Hockey sur glace aux Jeux olympiques

Le hockey sur glace fait sa première apparition aux Jeux olympiques pour les hommes en 1920 à l'occasion des Jeux olympiques d'été d'Anvers, et en 1998 pour les femmes. Il s'agit d'un événement international important au même titre que les championnats du monde. Entre 1920 et 1968, les éditions des jeux ont d'ailleurs compté comme classement pour le championnat du monde. Le tournoi masculin est composé de douze nations tandis que le tournoi féminin n'en contient que huit.

Hockey sur glace aux Jeux olympiques
Généralités
Sport Hockey sur glace
1re apparition Anvers, 1920
Organisateur(s) CIO
Éditions 24e en 2018
Périodicité Tous les 4 ans
Épreuves 2 en 2018

Palmarès
Tenant du titre OAR
États-Unis
Plus titré(s) Jayna Hefford (4)
Hayley Wickenheiser (4)
Plus médaillés Jayna Hefford (5)
Hayley Wickenheiser (5)
Meilleure nation Canada
(13 titres et 21 médailles)
Pour la dernière compétition voir :
Hockey sur glace aux Jeux olympiques de 2018

Historique

La domination canadienne

Alors que le hockey sur glace fait son apparition aux Jeux de 1920, le jeu cousin, le hockey sur gazon existe depuis 1908[1]. Les jeux d'Anvers voient donc l'évolution de plusieurs sports d'été mais également du hockey sur glace. 1920 est également la première édition des Jeux où le Serment olympique est prononcé par un athlète. Victor Boin est le premier athlète à prononcer le Serment ; il s'agit d'un sportif belge participant aux épreuves d'escrime après avoir participé aux épreuves de water-polo en 1908 et de 1912[2],[3]. Outre ses qualités de sportif, Boin est le créateur du premier club de hockey sur glace en Belgique en décembre 1903 : la Fédération des Patineurs de Belgique[4].

La Ligue Internationale de hockey sur glace, admet deux nations nord-américaines — le Canada et les États-Unis — en revanche, les perdants de la Première Guerre mondiale, l'Allemagne et l'Autriche, sont exclus d'une participation olympique. Ce fut l’unique édition où les équipes comptèrent sept joueurs, au lieu des six actuels[5].

Pour la première édition du tournoi, sept équipes participent et il est décidé de distribuer les médailles selon le « système Bergvall », formule un peu compliquée. Ainsi, un premier tour est réalisé avec les sept équipes. Une de ces sept équipes est tirée au sort et exemptée du premier tour. Les vainqueurs se rencontrent puis une finale est organisée à l'issue de laquelle, la médaille d'or est donnée à la meilleure équipe. Par la suite, les trois équipes éliminées par l'équipe championne participent à une seconde phase avec une équipe exemptée de premier tour. L'équipe qui sort victorieuse de ce second tour reçoit la médaille d'argent. Finalement, les trois équipes éliminées par les deux équipes médaillées se rencontrent dans une troisième phase afin d'attribuer la médaille de bronze[6]. Cette première édition est remportée par l'équipe du Canada qui est en fait l'équipe des Falcons de Winnipeg détentrice de la Coupe Allan[7].

Les Jeux olympiques d'hiver ne voient le jour qu'en 1924 à Chamonix le hockey et les épreuves de patinage artistique intègrent donc les jeux d'hiver alors que ces deux équipes avaient déjà eu lieu lors des éditions des jeux d'été — le patinage artistique a été fait lors Jeux olympiques d'été de 1908 à Londres[8]. Encore une fois, l'épreuve, à laquelle participent huit nations, est remportée par l'équipe du Canada. Lors des neuf premières éditions des jeux, le Canada est représenté par une équipe amateur complète[9] et non pas une sélection de joueurs comme les autres équipes. Lors de ces neuf éditions, les Canadiens vont systématiquement monter sur le podium final avec six médailles d'or, deux d'argent et une de bronze en 1956[10].

La domination soviétique

Timbre du tournoi de 1976 — Allemagne - Finlande.

