Hoa (lagon)

Un hoa est défini comme un chenal intermittent de faible profondeur (allant de 20 à 50 cm sur le platier externe à m sur le platier interne) de communication de l'eau de mer dans un lagon par-dessus la barrière du récif corallien d'un atoll, le plus souvent entre deux motus[1]. Il se distingue des passes navigables (ava) et des chenaux de tempêtes (tairua).

Pour les articles homonymes, voir Hoa.
Hoas à Bora Bora, de couleur bleue au centre et à droite de l'image de la barrière corallienne, et tairua à gauche, de couleur verte, ne communicant pas sauf en cas de tempête.

Description

Les hoas ont rôle très important dans la communication entre l'océan et les eaux lagonnaires tant du point de vue physico-chimique que biologique[2],[3]. Ces échanges se font par dessus les platiers, grâce au faible courant toujours orienté vers le lagon – sauf en période de vidanges durant lesquelles il s'inverse – qui s'établit principalement par les passes et dans une moindre mesure par les hoas[1].

Avec le temps et des conditions spécifiques de mouvements d'eau au sein d'un lagon, des hoas peuvent se fermer complètement avec l'accumulation de matériaux formant ainsi des tairuas, allant parfois jusqu'à isoler entièrement le lagon des eaux de l'océan – hormis via les tairuas les plus permissifs en période de tempête – comme c'est le cas de l'atoll de Taiaro dans les Tuamotu[4].

Utilisation des hoas

Les hoas, du fait de leur faible profondeur, ne sont en général pas navigables stricto sensu et servent souvent de lieu de pêche à pied ou grâce à l'utilisation de parcs à poissons faits en pierre de corail – empilés jusqu'à affleurement suffisant – ou depuis les années 1960 en grillage[1]. Traditionnellement cette dernière technique est utilisée dans les atolls de la Polynésie française comme, par exemple, sur les atolls de Tikehau, Huahine[1] ou de Takapoto[5],[6].

Notes et références

  1. Laurence Caillaud, « Stratégie de pêche et parcs à poissons dans un atoll de Polynésie française », Norois, 1987, tome 34, no 133-135, pp. 331-346.
  2. Stéphane Labrosse, « Des îles hautes aux atolls : une histoire du plancher océanique », École normale supérieure de Lyon, 9 décembre 2010.
  3. Jean-Pierre Chevalier et Michel Denizot, « Les organismes constructeurs de l'atoll de Takapoto », Journal de la Société des Océanistes, 1979:62, pp. 30-34
  4. (en) David Hopley (dir), Encyclopedia of Modern Coral Reefs: Structure, Form and Process, Encyclopedia of Earth Sciences Series, Springer Science+Business Media, 2010, (ISBN 9789048126385), p. 56.
  5. Atlas de Polynésie : Takapoto, Direction des ressources marines du Gouvernement de la Polynésie française, consulté le 5 avril 2019.
  6. Parc à poissons de Takapoto, www.tahitiheritage.pf, consulté le 6 avril 2019.

Annexes

Articles connexes

  • Portail du monde maritime
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.