Hermann Gunkel

Hermann Gunkel (né le à Springe et mort le à Halle-sur-Saale) est un exégète allemand de l'Ancien Testament. Il est célèbre pour avoir fondé une méthode d'analyse dite « critique des formes » (Formgeschichte)[1]. Il est aussi un représentant de premier plan de l'école de l'Histoire des Religions (Religionsgeschichtliche Schule)[2]. Ses principaux travaux couvrent la Genèse et les Psaumes. Il porte une attention particulière aux traditions orales et au folklore sous-tendant les écrits bibliques.

Hermann Gunkel
Hermann Gunkel.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Religion
Distinction
Archives conservées par
Universitäts- und Landesbibliothek Sachsen-Anhalt (d)

Biographie

Gunkel est né en 1862 à Springe dans le Royaume de Hanovre[2] où son grand-père et son père étaient des pasteurs luthériens[3]. Il a étudié à l'université de Göttingen avant d'y enseigner. Il a aussi occupé des postes à Berlin, Giessen ou encore à Halle[4].

Gunkel a commencé sa carrière en étudiant le Nouveau Testament à Göttingen en 1888. Cependant, il est rapidement transféré à Halle (1889-1894) où les autorités prussiennes de l'Académie, raconte-t-il, lui demandent de se concentrer sur l'Ancien Testament.

Il poursuit son enseignement à Berlin (1894-1907) où il noue de nombreuses relations interdisciplinaires. En 1895, son livre Creation and Chaos in the Primeval Era and the Eschaton compare le symbolisme de la Genèse et celui de l'Apocalypse. Il voit dans l’Apocalypse le mythe du jeune héros Marduk, Dieu de la renaissance printanière qui remporte la victoire sur les forces chaotiques du monstre Tiamat. En 1901, il publie son premier commentaire de la Genèse, Genesis Translated and Explained[4].

En 1907, il obtient le statut officiel de professeur à l'université de Giessen. Il présente alors en 1910 Genesis son deuxième commentaire de la Genèse et enfin sa troisième et dernière analyse en 1917 : The Prophets.

En 1920 il rejoint l'université Martin-Luther de Halle-Wittenberg et publie en 1926, un autre classique, son commentaire des Psaumes : The Psalms: Translated and Explained. Introduction to the Psalms est son dernier grand travail que complétera son élève Joachim Begrich en 1933[4].

Gunkel a créé la revue Research into the Religion and Literature of the Old and New Testaments (1903-) avec Wilhelm Bousset[2]. Il a aussi co-édité avec Leopold Zscharnack la seconde édition de l'encyclopédie allemande de la religion, Religion in History and the Present (1927-1931) dans laquelle il a signé plus de cent articles[5].

Postérité

Gunkel est un représentant illustre de l'école de l'Histoire des Religions (Religionsgeschichtliche Schule) qui examine les traditions sous-tendant le texte biblique. À Gunkel, il faut ajouter, pour le groupe fondateur, des noms comme Albert Eichhorn, William Wrede, Heinrich Hackmann, Alfred Rahlfs, Johannes Weiss, Wilhelm Bousset, Ernst Troeltsch, et Wilhelm Heitmüller[6]. Au départ ils étaient concentrés sur les origines du christianisme mais leurs travaux s'approfondirent en incluant l'arrière-plan historique des anciens israélites et les religions du Proche-Orient ancien. Gunkel a probablement donné sa meilleure analyse avec ses commentaires sur la Genèse en en publiant trois éditions entre 1901 et 1910[7]. Dans ces travaux il a inauguré une méthode exégétique, dite « critique des formes »[8], qui s'appuie sur le contexte socio-historique (le Sitz im Leben, expression créée par Gunkel).

Cette méthode examine les écrits au regard d'un auteur en situation. Cette approche est basée sur l'hypothèse que chaque genre de textes est organiquement corrélé avec une situation sociale et historique particulière. Gunkel et son groupe croient que cette approche offre une amélioration à l'exégèse critique. Le XIXe siècle a examiné le texte biblique et plus spécifiquement le Pentateuque sur la base du style, du vocabulaire, de la théologie et plus particulièrement sur les sources utilisées pour créer le texte. Les méthodes dites de la critique des formes permettent aux chercheurs de découvrir des informations parcellaires plus anciennes à partir des écrits terminaux. L'intérêt de cette méthode s'est accru au XXe siècle avec des exégètes de renom comme Gerhard von Rad ou encore Martin Noth qui l'ont utilisé et développé. À la fin du XXe siècle, cependant, des chercheurs ont remarqué des lacunes dans cette approche et l'ont soit ajusté (criticisme rhétorique) soit totalement remplacé (criticisme postmoderne).

Bibliographie

  • (en) The Influence of the Holy Spirit (Translated by Roy A. Harrisville and Phillips A. Quanbeck), Philadelphia, Fortress Press, (lire en ligne)
  • (en) Creation and Chaos in the Primeval Era and the Eschaton (Translated by K. William Whitney Jr), Grand Rapids, MI, Wm. B. Eerdmans, (lire en ligne)
  • (en) Genesis: Translated and Explained, Göttingen, Vandenhoeck & Ruprecht, (Introduction translated by William Herbert Carruth and published as The Legends of Genesis in 1901.)
  • (en) Israel and Babylon (Traduit par E. S. B. et K. C. Hanson), Eugene, OR, Cascade, (lire en ligne)
  • (en) Genesis: Translated and Explained (Translated by Mark E. Biddle), Macon, GA, Mercer University Press, (lire en ligne) (Introduction available as The Stories of Genesis)
  • (en) The Folktale in the Old Testament (Translated by M. D. Rutter), Sheffield, Almond Press, (lire en ligne)
  • (en) The Psalms: A Form-Critical Introduction (Translated by T. M. Horner), Philadelphia, Fortress Press, (lire en ligne)
  • (en) An Introduction to the Psalms (Completed by Joachim Begrich and translated by James D. Nogalski), Macon, GA, Mercer University Press, (lire en ligne)

Notes et références

  1. (en) Kenton L. Sparks, Dictionary of Biblical Criticism and Interpretation, New York, Routledge, , 111–114 p. (lire en ligne), « Form Criticism ».
  2. « Hermann Gunkel (German biblical scholar) », Britannica Online Encyclopedia (consulté le 2 janvier 2013).
  3. (en) Mark S. Gignilliat, A Brief History of Old Testament Criticism, Grand Rapids, MI, Zondervan, , « Hermann Gunkel », p. 108.
  4. (en) M. J. Buss, Dictionary of Major Biblical Interpreters, InterVarsity Press, , 499–503 p. (lire en ligne), « Gunkel, Hermann ».
  5. (en) James Muilenburg, The Psalms: A Form-Critical Introduction, Philadelphia, Fortress Press, (lire en ligne), « Introduction », vii.
  6. Gerd Lüdemann, « The Relationship of Biblical Studies to the History of Religions School, with Reference to the Scientific Study of Religion », Toronto Journal of Theology, vol. 24, no 2, , p. 173 (lire en ligne).
  7. Joseph Mihelic, « The Influence of Form Criticism on the Study of the Old Testament », Journal of the American Academy of Religion, vol. XIX, no 3, , p. 120–129 (DOI 10.1093/jaarel/XIX.3.120, lire en ligne) .
  8. James Muilenburg, « Form Criticism and beyond », Journal of Biblical Literature, vol. 88, no 1, , p. 1–18 (lire en ligne) .

Liens externes

  • Portail de la Bible
  • Portail de l’Allemagne
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.