalités peintes

Notes et références

Annexes

Bibliographie

  • Life of Sir Henry Raeburn, R.A., par son arrière-petit-fils William Raeburn Andrew, M.A. Oxon. (2e éd., 1894).
  • Sir W. Armstrong, Sir Henry Raeburn, Londres, 1901.
  • Masters in Art, volume VI, Boston, 1905, contenant une bibliographie exhaustive.
  • R. S. Clouston, Sir Henry Raeburn, New York, 1907.
  • James Greig, Sir Henry Raeburn: His Life and Works, Londres, 1911.

Liens externes

  • Portail de la peinture
  • Portail de l’Écosse
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.