L’URSS présente pour la première fois une sélection pour affronter l’Allemagne de l’Est en et dès ce premier match, les soviétiques marquent les esprits en battant les joueurs allemands chez eux, à Berlin, sur le score de 23 buts à 2[11]. L’URSS intègre en 1952 la Fédération internationale de hockey sur glace puis participe à ses premiers Jeux olympiques en 1956 et ils raflent alors la médaille d'or[12]. L'équipe va dépasser tout le monde en inscrivant en sept rencontres 40 buts et n'en concédant que 9. Vsevolod Bobrov, joueur réchappé du crash du VVS Moscou en 1950[13], fait partie de l'équipe championne olympique.

Après le Canada, c'est donc au tour des Soviétiques de dominer les jeux pendant près de quarante ans avec, entre 1956 et 1992, toujours un pied sur le podium, huit médailles d'or, une d'argent et une de bronze[14]. Pendant ces quarante ans, la Tchécoslovaquie est assez régulièrement présente sur le podium[15]. Pour essayer de contrer les Soviétiques, le sélectionneur canadien va essayer de changer son approche : au lieu d'envoyer les champions amateurs, c'est une sélection de joueurs qui rejoint l'édition de 1964. Ces joueurs sont tous amateurs et certains sont même universitaires. Malgré un match URSS-Canada disputé, c'est encore une fois les Soviétiques qui remportent la médaille d'or[16].

Le tournoi de 1968 est joué en France à Grenoble et lors de cette édition, la France va découvrir le hockey sur glace au niveau international par l'intermédiaire des commentaires de Léon Zitrone. Ce tournoi est alors la source de créations de nombreuses patinoires en France[17]. Il s'agit également du dernier tournoi olympique servant à déterminer le classement du championnat du monde : en 1972 et 1976, un championnat du monde est organisé en même temps que les jeux — les deux championnats du monde sont remportés par les Tchécoslovaques et les deux tournois olympiques par les Soviétiques[18]. Lors de ce tournoi de 1972 qui se joue au Japon, seulement six équipes vont participer à la conquête de la médaille d'or : l'Allemagne de l'est, la Roumanie et la France se retirent de la compétition pour des raisons financières. Au niveau français, l'excuse officielle avancée est la non-compétitivité de l'équipe au niveau mondial — finalement cet argument est utilisé à deux reprises par les autorités françaises et la progression du hockey en France en est d'autant plus freiné[19].

Le « Miracle sur glace »

Vladislav Tretiak, gardien de but soviétique.

Lors des XIIIe Jeux olympiques d'hiver, le tournoi de hockey va voir l'improbable victoire des États-Unis sur les Soviétiques lors des demi-finales. Ce match est par la suite désigné par le terme de « Miracle sur glace ».

Tous les pronostics plaidaient en la faveur de l’équipe soviétique à la conquête d’un cinquième titre olympique consécutif : l’entraîneur Viktor Tikhonov dirigeait des joueurs de légende tels Boris Mikhailov, Aleksandr Maltsev, Vladimir Petrov, Valeri Kharlamov et le gardien Vladislav Tretiak, sans oublier les jeunes talents Viatcheslav Fetissov et Sergueï Makarov.

L’équipe soviétique s’appuyait sur des joueurs expérimentés au contraire de l’équipe américaine formée des meilleurs joueurs universitaires, donc jeunes et inexpérimentés ; l’entraîneur Herb Brooks choisissant des amateurs en lieu et place des joueurs professionnels de la Ligue nationale de hockey[20]. Une semaine avant le début du tournoi, un match préparatoire fut organisé au Madison Square Garden de New York, le score fut sans appel et les États-Unis reçurent une véritable correction par les Soviétiques, s’inclinant 10 à 3.

Dans une patinoire acquise à la cause des Américains, rapidement Kroutov détourne un tir d'Alekseï Kassatonov, hors de portée du gardien américain Jim Craig pour le premier but soviétique. Les Américains parviennent à revenir au score par l’intermédiaire de Buzz Schneider mais les Soviétiques reprennent l’avance par Makarov. À une seconde de la fin de la première période sur un tir lointain de Christian, mal dégagé par Tretiak, Johnson parvient à égaliser.

