Igor Netto

Igor Aleksandrovitch Netto (en russe Игорь Александрович Нетто), né le à Moscou, et mort le à Moscou, était un footballeur et entraîneur soviétique.

Igor Netto

Igor Netto (à gauche) et Lev Yachine en 1961.
Biographie
Nom Igor Aleksandrovitch Netto
Nationalité Soviétique puis Russe
Naissance
Lieu Moscou (URSS)
Décès
Lieu Moscou (Russie)
Taille 1,77 m (5 10)
Poste Milieu de terrain puis entraîneur
Parcours professionnel1
AnnéesClub 0M.0(B.)
1949-1966 Spartak Moscou 407 (40)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1952-1965 Union soviétique 054 0(4)
Équipes entraînées
AnnéesÉquipe Stats
1967 Omonia Nicosie
1968 Chinnik Iaroslavl
1970-1971 Iran
1975 Spartak Moscou
1976-1977 Panionios Athènes
1979 Neftchi Bakou
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.

Il était réputé pour sa lecture exceptionnelle du jeu et la précision de ses passes. Disposant d'un tempérament de leader, il était le relais privilégié entre l'entraîneur et l'équipe positionné sur le terrain[1].

Biographie

Famille et jeunesse

Sa famille est originaire d'Estonie et d'Italie[1].

Son arrière-arrière grand père, qui habitait sur la péninsule italienne, s'installe en Estonie au cours du 18e siècle, afin de travailler comme jardinier. Lors de la Première Guerre mondiale, son père fait partie du régiment de tirailleurs lettons, qui se battent au côté des russes[1].

Au cours de son enfance, Igor Netto pratique activement le football, mais également le hockey sur glace. Il est recruté par la section football du Spartak en 1949, qui le positionne au poste de milieu gauche, et lui donne le numéro six. Il gardera pendant toute sa carrière, le même poste et le même numéro de maillot[1].

Bien que recruté par la section football du Spartak, il joue également quelques matchs dans le championnat d'URSS de hockey, avec la section de hockey sur glace du Spartak[1].

Carrière de joueur

En club

Igor Netto réalise l'intégralité de sa carrière au Spartak Moscou, où il joue pendant 18 saisons[2].

Il dispute avec cette équipe un total de 368 en première division soviétique, inscrivant 36 buts. Il inscrit six buts en championnat lors de la saison 1955, ce qui constitue sa meilleure performance[2].

Son palmarès est constitué de cinq titres de champion, et de quatre Coupes nationales[2].

En équipe nationale

Igor Netto reçoit 54 sélections en équipe d'URSS entre 1952 et 1965, inscrivant quatre buts[2].

Il joue son premier match en équipe d'URSS le , contre la Bulgarie. Ce match gagné 1-2 à Kotka rentre dans le cadre des Jeux olympiques d'été de 1952. Il inscrit son premier but en équipe nationale le en amical contre l'équipe d'Inde, où les Soviétiques l'emportent sur le très large score de 11-1 à Moscou[3].

Il marque son deuxième but le 1er , contre l'Indonésie, lors des Jeux olympiques d'été de 1956 (victoire 0-4 à Melbourne). L'URSS remportera le tournoi olympique, en battant la Yougoslavie en finale[3].

Il inscrit son troisième but le , contre la Finlande, lors des éliminatoires du mondial 1958 (victoire 2-1 à Moscou). Son dernier but est inscrit le de la même année, contre cette même équipe, où les joueurs soviétiques l'emportent très largement à Helsinki (0-10)[3].

En 1958, il est retenu par le sélectionneur Gavriil Kachalin afin de participer à la phase finale de la Coupe du monde organisée en Suède. Lors de cette compétition, il ne joue qu'un seul match, contre le Brésil (défaite 2-0 à Göteborg)[3]. L'URSS s"incline en quart de finale face au pays organisateur.

Par la suite, en 1960, il dispute la phase finale du tout premier championnat d'Europe, organisé en France. Lors de cette compétition, il joue deux matchs, tout d'abord la demi-finale gagnée face à la Tchécoslovaquie (victoire 0-3 à Marseille), puis la finale remportée face à la Yougoslavie (victoire 2-1 à Paris)[3]. Auteur de brillantes prestations, il fait partie de l'équipe type du tournoi[4].

Il dispute ensuite la phase finale de la Coupe du monde 1962, qui se déroule au Chili. Il s'agit de sa dernière grande compétition disputée comme joueur. Lors de ce tournoi, il prend part à l'intégralité des matchs disputés par son équipe (quatre). L'URSS s'incline en quart de finale face au pays organisateur (défaite 2-1 à Arica)[3]. Il se fait remarquer lors de ce tournoi par son esprit sportif et son fair-play, après avoir demandé à l'arbitre d'invalider un but inscrit par Igor Tchislenko, l'un de ses coéquipiers (le ballon était entré dans le but par un trou situé à l’extérieur du filet)[1].

Il reçoit sa dernière sélection le , lors d'un match nul et vierge face à l'Autriche, en amical[3].

A 51 reprises, il est capitaine de la sélection soviétique[3].

Carrière d'entraîneur

Après avoir raccroché les crampons, il se lance dans une carrière d'entraîneur[4].

Il dirige un club chypriote, un club grec, ainsi que plusieurs équipes en URSS[4].

Il est également le sélectionneur de l'équipe d'Iran en 1970-1971[4].

Statistiques

Statistiques d'Igor Netto
Saison Club Championnat Coupe(s) nationale(s)Total
Division MB MBMB
1949 Spartak Moscou D1 8 1 - - 81
1950 Spartak Moscou D1 36 2 4 0 402
1951 Spartak Moscou D1 25 2 5 1 303
1952 Spartak Moscou D1 13 1 6 0 191
1953 Spartak Moscou D1 21 1 2 0 231
1954 Spartak Moscou D1 15 1 2 0 171
1955 Spartak Moscou D1 21 6 2 0 236
1956 Spartak Moscou D1 20 4 - - 204
1957 Spartak Moscou D1 20 1 4 1 242
1958 Spartak Moscou D1 20 0 4 1 241
1959 Spartak Moscou D1 22 4 1 0 234
1960 Spartak Moscou D1 24 2 - - 242
1961 Spartak Moscou D1 23 3 1 0 243
1962 Spartak Moscou D1 23 1 - - 231
1963 Spartak Moscou D1 37 4 5 0 424
1964 Spartak Moscou D1 32 3 3 1 354
1965 Spartak Moscou D1 4 0 - - 40
1966 Spartak Moscou D1 4 0 - - 40
Total sur la carrière 36836394 40740

Palmarès

De joueur

En sélection

En club

D'entraîneur

Distinctions personnelles

Bâton de Netto

À l'instar de José Nasazzi, Igor Netto a donné son nom à un trophée virtuel appelé le bâton de Netto qui selon le même fonctionnement que le bâton de Nasazzi est transmis d'équipe nationale à équipe nationale depuis la finale du Championnat d'Europe de football 1960. L'équipe détentrice cède le bâton à son adversaire lors d'une défaite en compétition reconnue par la FIFA.[réf. nécessaire]

Notes et références

Liens externes

  • Portail du football
  • Portail de l’URSS
Cet article est issu de Wikipedia. Le texte est sous licence Creative Commons - Attribution - Sharealike. Des conditions supplémentaires peuvent s'appliquer aux fichiers multimédias.