Au début de la deuxième période, l’entraîneur russe Tikhonov prend la décision de remplacer Tretiak par Vladimir Mychkine et Maltsev redonne l’avantage à l’URSS, tandis que Craig continue à arrêter toutes les offensives soviétiques. Les jeunes Américains réussissent une nouvelle fois à revenir au score par l’intermédiaire de Johnson en début de la troisième période. À dix minutes de la fin du match, Pavelich passe à Mike Eruzione, le capitaine américain, qui trompe la vigilance du gardien soviétique pour donner l’avantage aux Américains pour la première fois du match. Deux jours plus tard, les États-Unis ont réussi à battre la Finlande 4 à 2 pour remporter leur seconde médaille d'or olympique de leur histoire[21],[22].

À l'occasion de son centenaire, la Fédération internationale de hockey va sacrer le « Miracle sur glace » comme l'événement numéro un de son histoire[23].

L'époque contemporaine

Finale de 1998 entre les Tchèques et les Russes.

Lors des jeux de 1980, une nouvelle équipe commence à faire parler d'elle : la Suède. L'équipe va remporter en 1980, et lors des deux éditions suivantes, la médaille de bronze. La Fédération internationale décide également en 1980 de supprimer le championnat du monde lorsque les Jeux se déroulent en même temps.

1988 va être la dernière édition — et la dernière médaille d'or — à laquelle vont participer les Soviétiques avant la chute de l'URSS et la mise en place de la Communauté des États indépendants, CEI qui remporte tout de même l'édition 1992[24].

Le tournoi de 1998 va être un tournoi de changement : pour la première fois, le hockey féminin prend part aux Jeux olympiques d'hiver[25] avec la victoire des Américaines emmenées par Cammi Granato[26]. C'est également la première fois que le Comité olympique décide d'autoriser le renfort des joueurs d'une des meilleures ligues au monde : la Ligue nationale de hockey. Finalement, ce sont les Tchèques qui vont remporter la médaille d'or portés par Jaromír Jágr en attaque et Dominik Hašek impérial dans ses buts[27].

Règles de compétitions

Entraînement des États-Unis aux jeux de Turin (2006).

Les règles sont les mêmes que les règles classiques de hockey sur glace et sont les mêmes pour le tournoi féminin et masculin. Les règles de la Fédération internationale de hockey sur glace sont utilisées et non pas celles de la Ligue nationale de hockey. Les règles principales sont les suivantes[28] :

  • Pas plus de six joueurs d'une même équipe sur la glace,
  • la partie est composée de trois tiers temps de 20 minutes, avec deux pauses de 15 minutes, les équipes changent de côté à chaque tiers temps. Si les deux équipes sont toujours à égalité, une prolongation de 5 minutes avec arrêt au premier but marqué a lieu, et s'il y a toujours égalité une série de tirs au but détermine le vainqueur (sauf pour les matchs à élimination directe où la prolongation peut aller jusqu'à 20 minutes avec arrêt au premier but marqué). La prolongation pour le match de la médaille d'or est de 20 minutes au lieu des cinq minutes classiques.

Événements

= Épreuves officielles

Épreuve192019241928193219361948195219561960196419681972197619801984198819921994199820022006201020142018
Hommes
Femmes

Palmarès

Hommes

Classement par année
Épreuve Lieu
1920Anvers Canada États-Unis Tchécoslovaquie
1924Chamonix Canada États-Unis Grande-Bretagne
1928Saint-Moritz Canada Suède Suisse
1932Lake Placid Canada États-Unis Allemagne
1936Garmisch Grande-Bretagne Canada États-Unis
1948Saint-Moritz Canada Tchécoslovaquie Suisse
1952Oslo Canada États-Unis Suède
1956Cortina Union soviétique États-Unis Canada
1960Squaw Valley États-Unis Canada Union soviétique
1964Innsbruck Union soviétique Suède Tchécoslovaquie
1968Grenoble Union soviétique Tchécoslovaquie Canada
1972Sapporo Union soviétique États-Unis Tchécoslovaquie
1976Innsbruck Union soviétique Tchécoslovaquie Allemagne de l'Ouest
1980Lake Placid États-Unis Union soviétique Suède
1984Sarajevo Union soviétique Tchécoslovaquie Suède
1988Calgary Union soviétique Finlande Suède
1992Albertville Équipe unifiée de l’ex-URSS Canada Tchécoslovaquie
1994Lillehammer Suède Canada Finlande
1998Nagano République tchèque Russie Finlande
2002Salt Lake City Canada États-Unis Russie
2006Turin Suède Finlande République tchèque
2010Vancouver Canada États-Unis Finlande
2014Sotchi Canada Suède Finlande
2018Pyeongchang Athlètes olympiques de Russie Allemagne Canada

Femmes

Classement par année
Épreuve Lieu
1998Nagano États-Unis Canada Finlande
2002Salt Lake City Canada États-Unis Suède
2006Turin Canada Suède États-Unis
2010Vancouver Canada États-Unis Finlande
2014Sotchi Canada États-Unis Suisse
2018Pyeongchang États-Unis Canada Finlande

Tableau des médailles

Le tableau ci-dessous présente le bilan, par nations (hommes et femmes confondus), des médailles obtenues en hockey sur glace lors des Jeux olympiques d'hiver, de 1920 à 2018. Le rang est obtenu par le décompte des médailles d'or, puis en cas d'ex æquo, des médailles d'argent, puis de bronze.

Rang Nation Or Argent Bronze Total
1 Canada136322
2 Union soviétique
Équipe unifiée de l'ex-URSS
Athlètes olympiques de Russie
 Russie
92213
3 États-Unis411217
4 Suède24511
5 Grande-Bretagne1012
République tchèque1012
6 Tchécoslovaquie0448
7 Finlande0279
8 Allemagne
Allemagne de l'Ouest
0123
9 Suisse0033
Total30303090

Statistiques

Palmarès des médaillés (Hommes)
Rang Équipe
1 Canada 943
2 Union soviétique
Équipe unifiée de l'ex-URSS
Athlètes olympiques de Russie
 Russie
922
3 États-Unis 281
4 Suède 234
5 République tchèque 101
6 Grande-Bretagne 101
7 Tchécoslovaquie 044
8 Finlande 024
9 Allemagne
Allemagne de l'Ouest
012
10 Suisse 002
Palmarès des médaillées (Femmes)
Rang Équipe
1 Canada420
2 États-Unis231
3 Suède011
4 Finlande003
5 Suisse001

Les athlètes participant aux Jeux

Meilleurs pointeurs

Erich Kühnhackl, aujourd'hui entraîneur et ancien meilleur pointeur de l'édition de 1984.
Teemu Selänne sous les couleurs des Ducks d'Anaheim de la LNH, meilleur pointeur en 1998 et 2006.

Pour les significations des abréviations, voir statistiques du hockey sur glace.

Classement par année
Année Joueur PJ B A Pts
1920 Herbert Drury414014
1924 Harry Watson637946
1928 Dave Trottier312315
1932 Walter Monson67411
1936 Hugh Farquharson911819
1948 Walter Halder821829
1952 William Gibson815722
1956 Jim Logan87512
1960 Fred Etcher791221
1964 Sven « Tumba » Johansson78311
1968 Anatoli Firsov712416
1972 Valeri Kharlamov59615
1976 Vladimir Chadrine56410
1980 Milan Nový67815
1984 Erich Kühnhackl68614
1988 Vladimir Kroutov86915
1992 Joé Juneau86915
1994 Žigmund Pálffy83710
1998 Teemu Selänne54610
2002 Mats Sundin4549
2006 Teemu Selänne86511
2010 Pavol Demitra73710
2014 Phil Kessel6538
2018 Nikita Goussev64812

Meilleurs joueurs

Le fait de distinguer les meilleurs joueurs du tournoi date de 1956. Willard Ikola le gardien de but américain est sacré meilleur joueur à son poste, Nikolaï Sologoubov de l'URSS, meilleur défenseur et Jack McKenzie meilleur attaquant du tournoi malgré la troisième place de son équipe, le Canada[12]. Deux éditions plus tard, le comité de l'IIHF décide de nommer le Soviétique Boris Maïorov comme meilleur attaquant du tournoi et pourtant les deux entraîneurs soviétiques décident eux de remettre le trophée à Edouard Ivanov, défenseur de l'équipe. Lors de ce même édition, une équipe-type du tournoi est mise en place[16].

Édition Meilleur gardien Meilleur défenseur Meilleur attaquant
1956 Willard Ikola Nikolaï Sologoubov Jack McKenzie
1960 Jack McCartan Nikolaï Sologoubov Nisse Nilsson
1964 Seth Martin František Tikal Boris Maïorov
1968 Ken Broderick Josef Horešovský Anatoli Firsov
1972
1976
1980
1984
1988
1992
1994
1998 Dominik Hašek Rob Blake Pavel Boure
2002 Nikolaï Khabibouline Chris Chelios Joe Sakic
2006 Antero Niittymäki Kenny Jönsson Teemu Selänne
2010 Ryan Miller Brian Rafalski Jonathan Toews
2014 Carey Price Erik Karlsson Phil Kessel
2018 Danny aus den Birken Viatcheslav Voïnov Nikita Goussev

Notes et références

  1. Historique du hockey sur gazon sur http://www.olympic.org.
  2. Site officiel de Victoir Boin sur « http://www.victor-boin.com »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?).
  3. (en) Statistiques aux différents JO de Boin sur http://www.databaseolympics.com.
  4. Biographie de Boin sur « http://www.kbijf.be »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogle • Que faire ?).
  5. CIO, « Historique du hockey sur glace aux Jeux olympiques », sur olympic.org (consulté le 21 juillet 2008)
  6. Présentation de la première épreuve de hockey aux Jeux olympiques en 1920 sur http://www.passionhockey.com.
  7. (en) Liste des vainqueurs de la Coupe Allan, www.allancup.ca.
  8. La page des Jeux olympiques de Londres sur le site officiel du CIO, http://www.olympic.org.
  9. L'équipe qui représente le Canada est celle ayant remporté la Coupe Allan l'année précédente.
  10. (en) Présentation des résultats des Jeux pour l'équipe du Canada sur http://www.hockeycanada.ca.
  11. (en) Liste des matchs de l'URSS sur http://www.chidlovski.com.
  12. Jeux olympiques de 1956 sur http://www.passionhockey.com.
  13. En 1950, un avion transportant le VVS Moscou va s'écraser en avion alors que l'équipe est en déplacement, http://www.passionhockey.com.
  14. (en) Résultats aux Jeux de l'équipe soviétique sur http://www.chidlovski.net.
  15. (cs) Résultats de la Tchécoslovaquie sur http://hokej.hansal.cz.
  16. Jeux olympiques de 1964 sur http://www.passionhockey.com.
  17. Marc Branchu, Histoire du Hockey sur Glace en France, Alan Sutton, coll. « Mémoire du Sport », 2007 (ISBN 9782849107195).
  18. Championnat du monde 1972 sur http://www.passionhockey.com.
  19. Jeux olympiques de 1972 sur http://www.passionhockey.com.
  20. Les joueurs professionnels étaient inéligibles.
  21. Jeux olympiques de 1980 sur http://www.passionhockey.com.
  22. Page sur le Miracle sur la glace sur http://www.olympic.org.
  23. (en) Article sur le Miracle sur la glace sur http://www.iihf.com.
  24. Jeux olympiques de 1992 sur http://www.passionhockey.com.
  25. Innovation des jeux de 1998 sur http://www.olympic.org.
  26. Présentation du hockey sur glace féminin lors des Jeux de 1998 sur http://www.passionhockey.com.
  27. Jeux olympiques de 1998 sur http://www.passionhockey.com.
  28. Présentation du hockey aux Jeux olympiques sur http://www.olympic.org.
  • Portail du hockey sur glace
  • Portail des Jeux olympiques
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.